La mort lente de la pension de la vieillesse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Combien apportent Québec et Ottawa aux retraités? Le Canada se targue d'être un champion mondial de la lutte contre la pauvreté chez les aînés. Bravo! Mais si vous avez 25 ans, ne comptez pas trop sur l'État providence pour la retraite.

Les jeunes n'auront pas droit au même filet social que leurs parents et que leurs grands-parents. Le filet a été conçu comme ça. Ses mailles s'élargissent chaque année.

D'ici 40 ans, le régime fédéral verra son rôle progressivement diminuer en raison des méthodes d'indexation, a fait ressortir le comité présidé par Alban D'Amours, dans son rapport publié il y a deux semaines.

Un phénomène inquiétant, mais dont personne ne parle. Regardons ça de plus près...

Actuellement, les Canadiens ont droit à la pension de la Sécurité de la vieillesse (PSV) qui rapporte jusqu'à 6500$ par année, à partir de 65 ans. À cela s'ajoute le Supplément de revenu garanti (SRG) qui verse jusqu'à 8800$ aux retraités les plus démunis.

Au Québec, près de la moitié des aînés reçoivent le SRG. C'est vous dire à quel point les retraités ne vivent pas gras. Sans l'État, plusieurs seraient dans l'indigence.

***

On le voit, la PSV et le SRG sont le fondement de la sécurité financière des aînés.

Prenons un travailleur qui gagne un salaire de 40 000$. S'il quitte le boulot cette année, à l'âge de 65 ans, les prestations fédérales lui permettront de remplacer 26% de ses revenus d'emploi, s'il n'a pas d'autres revenus de retraite à part la Régie des rentes du Québec (RRQ) qui lui fournira une autre tranche de 25%.

Grosso modo, il recevra ainsi 20 000$ de Québec et Ottawa. Environ la moitié de son revenu d'emploi. De quoi se débrouiller, mais sans plus.

Mais ça, c'est pour 2012. Projetons-nous dans le temps... jusqu'en 2052. Bonne nouvelle: la RRQ remplacera toujours 25% des revenus d'emploi. Par contre, Ottawa ne remplacera plus que 13% du salaire des futurs retraités. Deux fois moins qu'aujourd'hui.

Tout ça, sans changer le programme! En fait, la mort lente de la PSV est programmée depuis le début.

Comment? Tout simplement parce que les pensions sont indexées en fonction de l'inflation qui augmente d'environ 1% de moins que les salaires. Au fil des ans, cela fait en sorte que la PSV rétrécit par rapport aux revenus d'emploi.

Comme quoi il y a de petits détails qui font une énorme différence!

***

Le pire, c'est que ces projections ne tiennent même pas compte du fait qu'Ottawa a décidé de reporter l'âge d'admissibilité à la PSV qui passera graduellement de 65 à 67 ans entre 2023 et 2029.

Même si l'actuaire en chef du Canada n'était pas d'accord, les conservateurs jugeaient ce coup de barre nécessaire à cause de l'arrivée des baby-boomers à la retraite et de l'augmentation de l'espérance de vie.

Malheureusement, ce sont les personnes moins fortunées qui souffriront le plus de la réforme. La modification fera bondir de 6 à 17% le taux de faibles revenus des individus de 65 à 66 ans, calcule Jean-Yves Duclos, professeur d'économie à l'Université Laval.

Cela est d'autant plus triste que les personnes les plus pauvres ont une espérance de vie plus limitée, surtout ceux qui ont un travail physiquement éprouvant qui les empêche de reporter leur retraite à 67 ans.

Ne pourrait-on pas faire les choses autrement? Oui! Par exemple, on pourrait abaisser le seuil de revenus à partir duquel les aînés doivent rembourser la PSV. Actuellement, les prestataires doivent remettre une partie de la PSV lorsque leurs revenus excèdent 70 000$ et ils ne reçoivent plus un sou de PSV lorsque leurs revenus dépassent 113 000$.

Il faudrait abaisser le seuil de 35 000$ pour arriver aux mêmes économies que la réforme annoncée, calcule M. Duclos. Cela signifie que les retraités commenceraient à perdre leur PSV dès que leurs revenus dépasseraient 34 500$ et ils n'auraient plus droit à rien à partir de 78 000$.

Cela fait une énorme différence pour la classe moyenne. À ce compte, les jeunes travailleurs d'aujourd'hui ne pourraient pratiquement plus compter sur la PSV pour remplacer leurs revenus d'emploi à la retraite. La PSV ne serait plus qu'un outil de lutte contre la pauvreté chez les aînés.

Pour assurer un peu d'équité intergénérationnelle, on pourrait agir plus rapidement de manière à ce que les boomers, largement épargnés par la réforme annoncée, participent à l'effort collectif.

S'il faut vraiment reporter l'âge d'admissibilité à 67 ans, ce qui est loin d'être sûr, pourquoi attendre de 10 à 15 ans? D'accord, on veut donner le temps aux gens de se préparer. Mais le feront-ils vraiment? Vont-ils épargner davantage pour combler ce manque à gagner? J'en doute.

Reporter l'âge de la PSV plus rapidement, mais plus graduellement, serait plus équitable envers les jeunes... mais plus risqué sur le plan politique.

Quand Brian Mulroney a voulu désindexer les pensions au milieu des années 80, une retraitée qui manifestait sur la colline parlementaire lui a balancé, du haut de ses quatre pieds quatre pouces, le fameux «Goodbye Charlie Brown!» qui l'a forcé à reculer.

Partager

publicité

Commentaires (17)
    • Il a une autre façon de faire, soit réformer et simplifier les impôts. Si tous le monde paye 25% sur chaque dollars gagné, tous le monde paye la même chose. Ceux qui gagnent peut pourront augmenter leurs revenus en travaillant plus sans pénalité, ceux qui veulent gagner d'avantage, faire des heures supplémentaires etc pourront augmenter leurs revenus sans se faire pénaliser avec des impositions allant jusqu'à 50% et plus.
      Tous le mone en sortira gagnante et nous n'aurions pas à discuter de la disparition des bénéfices de la PSV et autres. Il sera aux citoyens de se bouger les fesses en en gagner assez d'argent pour vivre et pour épargner pour la retraite.
      C'est tellement simple que je ne comprend pas pourquoi on ne fonctionne pas ainsi.

    • Diviser pour mieux gouverner,les reactions precedentes en sont l'exemple,L'index IPC ne tien pas compte de l'augmentation des frais et taxes,municipal,scolaire,immatriculation,santé et probablement le rond cuir qui a determine un taux d'inflation a 1% il s'alimente chez Mondou,j'ai contribué toujours au max et en bonne fois aux different programmes gouvernamentaux,et epargné dans des REER et elevé 3 enfant aujourdhui completement autonome financierment,oui j'ai payé leurs frais scolaires a l'université par contre ils conaissent la valeur de l,argent et on tous travaillé a temps partiel ils n'avait pas le temps de se promenér avec des carton,Dans le media (nous ont preparé) depuis au moins 20 ans au vieillisement et bla bla, les deux paliers de gouvernement fed et prov cashent une realité bien differente,dans les REER ,Fonds de rev, FERR, Etc. presque un trilliard attendent d'etre decaissé,le retrait du FEER etablissent des retrait minimum obligatoires de 7.26% a 71 ans avec un increment jusqua a 20 % a 90 ans,si on considere l'esperance de vie actuelle et un taux d'imposition de 30% - pres de 300 milliards vont retourner dans les poches des nos grands argentiér meme post mortem.
      Amen

    • @ gasston
      - «Je ne réponds pas aux niaiseries.»
      Heureusement, madame Grammond non plus...

    • "... l'inflation qui augmente d'environ 1% de moins que les salaires."
      D'où vient cette affirmation?
      Notre "niveau de vie" (je n'aime pas cette expression) s'améliore donc d'année en année et devrait être considérablement supérieur, par exemple, à celui des années 80 ou 90. Pourtant, il me semble que je lis le contraire, c'est-à-dire que le niveau de vie stagne depuis plusieurs années. Pouvez-vous expliquer svp?
      Merci.

    • Je ne réponds pas aux niaiseries.

    • @ gasston
      Vous êtes hilarant.

      Faisons un petit résumé de votre vision socio-économique:
      Tu gagne $35,000 ou moins: tu n'est bon à rien, la société ne te doit rien, même si toute ta vie, tu as travaillé à faire fonctionner la société en travaillant comme caissière, commis, magasinier, floriste, ou dans tous ces petits métiers sous-payés qui font que notre société fonctionne.

      Tu gagne plus de $35,000: tu est un bon, et la société ne doit rien te prendre, tu dois tout tout tout garder car tu as travaillé presqu'aussi fort que le bas salarié, même si au cours de ta vie, tu as mis des centaines de travailleurs au chômage sous prétexte de «rationalisation» ou de relocalisation et que tu as siphonné les profits de ta corporation dans les paradis fiscaux pour ne pas payer ta juste part d'impôts.
      C'est bien ça ?

    • Vous êtes hilarante. Faisons un petit résumé de votre vision socio-économique:
      Tu gagne $35,000 ou moins: tu est un bon, et la société te doit tout, même si tu n'a pas contribué grand chose au cours de ta vie.
      Tu gagne plus de $35,000: tu est un méchant, et la société doit de dépouiller, malgré tous les impôts que tu as payés au cours de ta vie.

    • Il est très facile de croire que le gouvernement manque totalement de créativité. Que se passe-t-il ailleurs dans le monde.Quelles sont les meilleures pratiques. Notre société comporte un important % d'individus qui ne voudront jamais contribué et sans impunité. Je connais au moins 3 familles qui vivent volontairement au dépend de la société et sans jamais être importuné et contribué au bien commun. Qu'attend le gouvernement pour requalifier les individus à la sécurité sociale et ainsi redéfinir tous les programmes sociaux.Qu'attend le gouvernement pour taxer les sociétés qui exportent la main-d'oeuvre ailleurs dans le monde.Pourquoi ne pas taxer ces sociétés au manque à gagner des impôts des emplois qu'ils exportent à l'étranger.Un centre d'appel de Bell canada est en Tunisie et ainsi le gouvernement est privé des impôts de ces employés qui travaillent uniquement pour des canadiens. Seulement en appliquant des mesures équitables et raisonnables , je doute fortement qu'on en serait rendu à craindre pour notre sécurité sociale.

    • Comme on peut voir cela suscite les passions...
      Reste que si l'on demande aux gens de 65 ou 67 ans en 2023 de rembourser la sécurité de la vieillesse à partir de $35000 pour une autre partie de la population soit la classe moyenne le REER ne sera plus d'aucun avantage tout comme il n'est d'aucun avantage pour ceux qui devrait recevoir le supplément de revenu garantie moins de $15400 alors éliminons le REER car il sera obselète.

    • @LAB1NE
      Trop facile comme réponse, surtout quand vous dites une fausseté. Les gens qui travaille ont toujours payé pour les gens a leur retraite et presentement, on payent pour que les jeunes aient des garderies a $7 et des congés parentaux auxquel on avait pas acces.

    • Moi, ce que je trouve le plus "éc?urant" c'est que, d'un côté, on dit à la classe modeste : cesser de profiter du système, alors que de l'autre, l'on permet encore aux mieux nantis de fractionner leurs revenus pour éviter le remboursement de la PSV. De plus, on ne vient nullement réduire l'avantage des retraités du secteur public qui peuvent fractionner leur revenu bien avant 65 ans !
      J'aimerais également ajouté que cet article vient aussi contredire tout ce qui se dit de positif sur la rente longévité en précisant clairement que les contribuables à plus faibles revenus ont aussi une espérance de vie réduite. C'est donc dire, qu'en plus on leur demande de contribuer pour la retraite des mieux nantis !
      Or, je ne cesse de dire, également que le RVER et la rente longévité devraient être vus comme des hypothèques inversées. Certes les retraités recevront peut-être plus de revenus BRUTS mais la majorité des travailleurs du secteur privé remettront, au final plus d'argent dans les coffres des gouvernements que ce qu'ils auront reçus au départ !
      Jean-François Robert, M.B.A
      Chargé de cours (finances, fiscalité et placements des particuliers)

    • @kavanagh1
      Oui... vous etes dans l'erreur...

    • Suis-je dans l'erreur ou l'argent que les boomers ont mis dans le PVS et peut-etre meme le RRQ a en grosse partie servie a payer une pension a leurs parents qui n'y avait jamais mit un sous?? Et qu'ils payent presentement pour des services auquel ils n'avaient pas acces tel les garderies a $7 et les congés parentaux??

    • - «La mort lente de la pension de la vieillesse»
      Non, plutôt la mort lente du concept de société au profit du concept de Bizeness.
      Nous assistons à la mort lente du concept de société, un groupe d'individus vivant ensemble pour profiter des compétences de chacun et faire en sorte que la contribution de chacun au bien commun profite à tous et fasse avancer le groupe.
      Lentement, nous avons remplacé ce concept par un modèle social de Bizeness, basé uniquement sur l'acquisition égoïste, sur l'accumulation maladive, où seul compte le «combien ça coûte», vidé de toutes considérations humaines.
      C'est rendu péché de vouloir prioriser le bien commun, parce qu'emprisonnés dans le carcan bien étroit du système économique que nous nous sommes construits. Incapables de penser autrement, incapables d'en sortir, incapables mêmes d'envisager qu'autre chose soit possible.
      Seule la bizeness compte, seule la rentabilité à de l'importance, seule compte la colonne profits.
      Heureusement, l'automatisation aura tôt fait de rendre une grosse partie de ces humains inutiles et désuets. Un robot industriel se vend maintenant 20 000$ dollars, moins qu'un employé d'usine au salaire minimum...
      Enfin débarassés de tous ces inutiles, ces vieux, ces travailleurs manuels, ces journalistes, ces artistes, ces gratteux de guitares, le 1% pourra enfin jouir de son monde éternellement profitable.
      Continuons à travailler pour atteindre ces lendemains qui chantent !

    • Une proposition moitié-moitié serait aussi envisageable, soit de reporter l'âge de la retraite à 67 ans dès 2020 par exemple, tout en diminuant, mais moins drastiquement, le seuil à partir duquel la PSV est amputée, par exemple lorsque les revenus du pensionné atteignent 50 000 $ ou 55 000 $. Car même avec 50 000 $ de revenus, le retraité est déjà pas mal au-dessus du revenu moyen d'un québécois, il devrait s'en tirer...

    • Forcer les boomers a contribuer a un regime que ne profitera qu'a leurs enfants... hahaha... elle est bien bonne celle la...
      J'ai 45 ans, et ca fait tres longtemps que je sais tres bien que pour ma generation, il n'y aura pas de pension, pas de retraite, pas de "liberte 55".... Parce quand ma generation est arrivee sur le marche du travail, y'en avais plus d'argent, y'en avait plus des carrieres qui durent une vie. Et je savais tres bien que quand j'aurais 65 ans... de l'argent y'en aura encore moins.
      merci papa.

    • Ce n'est pas tout de même pas surprenant que le gouvernement veut favoriser les boomers puisqu'ils sont la base électorale la plus importante. Pendant ce temps, les jeunes vont financer la retraite de leur parents en contribuant à un niveau beaucoup plus important pour au final avoir pratiquement rien. La vrai solution aurait été de couper une partie des prestations aux bommers qui s'en vont à la retraite pour mieux cadrer avec leur contributions, mais bon. Ceci dit, je suis conscient que sans cette base de travailleur, les programmes sociaux aux familles dont ma génération profite ne pourrait pas avoir lieu, bien que au rythme où sont gérées les chose, je ne crois pas qu'ils soit encore là dans dix ans.

Commenter cet article

Les commentaires sont maintenant fermés sur cet article.


Veuillez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

publicité

publicité

la liste:3762:liste;la boite:318296:box

À lire sur La Presse Affaires

Précédent |

publicité

image title
Fermer