Votre cadeau de 360 $ pour la fête du Canada

Depuis le 1er janvier, les parents d'enfants de... (Photo Sarah Mongeau-Birkett, Archives La Presse)

Agrandir

Depuis le 1er janvier, les parents d'enfants de moins de 6 ans touchent 160 $ par mois, soit 60 de plus qu'en 2014. Mais attention, cette prestation universelle est imposable.

Photo Sarah Mongeau-Birkett, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

J'ai une bonne, une moins bonne et une mauvaise nouvelle pour vos finances personnelles.

Commençons par la plus réjouissante. En ce jour de fête du Canada, quelque 4 millions de familles canadiennes vont recevoir un cadeau de 360 $ par enfant, gracieuseté du gouvernement Harper qui a annoncé, l'automne dernier, une bonification de la prestation universelle pour la garde d'enfants (PUGE) qu'il avait créée en 2006.

Tous les parents d'enfants de moins de 6 ans touchent déjà 100 $ par mois, soit 1200 $ par année. Désormais, ils recevront 160 $ par mois. Quant aux parents d'enfants de 6 à 17 ans, ils auront maintenant droit à 60 $... même si les enfants de 17 ans se passent généralement de gardienne !

Ainsi, toutes les familles ont droit à 60 $ de plus par mois, depuis le 1er janvier. Mais elles n'y ont pas encore goûté, car il était prévu dès le départ que le paiement des six premiers mois de l'année leur soit versé d'un coup sec le 1er juillet.

Le gouvernement aurait voulu mettre les parents dans sa poche à la veille des élections de l'automne prochain qu'il n'aurait pas trouvé mieux !

Passons maintenant à la moins bonne nouvelle.

***

Alors que les vacances approchent, il est bien tentant de dépenser cette manne tombée du ciel : 360 $ si vous avez un enfant, 720 $ pour deux, 1080 $ pour trois, 1440 $ pour quatre. Mais je vous suggère vivement d'économiser cet argent. Autrement, vous risquez de souffrir au printemps prochain.

Il faut savoir que la PUGE est imposable. Pour les familles biparentales, il faut ajouter le montant au revenu du conjoint qui gagne le moins. Si l'un des parents reste à la maison pour s'occuper de la progéniture, la facture fiscale sera négligeable.

Mais si les deux conjoints ont des revenus élevés, ils devront rendre jusqu'à la moitié de la PUGE lorsqu'ils feront leur déclaration de revenus.

Par exemple, si vous avez un enfant de moins de 6 ans et que vous recevez 1920 $ par année, vous pourriez avoir à remettre jusqu'à 960 $ en faisant vos impôts.

Toutefois, les familles monoparentales peuvent utiliser une petite astuce fiscale pour réduire l'impôt à payer sur la PUGE.

Le parent qui élève son enfant seul a le choix d'inclure la PUGE dans ses revenus ou encore dans les revenus de son enfant pour lequel il touche le montant pour personne à charge admissible (au fédéral seulement). Le choix se fait au moment de la déclaration de revenus, explique Nicolas Lemelin, professeur de fiscalité à l'Université du Québec à Trois-Rivières.

Si le parent gagne plus de 45 000 $ environ, il est plus avantageux de mettre la PUGE au nom de l'enfant. Par exemple, un parent qui gagne 80 000 $ économiserait ainsi 225 $, calcule M. Lemelin.

Il suffit de cocher la bonne case !

***

J'arrive maintenant à la mauvaise nouvelle. Si Ottawa s'est montré généreux envers les familles cette année, on ne peut pas en dire autant de Québec.

Le gouvernement libéral a mis fin au tarif unique dans les garderies subventionnées. Les familles continuent de payer le tarif de base de 7,30 $ par jour à la garderie. Mais depuis le 22 avril, une tarification additionnelle s'ajoute pour les familles « riches » qui gagnent plus de 50 000 $ par année. Le tarif grimpe en fonction du revenu familial et atteint 20 $ par jour lorsque les parents gagnent plus de 155 000 $ (deux salaires de 77 500 $).

Cela signifie que la contribution excédentaire s'élèvera jusqu'à 12,70 $ par jour, soit 63,50 $ par semaine, soit 3300 $ par année. Avec deux enfants, ça fait 6600 $ par année. Ouf, c'est beaucoup d'argent à cracher au moment de faire sa déclaration de revenus !

Il est vrai que cette contribution, tout comme le tarif de base, donne droit à une déduction d'impôt fédérale, applicable sur le revenu du conjoint qui gagne le moins. Si l'un des conjoints n'a pas de revenus, la déduction n'a donc pas de valeur. Mais si les deux conjoints ont des revenus élevés, la déduction épongera près du quart de la facture.

Sur ce point, je vous rassure. Ottawa m'a confirmé que les parents pourront déduire leur contribution excédentaire en simultané. Cela veut dire que la contribution excédentaire pour l'année 2015 qui devra être payée à Québec au printemps 2016 pourra être déduite au fédéral pour l'année d'imposition 2015.

Ainsi, les parents auront une facture d'un côté et un remboursement de l'autre. Mais le remboursement sera bien en deçà de la facture. Mon conseil : mettez de côté la PUGE que vous allez toucher ces prochains jours pour aider à payer votre contribution excédentaire le temps venu.

Autre possibilité : consultez le calculateur du gouvernement du Québec pour estimer votre contribution excédentaire, puis demandez à votre employeur d'augmenter les retenues d'impôt sur votre salaire. Il est toujours plus facile de payer à la petite semaine que d'un coup sec, n'est-ce pas ?

***

Compliqué tout ça ? Je suis d'accord avec vous. Il aurait été plus simple d'augmenter le tarif à 35 $ pour tout le monde, comme l'ont proposé la Commission de révision permanente des programmes et la Commission d'examen sur la fiscalité québécoise.

Cette formule aurait rapporté plus d'argent à Québec (10 millions) et elle aurait coûté beaucoup moins cher aux familles (154 millions) que la formule retenue par Québec, vient d'établir une étude de la Chaire de recherche Industrielle Alliance sur les enjeux économiques des changements démographiques.

Bonne fête du Canada quand même ! Et bon été ! On se retrouve dans quelques semaines.

Pour en savoir plus sur la PUGE : 

http://www.cra-arc.gc.ca/bnfts/uccb-puge/menu-fra.html

Utilisez le calculateur de Québec : 

http://www.budget.finances.gouv.qc.ca/Budget/outils/Retenue_fr.htm

Pour lire l'étude : 

http://www.cedia.ca/sites/cedia.ca/files/cahier_15-10_alternative_reforme.pdf

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer