Mêler les cartes... et les investisseurs

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) Quand j'ai commencé à couvrir l'industrie des services financiers, il y a plus de 15 ans, on appelait des courtiers en valeurs mobilières... des courtiers, tout simplement. C'était clair. Aujourd'hui, les investisseurs ont besoin d'un lexique pour comprendre qui fait quoi dans l'industrie des services financiers.

Les courtiers préfèrent qu'on les appelle conseillers financiers, conseillers en placement, gestionnaires de portefeuille, consultants en finances personnelles, planificateurs financiers, gestionnaires privés, conseillers en gestion de patrimoine, spécialistes de la retraite et j'en passe.

Étrangement, aucun de ces titres n'a de valeur légale. Dans la loi, on utilise le terme «courtier» pour désigner la firme. Et les individus qui travaillent pour la firme de courtage sont des «représentants inscrits». Avec un titre officiel aussi peu séduisant, on comprend que les représentants s'inventent d'autres noms. Mais certains y vont fort...

Dans les grandes firmes de courtage, les courtiers prospères portent le titre honorifique de vice-président ou de premier vice-président. En réalité, ils ne sont pas plus vice-présidents que les employés de Wal-Mart ne sont associés. Ces courtiers n'ont aucun rôle administratif dans la firme, aucune portée de gestion. Mais un titre de vice-président, ça paraît bien sur une carte professionnelle!

Et je ne vous parle pas de toutes ces lettres de noblesse: CFA, MBA Ph.D, LL.B, PAA, CEO, CFO, M. Fisc, Pl. Fin, FICA, FSA, BAA, Adm. A, CGA, CMA, CA... Vous me suivez toujours?

Avec cette prolifération de titres d'emploi et de titres professionnels, je crois que la clientèle n'y voit plus clair. Tout cela porte à confusion.

Pour prévenir la fraude, les organismes de réglementation pressent les investisseurs de vérifier si leur conseiller possède réellement la licence nécessaire pour exercer son métier*. Une excellente idée. Mais en multipliant les titres, l'industrie mêle les cartes. Elle n'aide pas le grand public à s'y retrouver.

À preuve, la grande majorité des investisseurs ne se souviennent même pas du titre de leur conseiller, selon une étude menée par l'Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières (OCRCVM). D'autres estiment que les titres donnent une fausse impression.

Certains groupes de défense des épargnants estiment que les titres de «conseillers» devraient être réservés aux experts qui ont un véritable devoir de fiduciaire, ce qui les oblige à agir dans le meilleur intérêt du client et non seulement à s'assurer que les placements conviennent au profil de l'investisseur.

Je ne pense pas qu'il soit nécessaire d'aller aussi loin. J'ose espérer que la plupart des conseillers offrent de véritables conseils à leur clientèle, même si la plupart tirent effectivement leur rémunération de la vente de produits financiers.

Mais l'industrie devrait faire le ménage et uniformiser l'utilisation des titres, de manière à ce que les investisseurs sachent à qui ils ont affaire.

D'ici peu, l'OCRCVM exigera que tous les représentants présentent le logo de l'OCRCVM dans leurs communications avec la clientèle. «Ça s'en vient très bientôt», promet la vice-présidente pour le Québec, Carmen Crépin.

Cela donnera une meilleure visibilité à l'organisme de réglementation qui ne jouit pas d'une très grande notoriété auprès des investisseurs, peut-être en raison de son acronyme rébarbatif. De cette manière, les investisseurs sauront qu'ils peuvent se plaindre à l'OCRCVM en cas de pépin.

Mais l'OCRCVM n'ira pas plus loin. Pas question d'imposer un titre uniforme pour tout le monde. «C'est correct qu'à travers un titre d'emploi, on puisse refléter son genre de pratique. Si c'est bien fait, c'est même utile pour le client», dit Mme Crépin.

Bref, chacun reste libre de se présenter à sa guise... dans la mesure où le titre n'envoie pas un message trompeur.

Dans une note récente, l'OCRCVM a d'ailleurs pris soin de rappeler aux courtiers - oh pardon! je devrais dire aux représentants inscrits - que le titre qu'ils inscrivent sur leur carte professionnelle ne doit pas créer de confusion, ni induire les clients en erreur.

Alors, de grâce, laissez tomber ces titres pompeux et trompeurs de premier vice-président! Il y a de bien meilleures façons d'impressionner la clientèle. Des exemples? Livrer des rendements solides, fournir des conseils judicieux et offrir un service hors pair.

* Pour vérifier si votre conseiller est inscrit: Registre des entreprises et individus autorisés à exercer de l'Autorité des marchés financiers: www.lautorite.qc.ca/fr/registre-entreprise-individu-fr-conso.html

Représentant inscrit: Dans une firme de courtage, c'est celui qui peut conseiller les clients pour acheter et vendre un large éventail de produits: fonds, actions, obligations, etc. On l'appelait conseiller en placement, il y a quelques années.

Représentant en placement: Assistant du représentant inscrit, il ne conseille pas directement les clients.

Représentant inscrit autorisé à faire de la gestion de portefeuille: Jusqu'à récemment, on disait simplement gestionnaire de portefeuille. Il s'agit d'un représentant qui peut faire de la gestion discrétionnaire, c'est-à-dire acheter ou vendre des titres sans appeler le client avant chaque transaction. Cela nécessite davantage de formation.

Représentant en épargne collective: Il distribue uniquement des fonds communs de placement.

Conseiller en sécurité financière: Il distribue de l'assurance de personne (ex.: invalidité, vie).

Agent ou courtier en assurance de dommages: Il distribue de l'assurance auto ou maison.

Planificateur financier: Titulaire d'un diplôme de l'Institut québécois de planification financière, le planificateur conseille les investisseurs sur l'ensemble des sujets de finances personnelles: placements, assurances, succession, etc. La plupart du temps, il a une autre licence qui lui permet de vendre des produits financiers.

Partager

publicité

Commentaires (3)
    • Il a de menterie,des mauditte menteries et enfin le statistiques(M.Twain). Si vous croiez que le taux d'inflation tel que etabli par nos genie,je me refer au IPC est le taux reel du cout de la vie ca espliquerait l'augmentation de la consommation des aliments pour animaux,chez les retraité (ceci ne comprend pas les differents fonctionnaires des tous les niveau qui on ajouté 0 a PIB.) une proportion importate des ce pensions pas vraiment indexé,est englobé par la grocerie et les soins medicaux,bien sure ce inversement proportionel a l'age,le restant du budget ca va dans taxe et services convenientement esclue dans le calcul du IPC par le gouvernement.Dans un'article precedent Stephanie a fait reference aux retraits minimum dans le FERR je trouve les guvernements pressé,le RIT l'equivalent US de notre FERR est de beacoup moins gourmand pour le contribuable US le retrait minimum est de pres de 20% moins important.En effect une fois epuisé le FERR voir les taux de rendement actuel un bon porcentage des retraité moins nantis (la plupart) deviendrait la charge des contribuables,pourtant on sais que tot ou tard le tout est imposable a notre decé.
      Je invite donc le PH.D,BBO,BS PAW,BOBO ET BABOUNNE ainsi que HEC de decendre sur terre, question de temps ..ca va etre a leur tour.
      es .

    • Ce qui devient mêlant, c?est que les travailleurs de ce domaine peuvent vendre autre chose que ce que leur titre le permettrait. Par exemple, les représentants en épargne collective peuvent autoriser des prêts hypothécaires sans être courtier hypothécaire et faire de l?assurance de personnes avec l?assurance hypothécaire sans être conseiller en sécurité financière en passant par les mécanismes de l?assurance collective. Les titres et les permis ont bien plus été créés pour répondre aux besoins des institutions qui vendent les produits financiers qu?en pensant aux clients. C?est la même chose avec les permis d?assurance de personne restreints qui permettent aux vendeurs de distribuer des assurances en cas d?accidents seulement, mais qui n?inclut pas les causes de type maladie. Pourtant, les maladies sont à l?origine de beaucoup plus de réclamation et les assurances accidents donnent un faux sentiment de sécurité. Un grand ménage s'impose: spécialistes en prêts, spécialiste en placements, spécialistes en assurances de personne et l'architecte d'un plan financier: planificateur financier indépendant qui ne vend rien pour ne pas porter deux chapeaux. Est-ce que les médecins vendent des médicaments?

    • etk, sont bons pour nous dire que c'est le marché....
      parlez-en aux retraités qui ont du ajuster leur train de vie avec la révision de tous ces beaux tableaux détaillés des revenus de retraite jusqu'à 90 ans...
      c'est beau la montée boursière des 4 dernières années (aux USA), mais on est encore loin de 2007 au Canada et les taux d'intérêts, lire les revenus d'intérêts, sont tres pauvres....faque le titre du conseiller...on peut repasser...

Commenter cet article

Les commentaires sont maintenant fermés sur cet article.


Veuillez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

publicité

publicité

la liste:3762:liste;la boite:318296:box

À lire sur La Presse Affaires

Précédent |

publicité

image title
Fermer