• Accueil > 
  • Affaires > 
  • PME > 
  • Fumoir Grizzly: un bio-ingrédient pour lutter contre la listéria

 

Fumoir Grizzly: un bio-ingrédient pour lutter contre la listéria

Fumoir Grizzly a développé un nouveau procédé qui... (Photo Denys Pelletier, fournie par Fumoir Grizzly)

Agrandir

Fumoir Grizzly a développé un nouveau procédé qui permet d'enrayer les risques de listéria dans le saumon fumé, les produits de la mer et peut-être plusieurs autres aliments.

Photo Denys Pelletier, fournie par Fumoir Grizzly

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'INNOVATION: Un nouveau procédé nommé Bac M35 qui permet d'enrayer les risques de listéria dans le saumon fumé, les produits de la mer et peut-être plusieurs autres aliments.

Laura Boivin, présidente de Fumoir Grizzly.... (Photo Caroline Gregoire, Le Soleil) - image 1.0

Agrandir

Laura Boivin, présidente de Fumoir Grizzly.

Photo Caroline Gregoire, Le Soleil

Le procédé Bac M35 consiste à appliquer une... (Photo Denys Pelletier, fournie par Fumoir Grizzly) - image 1.1

Agrandir

Le procédé Bac M35 consiste à appliquer une culture bactérienne sur le poisson cru. L'additif enraye ainsi les risques de listéria d'une manière plus efficace que les méthodes traditionnelles.

Photo Denys Pelletier, fournie par Fumoir Grizzly

QUI

Fumoir Grizzly, une entreprise de 65 employés près de Québec réputée pour son saumon fumé, cherchait une manière plus efficace de lutter contre la listéria. « Mais une PME comme la nôtre n'aurait pas eu les moyens de se lancer seule dans des recherches comme ça », explique sa PDG, Laura Boivin. Il y a 10 ans, l'entreprise a donc forgé un partenariat avec l'Université Laval. Grizzly a investi 300 000 $ au fil des ans, le gouvernement fédéral, une somme similaire.

« On va se présenter chez les producteurs de saumon et de truite fumés sur le territoire canadien pour leur présenter le produit. On est en attente de l'homologation de la FDA, pour couvrir le marché américain. » - Laura Boivin, PDG de Fumoir Grizzly

LE PRODUIT

- Le procédé Bac M35 consiste à appliquer une culture bactérienne sur le poisson cru. L'additif enraye les risques de listéria d'une manière plus efficace que les méthodes traditionnelles (ajout d'additifs chimiques et de sel). Il a été homologué par Santé Canada.

- Il n'a pas fallu uniquement développer le procédé, mais aussi inventer de toutes pièces les équipements pour le mettre en oeuvre. « Juste le prototype d'introduction sur la chaîne de production, c'est un projet de 180 000 $ », explique Laura Boivin. Le bio-ingrédient est appliqué sur le poisson juste avant l'emballage, il protège le poisson pendant 21 jours à la bonne température.

- L'invention de Bac M35 a permis à un étudiant de l'Université Laval de se lancer dans les affaires. Grizzly a accepté que le produit soit produit par Laurent Dallaire, qui a consacré sa maîtrise au projet. L'étudiant-entrepreneur de 26 ans a donc lancé sa « TPME, » comme il dit, et s'est outillé pour produire le nouveau bio-ingrédient.

L'AVENIR

Laura Boivin voit grand pour le Bac M35. « On détient la licence de commercialisation exclusive mondiale, donc tout l'intérêt financier », dit-elle. Le procédé n'est homologué que pour les poissons pour l'instant. Mais Grizzly travaille à changer les choses.

« La recherche en ce moment est en train de démontrer l'efficacité de la bactérie sur d'autres produits, note Mme Boivin. On sait, par exemple, que ça marche sur les charcuteries. Il reste à l'homologuer à Santé Canada. »




publicité

publicité

publicité

publicité

la liste:3762:liste;la boite:318296:box

À lire sur La Presse Affaires

Précédent |

publicité

image title
Fermer