Les portes s'ouvrent pour Azzimov

«Google vend de la recherche d'URL et des... (Photo Alain Roberge, La Presse)

Agrandir

Photo Alain Roberge, La Presse

«Google vend de la recherche d'URL et des adresses, tandis qu'Azzimov vend de la recherche de produits», explique Benoît L'Archevêque, président de la société de Montréal. Le concepteur d'un moteur de recherche pour le magasinage en ligne vient d'être retenu parmi les finalistes du prix Red Herring Top 100 Americas.

André Dubuc
André Dubuc
La Presse

(Montréal) On connaît peu ou pas la société Azzimov, de Montréal, mais cela devrait changer. Le concepteur d'un moteur de recherche pour le magasinage en ligne vient d'être retenu parmi les finalistes du prix Red Herring Top 100 Americas, qui lui ouvre du coup les portes de tous les Venture Capitalists (VC) de la Silicon Valley et d'ailleurs.

Le Red Herring est un concours prestigieux où des vedettes de l'internet comme Groupon et Instagram sont passées par là dans le passé.

Sur la liste 2012 des 100 entreprises ayant les technologies les plus prometteuses, on dénombre huit entreprises canadiennes, dont Wajam, de Montréal, et Azzimov.

Conçue à la fin de 2010, la société Azzimov est le dernier-né des entreprises de Benoît L'Archevêque, 47 ans, entrepreneur en série qui fait sa marque dans la publicité de chaînes de restaurants et d'entreprises de commerce de détail depuis 22 ans. Il a aussi repensé la façon de récolter les dons de bienfaisance en ligne. Une de ses entreprises, Génération, a développé le produit technologie O.D.E. dont se sert Les 24 heures de Tremblant pour recueillir les dons en ligne, qui sont passés de 50 000$ en 2008, à 1,8 million en 2011.

Quant à Azzimov, il s'agit d'une application mobile permettant de chercher sur l'internet de façon efficace des produits de consommation grâce à la technologie en instance de brevet appelée Two Buttons Navigation, qui consiste en un bouton pour les questions et un autre pour les réponses. «Je suis capable de naviguer à travers des produits, de savoir exactement à quel endroit ils se trouvent, d'en acheter en ligne ou de me rendre au magasin le plus près», explique l'homme d'affaires. L'application, en version bêta, sera lancée dans un mois pour les iPhone, Android et en HTML 5.

Le Google du magasinage

«Google vend de la recherche d'URL et des adresses, tandis qu'Azzimov vend de la recherche de produits», dit M. L'Archevêque, lors d'une entrevue réalisée dans ses bureaux, situés au bout d'un cul-de-sac du quartier Rosemont, au nord de la rue Masson.

L'argent parviendra à Azzimov de la même façon qu'il parvient à Google, selon la stratégie de l'entrepreneur. «Les commerçants qui voudront mettre leurs produits à l'avant-plan vont payer pour des mots-clés ou de la publicité. S'ils veulent des référencements, ils vont encore payer», donne en exemple M. L'Archevêque.

Son moteur de recherche a aussi la qualité de rendre plus efficaces les sites transactionnels. «Si vous tapez frigo, sur le site de Brault et Martineau, la recherche ne donnera rien, dit M. L'Archêveque joignant le geste à la parole. «Si vous tapez vin rouge, sur SAQ.com, vous trouverez 12 produits, poursuit-il. Il me semble qu'il y a plus que 12 vins rouges à la Société des alcools. Par contre, chez Corbeil, notre client, vous tapez frigo et le site vous en propose plusieurs.»

Outre Corbeil, Azzimov est actuellement utilisé par sept autres clients, dont le portail santé de Telus, les piscines Aquatout et CanMet Energy, qui appartient au gouvernement fédéral.

Fournisseur de China Unicom

Plus important encore, Azzimov a conclu une entente avec China Unicom, deuxième entreprise chinoise de télécom en importance avec 300 millions d'utilisateurs de sans-fil. «Le 25 mai, la plateforme chinoise va être en ligne. On débute avec une première implantation dans la région de Sanghai», dit M. L'Archevêque qui détient un peu moins de 21% d'Azzimov. La PME compte 20 employés à Montréal. Elle a une filiale en Chine, où travaille David Ho, ancien président de Nokia Siemens Chine, et actionnaire d'Azzimov.

Azzimov se distingue aussi par sa méthode de stockage des données qui occupent 1000 fois moins d'espace que la façon traditionnelle.

«On est resté volontairement discret depuis deux ans. Nous avons 18 mois d'avance sur l'industrie actuellement. C'est le produit auquel j'ai participé qui possède le plus gros potentiel, ce n'est rien de comparable avec ce que j'ai fait auparavant.»

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer