Amenez-en, des banques virtuelles au Québec!

Stéphanie Grammond... (PHOTO LA PRESSE)

Agrandir

Stéphanie Grammond

PHOTO LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pas gâtés, les Québécois, en matière de comptes bancaires sans frais. Trop souvent, les banques virtuelles qui offrent des comptes en ligne ne daignent pas mettre leurs pieds (numériques) dans la Belle Province.

C'est notamment le cas des Services financiers le Choix du Président, qui n'ont jamais cru bon d'offrir leurs services chez nous, même après 19 ans d'existence. Mais cela pourrait changer puisque la Banque CIBC a annoncé, la semaine dernière, le rachat de cette banque virtuelle à frais modiques qu'elle exploitait en partenariat avec le géant de l'épicerie Loblaw.

Les quelque 2 millions de comptes migreront vers Simplii, une nouvelle banque virtuelle qui sera lancée le 1er novembre prochain. La question à 100 $ : est-ce que les services seront finalement offerts au Québec ?

« Notre objectif immédiat est d'accomplir la transition des clients existants du Choix du Président vers Simplii Financial, mais nous examinerons les possibilités d'élargir notre offre à l'avenir », m'a répondu CIBC.

Alors, les consommateurs vont devoir se croiser les doigts, à commencer par Christian Carrière, qui a utilisé les services du Choix du Président durant cinq ans, alors qu'il vivait à Vancouver. « Très satisfait. Jamais d'erreurs ou de problèmes. Vraiment aucuns frais pour rien. Et il y a de l'intérêt même sur le compte chèques », énumère-t-il.

De retour au Québec, il voulait encourager ses proches à adopter la banque virtuelle. Mais c'est impossible.

Le Choix du Président n'est pas la seule banque virtuelle qui boude le Québec. Avis aux consommateurs qui seraient attirés par la nouvelle EQ Bank, lancée par la Banque Équitable au début de 2016 : « L'ouverture d'un compte est actuellement offerte aux résidents canadiens, à l'exception des résidents du Québec », prévient son site internet.

Ah bon, merci quand même !

Même la Banque Zag, qui est pourtant la propriété du Mouvement Desjardins, ne dessert pas la clientèle québécoise, comme je vous le soulignais récemment.

Bref, il y a moins de concurrence et moins de choix pour les Québécois qui cherchent une façon d'éviter les frais bancaires, qui peuvent facilement coûter 200 $ par année.

Même si les consommateurs adorent détester ces frais, il est étonnant de constater que peu d'entre eux ont réellement migré vers une banque virtuelle. 

À peine 3,5 % de la population utilisait exclusivement un compte bancaire électronique sans frais offert par une banque virtuelle, en 2012, selon l'Agence de la consommation en matière financière du Canada.

Dommage, car les banques virtuelles permettent de réaliser de réelles économies.

Par exemple, Serge Leboeuf a économisé près de 1000 $ depuis cinq ans en abandonnant la Banque TD, où son forfait bancaire lui coûtait environ 15 $ par mois. Depuis qu'il est avec Tangerine, fini les frais !

« Je trouvais que je me faisais voler par ma banque, puisque je faisais toutes mes transactions sur le Net moi-même. Et j'adore la facilité de l'application de Tangerine », raconte le client qui a même converti sa conjointe.

Tangerine est le nouveau nom d'ING Direct, qui a été rachetée par la Banque Scotia en 2012. La banque virtuelle offre un compte chèques sans aucuns frais pour les transactions courantes (achats par débit, paiements de factures, paiements préautorisés et transferts d'argent par courriel illimités). Les clients ont accès gratuitement aux 3500 guichets de la Banque Scotia.

Certains services sont en extra, comme les virements Interac (1 $), les carnets de chèques supplémentaires (20 $), les retraits aux guichets d'une autre institution (1 $), les insuffisances de fonds (40 $). Mais pour éviter ces derniers frais, les clients peuvent s'inscrire au service de protection contre les découverts (5 $ par mois, seulement les mois où le compte tombe dans le rouge, plus 19 % d'intérêt).

En prime, Tangerine verse des intérêts de 0,15 %. Mieux que rien !

Le compte Avantage de la Banque Manuvie offre un taux d'intérêt plus alléchant (1 %). Il s'agit, en fait, d'un hybride entre le compte d'épargne à intérêt élevé et le compte chèques. Par contre, il faut payer à la carte pour les transactions courantes (de 0,50 $ à 5,00 $) à moins de laisser un solde d'au moins 5000 $, ce qui donne alors droit à des transactions illimitées. Mais pour ouvrir un compte, il faut absolument passer par un courtier de Manuvie, un intermédiaire qui rend les services un peu moins virtuels.

Autrement, certaines banques virtuelles appartenant à des coopératives de l'Ouest canadien ont aussi des comptes bancaires à frais modiques. La Banque Alterna, par exemple, offre le Compte cyberChèque sans frais, qui verse un petit 0,05 % d'intérêt.

Les opérations courantes sont gratuites : retraits, virements, paiement de factures, chèques, prélèvements automatiques, paiements par carte de débit au point de vente, ainsi que retraits dans les 3300 guichets automatiques The Exchange. Ajoutez 2,50 $ par mois pour la protection contre les découverts et l'affaire est dans le sac.

De quoi inspirer les coops d'ici...




publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer