Le Frite Alors! de Lyon ouvre jeudi

Sur le même thème

Jean Jurdant, fondateur de Frite Alors!, n'en revient pas de... (Photo Robert Skinner, La Presse)

Agrandir

Photo Robert Skinner, La Presse

Jean Jurdant, fondateur de Frite Alors!, n'en revient pas de la lourdeur bureaucratique en Europe.

André Dubuc
André Dubuc
La Presse

(Montréal) Après deux ans d'efforts, ça sera finalement chose faite. Frite Alors! ouvrira officiellement sa première friterie outremer à Lyon jeudi prochain. Les associés du franchiseur Cholestérol Plus s'envolent aujourd'hui pour la France.

Annoncée depuis août 2010, l'ouverture du resto à Lyon a connu plusieurs retards. En mai dernier, le fondateur de la chaîne, Jean Jurdant, a annoncé dans nos pages son ouverture pour le mois de juin.

«En Europe, obtenir des permis, c'est d'une complexité inimaginable, se plaint Martin Charbonneau, associé du franchiseur Cholestérol Plus, propriétaire des restaurants Frite Alors! Au Québec, ça va prendre trois mois ouvrir un restaurant. Là-bas, c'est deux ans. Il n'y a rien à faire», soupire-t-il.

L'accomplissement des associés de Frite Alors! est digne de mention. Rares sont les chaînes québécoises de restaurants qui ont exporté leur concept en Europe.

Pour le franchiseur de Frite Alors! sur le Vieux Continent, l'établissement lyonnais ne constitue que la première étape d'un parcours que les associés de Cholestérol Plus souhaitent le plus long possible. D'autres restaurants suivront. Toutefois, M. Charbonneau n'a pas précisé quels seront les prochains arrêts de ce tour d'Europe des frites québécoises ni l'échéancier.

Il dit toutefois que le franchiseur pour la France, qui est aussi le franchisé de l'établissement de la place des Terreaux, au coeur du quartier étudiant de la capitale de la gastronomie française, a allongé 450 000 euros, tandis que les associés québécois ont dépensé 50 000$.

Pas de «kwick-kwick»

Pour les habitués de la chaîne, en visite à Lyon, il n'y aura pas de choc culturel. C'est sensiblement le même concept qui est présenté.

Le décor aux murs où le jaune domine, agrémentés de phylactères, le menu, la dimension, le comptoir de commandes pour emporter sont tous du voyage.

Surtout, la spécialité de la maison, les frites, continuera d'être cuite dans de la graisse de boeuf avec une précuisson. Seule concession, la poutine ne sera pas servie avec du fromage en grains qui fait «kwick-kwick», une curiosité inconnue en France. Il sera remplacé par un mélange de cheddar jeune qui sera à moitié-moitié rapé et déchiqueté, précise Martin Charbonneau.

Responsable du développement des affaires, M. Charbonneau s'est joint à l'entreprise en 2004. Sous son impulsion, la chaîne qui a vu le jour le 27 mai 1991 dans un demi-sous-sol de l'avenue du Parc, à Montréal, a grandi et compte aujourd'hui 14 établissements.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer