La calculatrice de l'amour

Ce n'est pas pour vous briser le coeur en ce jour de Saint-Valentin, mais savez-vous combien pourrait vous coûter votre futur chum? Je parle ici de son coût «fiscal». Non, ce n'est pas une blague! Votre nouveau conjoint, si adorable soit-il, peut vous faire perdre 5000$ ou 10 000$ par année.

Le ministère des Finances du Québec a même une calculatrice sur son site internet* qui permet d'évaluer le coût... de votre coup de coeur.

Imaginons Cynthia qui gagne 35 000$ par année. Elle s'occupe seule de ses deux enfants de 5 et 8 ans qui fréquentent un service de garde à contribution réduite.

La jeune mère reçoit un soutien considérable d'Ottawa et de Québec. Par exemple, elle touche 4144$ du programme de soutien aux enfants, 2810$ en prestation fiscale canadienne pour enfants (PFCE) et 1771$ en supplément de cette prestation, sans compter 994$ en crédit à la solidarité et 738$ en crédit de TPS.

Mais cette aide pourrait s'évaporer si Cynthia rencontre l'homme de sa vie. Le fisc utilisera alors le revenu familial du nouveau couple comme base de calcul, ce qui réduira les crédits et prestations.

Ainsi, Cynthia perdra plus de 6000$ par année si son nouveau conjoint gagne le même salaire qu'elle. Et elle perdra plus de 9000$ par année si l'élu de son coeur gagne 80 000$.

Pour un chef de famille monoparentale à faible revenu (20 000$) la perte peut atteindre 15 000$ par année. C'est loin d'être banal.

L'impact fiscal est moins frappant lorsqu'il n'y a pas d'enfants dans le portrait. En fait, il y aura peu de conséquences si deux jeunes célibataires plus aisés décident de faire vie commune. Par contre, les célibataires à faibles revenus risquent de perdre le crédit de TPS, le crédit pour Solidarité et l'allocation-logement.

Loin de moi l'idée d'encourager les gens à rester seuls. Ce serait bien triste! Et d'un point de vue strictement financier, il est clair que les couples réalisent d'importantes économies en partageant les dépenses (loyer, chauffage, services de télécom, etc.). La solitude, si présente dans les grandes villes comme Montréal, est un important facteur d'appauvrissement.

L'objectif de cette chronique est plutôt d'alerter les nouveaux couples sur les conséquences fiscales de leur changement de statut matrimonial.

Ottawa a changé ses règles lors du budget 2011. Désormais, les prestations s'ajustent dès qu'on devient conjoint de fait. Idem pour Québec. Il faut donc avertir rapidement le fisc que vous avez un nouveau conjoint, sinon le gouvernement pourrait vous réclamer des milliers de dollars versés en trop.

C'est une question d'équité. Les couples qui se séparent ont droit aux prestations bonifiées tout de suite après leur séparation. Alors, il est logique que les nouveaux couples qui se forment voient leurs prestations diminuer rapidement.

Au printemps dernier, Ottawa a commis une grave erreur dans l'implantation de la nouvelle règle. Des milliers de contribuables se sont vu réclamer des montants substantiels par le fisc, alors que la mesure ne devait pas s'appliquer avant le 1er juillet 2011. Finalement, les jeunes couples n'auront pas à verser les milliers de dollars réclamés rétroactivement.

Mais les familles reconstituées depuis la mi-2011 risquent d'avoir un choc si elles n'ont pas prévenu le fisc de leur changement de statut. Pour éviter les mauvaises surprises, les nouveaux couples doivent remplir le formulaire RC65 d'Ottawa et avertir la Régie des rentes du Québec (RRQ).

«Mais je ne suis pas certaine que tout le monde est au courant qu'il faut présenter sa nouvelle flamme au fisc», dit Annie Boivin, vice-présidente, planification fiscale et successorale, chez Richardson GMP.

Et certains conjoints de fait sont peut-être tentés de se «déguiser» en célibataires pour éviter l'impact fiscal. Mais ils risquent de se faire rattraper par la bande. Par exemple, si l'un des conjoints meurt, l'autre ne pourra pas bénéficier du roulement du REER à l'abri de l'impôt et il ne recevra pas la rente de conjoint survivant de la Régie des rentes du Québec (RRQ).

Mais parfois, le nouveau chum peut être très «payant» sur le plan fiscal. C'est le cas de certains retraités qui peuvent fractionner leurs revenus. En attribuant jusqu'à la moitié de leurs revenus de retraite à leur conjoint, ils pourront réduire leur facture d'impôt de plusieurs milliers de dollars, tout en évitant de rembourser leur pension de la Sécurité de la vieillesse (PSV).

------------------

*Pour faire vos propres simulations, consultez la calculatrice de l'amour (alias l'outil de calcul du revenu disponible) sur le site du ministère des Finances du Québec: www.budget.finances.gouv.qc.ca/Budget/outils/revenu_fr.asp

------------------

LE COÛT FISCAL DE VOTRE NOUVEAU CHUM

Pour une mère seule, salaire de 35 000$, deux enfants de 5 et 8 ans dans un service de garde à contribution réduite:

> Perte de plus de 6000$ par année, avec un conjoint de fait qui gagne 35 000$

> Perte de plus de 9000$ par année, avec un conjoint de fait qui gagne 80 000$

Partager

publicité

Commentaires (17)
    • À lire les montants de déduction d'impôt qui s'adressent aux personnes seules, c'est à se demander si ça vaut la peine de faire des efforts pour s'instruire pour améliorer son sort. Il y a donc d'autres façons d'aller chercher des $$$.

    • Cet article nous rappele qu'au-delà des considérations émotionnelles, la formation d'un couple c'est comme la formation d'une PME; pas pour rien que les contrats d'union sont fait en début de relation, quand tout va bien. Ensuite, il s'agit de voir si le coût fiscal est compensé par un gain (relationnel, économique, social, etc) réel?

    • Voilà un piètre exemple et une vision étroite de l'amour dans son essence et sa véritable beauté. On calcule les coûts de l'homme dans le décors douillet d'un budget !! Avez vous pensé à la présence d'un père pour un enfant, madame. Cette présence est inestimable. Qu'en est il de l'homme qui a la garde de ses enfants. C'est illustrement des mots souffrants et tristes issus d'un féminisme froid et stérile

    • Je trouve pas l'article ridicule, il vise simplement à informer les gens des impacts fiscaux - et non économiques - d'un changement d'état civil.

    • Le couple comme telle est aussi un societé, c'est votre choix de vivre en couple et de payer les coups de ce societé. Vous pouvez sortir votre calculette et choisir un pays avec moins de impôt et partir aussi, mais vous aurez moins de services aussi.
      En plus, les couples ont le choix aussi de continuer à vivre séparé et payer deux loyer, et tout en double...avez vous fait de calcule de combien ca coute?

    • Mais non...
      Tout est très simple.
      Si la vie en couple coute 5000 , 10000 $ de plus.
      gardez votre appartement chacun...
      Allez souper à tour de rôle une couple de fois par semaine chez votre chum/blonde...
      tout est parfait...

    • Et attention aux nouveaux conjoints de fait, Revenu Québec peu prendre près d'un an à finalement comprendre ce qui se passe! Lors de la déclaration d'impôt 2011 (remplie en avril 2012) mon chum et moi nous sommes déclarés comme conjoints pour la première fois. Par la suite, il a reçu une lettre confirmant qu'il avait une conjointe (mais moi je n'ai rien reçu). Puis, nous avons tout deux reçus une lettre disant que nous n'avions pas de conjoints. Lorsque j'ai téléphoné pour faire corriger la situation, j'ai dû remplir une nouvelle déclaration de conjoints. 2 mois plus tard, nous avons téléphoné à nouveau et on s'est fait dire que l'information n'avait pas été traitée encore. Puis, on m'a réclamé 400$ de crédit d'impôt à la solidarité, puis de l'argent a été versé à mon chum à deux reprises, puis à nouveau à moi puis notre versement commun a été retenu durant 1 mois le temps que les données du département A soit conformes aux données du département B (mais on a reçu 5 sous d'intérêt pour compenser notre attente!). Ouf! Heureusement, tout semble fonctionner depuis janvier 2013, avec un peu de chance, le rapport d'impôt de cette année ne sera pas aussi complexe!

    • Bel article, ça va permettre de motiver les gens à frauder les programmes du gouvernement!!!

    • Article un peu ridicule:
      Taux de pauvreté d'une famille monoparentale: 24%
      Couples avec enfants: 4%

    • Bel exemple de mentalité Je_Me_Moi et de dépendance de la société!
      Un jour de la Saint-Valentin... calculer l'amour en comptant l'argent qui serait « perdu »... lorsqu'on choisit de vivre avec un conjoint.
      Et après cela on viendra me dire que ce qui importe d'abord pour vous c'est l'amour ! L'amour de soi et de sa belle dépendance à l'égard des autres, oui !
      Lorsque nous étions jeunes, on nous apprenait qu'aimer c'est d'abord regarder l'autre avant soi. Dans cet esprit, je vous suggère une question que chacun devrait constamment se poser : qu'arriverait-il si chacun faisait comme moi ?

    • "Loin de moi l'idée d'encourager les gens à rester seuls. Ce serait bien triste!"
      Pourquoi est-ce que ce serait triste?

    • D'une perspective macro-économique un taux de natalité élevé est bon pour la croissance économique.

    • Peu importe comment on calcule, une blonde coûte pas mal plus cher qu'un chum.
      Pire, en cas de mariage, le gars peut perdre non seulement une bonne partie de son salaire mais aussi tout le patrimoine familial qu'il aura payé au profit de son ex qui bien souvent n'y a même pas contribué.
      Dans le cas Lola et Éric, la belle Lola aurait pu obtenir des milliards de Dollars, elle qui n'a jamais participé de quelque façon que ce soit à la création, à la gestion et au bon fonctionnement de l'entreprise d'Éric.
      Du vol légalisé quoi.
      Il n'y a pas à dire, Éric et des milliers de Québécois ont passé très proche de se faire plumer de leur argent dûrement gagné avec cette nouvelle approche légale qui a fort heureusement échoué.

    • Si pour les femmes amour=argent, on se demandera pas pourquoi on voit de plus en plus de gays. Et juste comme ça, un homme monoparental ça existe sauf que ça ne cherche pas une femme généreuse pour le faire vivre.

    • Précision : à moins d'avoir des enfants en commun, il ne faut pas oublier qu'on devient conjoint de fait seulement après 12 mois consécutifs de vie commune. Si on a des enfants, c'est immédiat.
      @ melo_carmelo : marié ou conjoint de fait, c'est la même chose du point de vue fiscal.

    • Bonjour, j'ai une question: faut-il se marier pour perdre les avantages d'être seul ou le seul statut de conjoint de fait suffit?

    • L'amour calculateur a existé bien avant tous ces fameux calculs auxquels vous faites références et ça va continuer de plus belle dans le futur. C'est sûr qu'en "perdant" ces sommes au présent on se sent floué mais si la rupture survient, il a un retour à ces sommes, non? Et avouons qu'un conjoint qui fait plus de 80,000$ par année fera plus que sa part et comblera ce manque à gagner assez rapidement merci. Sinon, il ne vaut pas la peine d'être consirédé comme tel...conjoint bien sûr.
      A. Auclair, Montréal

Commenter cet article

Les commentaires sont maintenant fermés sur cet article.


Veuillez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer