Quand les pauvres récompensent les riches

La semaine dernière, le Nouveau Parti démocratique (NPD) est parti en guerre contre les frais imposés par les cartes de crédit aux commerçants. Bravo! Mais je suis surprise que personne n'ait profité de l'occasion pour parler de l'effet pervers de ces frais cachés sur les consommateurs.

Avec l'essor des cartes de crédit privilège qui offrent des récompenses juteuses aux grands consommateurs, c'est un peu comme si les pauvres «subventionnaient» les riches. Totalement régressif!

Il faut savoir que chaque fois que vous payez avec votre carte de crédit, Visa ou MasterCard impose au commerçant des frais d'acceptation de 1,5% à 3%. Les frais sont encore plus élevés sur les cartes privilège (Voyage, Platine, etc.) destinées aux clients à revenus élevés.

Ces frais grugent de plus en plus la rentabilité des commerçants qui n'ont pas le droit de surfacturer les clients qui ont des cartes privilège ni de refuser leurs cartes, en raison des règles internes des deux géants du crédit.

Cela force les détaillants à augmenter leurs prix de vente. Ils refilent ainsi les coûts des cartes de crédit à l'ensemble de leurs clients, y compris ceux qui utilisent un mode de paiement moins coûteux, comme l'argent comptant ou la carte de débit.

En 2010, une étude de la Federal Reserve Bank of Boston avait constaté que les ménages qui utilisent une carte privilège, généralement des familles nanties, reçoivent des récompenses de 1482$US par année, en moyenne.

De leur côté, les consommateurs qui paient comptant, souvent plus pauvres, se retrouvent à payer plus cher sur l'ensemble de leurs produits, ce qui équivaut à un transfert de richesse de 151$US par année en faveur des détenteurs de cartes privilège.

Bref, le système est vicié. Il incite les gens à utiliser leur carte de crédit au maximum. Et ce sont ceux qui n'ont pas accès au crédit - ou qui préfèrent ne pas l'utiliser - qui financent les cadeaux.

----

Devant les doléances des détaillants, Ottawa a instauré un code de conduite volontaire pour l'industrie des cartes de crédit, en 2010. Mais dans la pratique, le code n'a pas aidé du tout. Au contraire, Visa et MasterCard ont encore augmenté leurs frais, au grand dam des commerçants.

Certains groupes de pression reviennent maintenant à la charge. Par exemple, la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI) voudrait que les détaillants puissent imposer une surcharge aux détenteurs de cartes de crédit ou qu'ils puissent refuser les cartes plus coûteuses... qui auraient été étiquetées comme telles, afin qu'on puisse les repérer facilement.

De quoi rendre les consommateurs furieux! Je souhaite bonne chance à la caissière qui aura l'odieux de refuser la carte d'un client ou de lui imposer des frais additionnels...

Ce n'est pas pour rien que plusieurs détaillants américains, comme Wal-Mart et Target, n'ont pas l'intention d'aller dans cette direction, même s'ils peuvent exiger une surcharge de 4% sur les achats par carte de crédit, depuis le 27 janvier dernier.

Les commerçants ont obtenu ce droit lors du règlement d'un recours collectif contre Visa et MasterCard, en juillet dernier. Accusés d'utiliser leur situation monopolistique pour imposer des frais excessifs, les deux géants ont accepté de rembourser une somme record de 7,25 milliards US.

Au Canada, le Tribunal de la concurrence devrait bientôt trancher une question semblable, puisque le Bureau de la concurrence a déposé une plainte pour pratique anticoncurrentielle, il y a plus de deux ans.

----

Au lieu de permettre aux commerçants de refiler à leurs clients les frais excessifs de Visa et de MasterCard en leur imposant une surcharge, pourquoi ne pas s'attaquer à la racine du problème en plafonnant les frais?

L'Australie, par exemple, a plafonné les frais à 0,5%. Le Canada devrait faire sa propre analyse afin d'établir un plafond raisonnable, prône le NPD. Un bel objectif. Mais les consommateurs ne doivent pas se réjouir trop vite.

En Australie, les commerçants ont gardé pour eux les bénéfices de leur lutte contre Visa et MasterCard. Pour les clients, pas de baisse de prix.

«Est-ce que les commerçants vont baisser le prix des Mae West de 15 cents?», demande François Lapointe, porte-parole du NPD en matière de petites entreprises. Probablement pas.

«Mais peut-être que certains vont avoir l'argent pour rénover la façade de leur commerce, pour embaucher ou pour réinvestir dans l'économie locale», plaide-t-il.

Mais pour les consommateurs, il faudra repasser.

Partager

publicité

Commentaires (36)
    • Un article intéressant et des commentaires instructifs, notamment le premier commentaire de Philippe Deveau.

    • Voici des suppléments d'informations importantes à prendre en note avant de prendre des décisions.
      Interac est un organisme à but non lucratif.
      Les frais Interacs sont de 0,006534 $ par opération.
      Liens : http://www.interac.ca/index.php/fr/a-propos-d-interac/apercu-des-frais
      Il existe 4 comptes chèques au Canada dont 3 disponibles au Québec dont les transactions sont illimitées et sans frais (un des comptes nécessite que le transfert automatique du salaire soit fait dans ce compte pour réduire les frais à 0$ mensuellement), don 2 sont dans le réseau Accel et The Exchange réseaux disponibles partout à travers le Canada et les États-Unis.
      Entre, argent comptant, débit et crédit, seul le crédit a le pouvoir d'améliorer vos dossiers de crédit, ce qui peut vous permettre de passer au financement pour une propriété.
      Plusieurs cartes de crédit offrent un plan de compensation gratuitement, il suffit de biens regarder les cartes et les plans avant de faire son choix.
      Pour ce qui est de la garantit qu'offre les cartes de crédit... Débarrassez-vous de prêt-à-jetés et acheter de la qualité. : http://affaires.lapresse.ca/opinions/chroniques/stephanie-grammond/201301/30/01-4616413-se-debarrasser-du-pret-a-jeter.php
      Vous pouvez utiliser le logiciel gratuit Mint qui permet de retracer tout votre budget directement sur votre téléphone cellulaire.
      Les cartes de crédit prépayé sont très efficaces pour les paiements en ligne et/ou les voyages à l'extérieur de l'Amérique du Nord pour s'assurer de ne pas avoir de problème de fraude.
      Pour éviter la fraude du à la technologie NFC utiliser des protections Identity Block. : http://www.identityblock.com/
      Maintenant qu'elle est la solution la plus plausible face à toutes les questions entourant ce sujet.
      Je n'ai malheureusement plus de caractère (limité à 2000), écrivez-moi et je vous envoie par courriel la meilleur solution que j'ai trouvé.
      Philippe Deveau
      pdeveau@dvofocus.com
      www.dvofocus.com

    • En fais, voici la réponse sur un autre commentaire.
      Maintenant qu'elle est la solution la plus plausible face à toutes les questions entourant ce sujet.
      Premièrement, avoir un porte-feuille (ou ce que vous voulez) qui comprend 40$ en argent comptant, une carte de débit et une carte de crédit.
      Deuxièmement, avoir deux autres cartes de crédit qui restent à la maison, qui peuvent même être coupées.
      Le 40$ du porte-feuille est utilisé pour payer les factures de moins de 10$. Les factures de plus de 10$ sont payables par carte de débit (soyez intelligent, ayez un compte à transaction illimité sans frais). À quoi sert la carte de crédit? Dans l'éventualité que vous avez tout dépenser votre argent comptant durant la journée que vous n'avez pas pu aller au guichet pour retirez de l'argent, et qu'il n'y a plus d'argent dans votre compte chèque et qu'il y a une urgence. À ce moment-là, vous pouvez utiliser la carte de crédit.
      Pour bâtir les dossiers de crédit, il est important qu'il y ait des transactions sur chacune des cartes de crédit. Faites payer vos factures de télécommunications directement et automatiquement sur vos deux cartes de crédit que vous gardez à la maison. Exemple : cellulaire sur une carte et internet sur une autre.
      Bien des assureurs permettent de faire les prélèvements automatiques directement sur votre carte de crédit. Et vous trouverez probablement d'autres comptes mensuels récurant que vous pourrez faire la même chose.
      Vous saurez chaque mois de combien vous devrez payer vos cartes et vous pourrez automatiser le paiement de votre carte de crédit avec votre compte bancaire.
      Utilisez la carte de crédit prépayé pour les transactions en ligne et les voyages.
      Solution gagnante pour le commerçant, pour le client, le client voyageur, pour le dossier de crédit du client, pour le contrôle de l'endettement, pour l'économie durable et la connaissance globale.
      Que voulez-vous de plus?
      Philippe Deveau
      DVO Focus
      pdeveau@dvofocus.com

    • Chers lecteurs, voici quelques informations complémentaires à mon article. J'espère que cela alimentera vos discussions.
      Premièrement, depuis l'entrée en vigueur du code volontaire dans l'industrie des cartes de crédit, les commerçants peuvent accorder un rabais aux clients qui paient comptant. C'est une façon de récompenser les clients qui optent pour un mode de paiement moins coûteux. Mais ce n'est pas une pratique qui semble très populaire.
      Deuxièmement, une transaction par carte de crédit coûte beaucoup cher qu'une transaction en argent comptant ou par carte de débit, pour le commerçant. Selon le montant, la carte de crédit peut coûter 20 ou 40 fois plus cher au marchand, estime le Bureau de la concurrence.
      Par exemple, l'achat d'un barbecue de 200$ coûterait environ 12 cents par Interac qui prélève des frais fixes peu importe le montant de la transaction, par rapport à environ 5$ par carte de crédit (2,5% de la transaction).
      Pour en savoir plus sur le sujet, je vous suggère la lecture du mémoire de l'économiste Jean-Pierre Aubry que vous trouverez à l'adresse suivante:
      http://www.economistesquebecois.com/files/documents/aj/68/jpa-cartes-de-cr-dit-et-concurrence.pdf
      Bonne lecture!
      Stéphanie Grammond

    • @ Borium Selon l'émission La Facture, les Air Miles de IGA, par exemple :

      «Que ce soit dans un grand magasin, dans une pharmacie ou à un comptoir de café, on vous propose presque partout une carte de fidélité maison. D'autres commerçants s'associent aux deux grands programmes au pays, Aéroplan et AIR MILES.
      C'est ainsi qu'IGA s'est joint à AIR MILES. La compagnie achète des milles AIR MILES pour les redonner à ses clients fidèles. »
      Source : http://www.radio-canada.ca/actualite/v2/lafacture/niveau2_2354.shtml
      Donc, ce n'est pas gratuit pour le marchand. La question que j'avais posé demeure donc pertinente.

    • Je crois que l'auteure a une préférence pour les banques ou qu'elle croit utopiquement que tout le monde va se mettre à payer comptant. Payer par carte de débit coûte assez cher, en moyenne 75 sous par transaction ! Et les banques ont réussit à vous cacher ces frais sous leurs frais mensuels qui vous reviennent à environ 10$ par mois. C'est dire que cela vous coute 120$ par an pour payer par carte de débit.
      Dans mon cas, je paie par carte de crédit 95% de mes achats, je ne paie pas de mensualité à ma banque et j'économise beaucoup! Que ce soit aux banques ou aux entreprises de crédit, on devra toujours payer pour les transactions par carte. Et c'est utopique de penser que la majorité des gens vont se mettre à payer comptant pour économiser 15 sous sur son sac de lait et d'avoir à trainer autant d'argent comptant sur eux.
      Pour l'instant je prend l'option la plus pratique et qui me revient le moins cher: carte de crédit avec primes. Mais je suis d'accord avec le NPD qu'on devrait limiter le % que les agences de crédit imposent aux commercants, quitte à ne plus avoir de primes ou fortement réduites.

    • C'est certain que à court terme le prix de produit ne baisserait pas sauf qu'à moyen et lonf terme, l'augmentation des produits serait réduite puisqu'il n'aurait plus à couvrir c'est frais.

    • @ylem: À ce que j'en sais, il n'y a pas de frais spécifiques pour les Air Miles. En fait, c'est plutôt l'inverse: C'est Air Miles qui fait de l'argent grâce aux informations sur vos habitudes d'achat qu'ils accumulent et revendent ensuite à qui veut bien les payer (firmes de sondage, marketing, etc.). Je ne serais donc pas surpris qu'au contraire, c'est eux qui redonnent un p'tit quelque chose (genre, par transaction) aux marchands.
      @pideshar: En quoi est-ce une option gagnante pour le commerçant? Pour le même montant de vente, il a le choix entre payer 2-3% de frais pour une carte de crédit ou "payer" 5% pour un paiement en argent comptant. Suis-je le seul à croire qu'il ne sait pas compter? À moins bien sûr qu'une couple de transactions n'apparaissent ainsi pas dans les livres... J'aurais payé par carte et me serais ainsi assuré d'une garantie prolongée d'un an sur mon achat. Par contre, il y a fort à parier que je n'y aurait plus mis les pieds après.
      Est-ce la solution, vous demandez? Ça dépend. Si le rabais correspond aux frais réellement payés (comme ce que l'on voit dans certaines petites chaînes de magasins d'informatique), OK. Sinon, on pourrait toujours dire (avec raison!) que le rabais de 5% doit nécéssairement être compensé quelque part dans les prix, donc ceux qui paient avec une carte de crédit paient trop...
      Soyez sans crainte: Aucun commerçant ne devrait vous charger plus cher parce que vous payez par carte de crédit. C'est une pratique absolument interdite dans leur contrat avec Visa/MC/Amex, tout comme les endroits qui exigent un montant minimum ou maximum pour une transaction par carte de crédit. Une simple petite plainte et le commerçant risque fortement de ne plus offrir le service...
      Par contre, l'ironie c'est que rien ne les empêche d'offrir un rabais si les gens paient comptant. Autrement dit, faut pas avoir l'air de charger plus cher quand on paie avec une carte de crédit, mais on peut donner des rabais supplémentaires avec de l'argent.

    • Avec les intérêts exhobitantes que charges les compagnie de cartes de crédit, tous les frais associés à leur usage devraient être assumés par les émetteurs des cartes, c'est simple comme un et un et deux.
      Je vourdrais voir le commercants qui me facture des frais pour utiliser ma carte de crédit, ma commande restera sur la tablette et j'irai ailleuts, ça aussi et simple comme un et un et deux.

    • Avez-vous déjà réussit de payer comptant en achetant sur internet? Avez-vous déjà essayé de payer vos billets d'avion, vos forfait de voyage, une location d'auto our un hôtel comptant? Mission impossible la carte de crédit est exigé!

    • Un commercant d'articles de sport de Rosemère offre à sa clientèle une réduction de 5% si elle paye la marchandise en argent comptant. Une formule gagnante à la fois pour le commerçant qui évite des frais exigés par les émetteurs de cartes (débit et crédit) et une formule gagnante pour le client qui économise 5% d'un coup alors qu'il obtiendrait une remise d'environ 1 ou 2 % en portant l'achat sur sa carte de crédit. Est-ce la solution ? Comment auriez-vous règlé la note avec cette option offerte par votre commerçant ?

    • Et combien en coûte-t-il aux marchands pour faire parti de Air Miles ? Si je n'utilise pas la carte Air Miles, est-ce que je pourrais aussi avoir un pourcentage de reduction de prix...

    • Le phénomène décrit par Mme Grammont pourrait se nommer "shavage".
      Le principe en est de de se passer le doigt sur le glacage du gâteau sans laisser vraiment de trace. Plus le gâteau est grand moins la trace ne paraît.
      Dans ce cas ci il s\'agit de millions de transactions qui chacune rapportent quelques sous.
      Dans le cas des salaires des banquiers , que sont quelques millions sur des actifs de centaines de milliards.
      Mme Leroux des Caisses Pop a un salaire de 3 millions, mais le gâteau est grand. D\'ou le titre de PDG qui veut dire en réalité
      Petit Doigt dans Gâteau.
      Et si quand on paye avec une carte de crédit on avait en plus de
      la TPS et TVQ la TQP ( Toi Qui Paye) pour couvrir les frais payés par les autres dans la situation actuelle.

    • @best1: Mais c'est un marché libre: Chaque commerçant décide s'il désire accepter les cartes de crédit ou non, puis ajuste ses prix en conséquence. Libre à vous de magasiner chez un marchand n'acceptant uniquement que le comptant!
      Pour ce qui est des gains que l'on ne vous refile pas, vous n'avez qu'à prendre l'essence comme exemple. Quand le brut du brut est à la hausse, le prix à la pompe suit immédiatement. Quand ça redescend, la baisse à la pompe est vraiment très, très optionnelle...
      Finalement, en ce qui a trait à l'argent comptant versus plastique, aucun commerçant ne devrait avoir de problèmes à devoir attendre un gros 48hres pour un crédit. C'est du petit change... Et la tracabilité est très facile avec des cartes. J'ai passé une couple d'années dans un magasin à facturer. Balancer la caisse prenait toujours un bon moment (et plus, si ça ne balançait pas) alors que la fermeture des cartes se faisait en un clin d'oeil (une erreur était facilement retracable).

    • J'invite les commerçants à refuser les cartes de crédits.

    • Si la carte de fidélité est si bonne alors pourquoi tout le monde n'en a pas une? Ce sera alors équitable. Pour avoir cette carte il suffit de la choisir. Rien d'inéquitable. Même mes enfants, alors étudiants. en avaient une. C'est pas comme si c'était réservé aux millionnaires. quand on fait des choix libres, il n'y a rien d'inéquitable.
      "En 2010, une étude de la Federal Reserve Bank of Boston avait constaté que les ménages qui utilisent une carte privilège, généralement des familles nanties, reçoivent des récompenses de 1482$US par année, en moyenne"
      Wow, pour arriver à ce montant il faut dépenser $50,000 sur sa carte de crédit. Fort possible mais difficile de croire que c'est la moyenne.

    • Une raison de plus pour acheter au noir.

    • Sachez que l'argent comptant ne sauve pas grand chose pour le commercant puisqu'il en coûte pour le déposer dans son compte. Les banques s'approprient une commission sur toute transaction.

    • Le sujet a déjà été abordé ici : http://blogues.lapresse.ca/edito/2011/09/13/choisir-sa-carte-de-credit-pour-aider-les-marchands/ .
      Je trouve exagéré les frais que chargent les compagnies de crédits pour utiliser leurs cartes. Pour un commerçant, du plastique c'est du plastique et il ne devrait pas payer plus chère pour accepter une carte débit qu'une carte de crédit. Le commerçant paye des frais de service, le client paye des frais d'intérêt sur les avances de fonds et s'il est en retard et les émetteurs de cartes empochent l'argent. Il faut règlementer plus sévèrement et mettre une limite au frais imposé aux commerçants.

    • J'ai déjà essayé quelques fois de me faire donner une remise équivalente aux frais d'utilisation que paient les marchands. Eh bien, bonne chance, ils vont garder la différence 90 % du temps. Pourtant, je ne peux pas décrire cela autrement que comme un vol organisé de ceux qui, comme moi, préférent payer comptant.
      Autant pour des raisons d'inquisition profonde déjà citées que parce que c'est la meilleure façon que j'ai trouvé de savoir exactement où je me situe dans mon budget personnel. Si j'ai l'argent je paie, si je ne l'ai pas, j'attends. Et c'est financièrement très sain. Par contre le crédit étant devenu une industrie, il se trouve toutes sortes de complices pour l'imposer et nous taxer nous qui payons comptant, à notre corps défendant.

    • (...suite)
      Vous avez raison de soulever les inconvénients de l'argent comptant puisqu'ils sont réels. Toutefois, les cartes de crédits aussi ont leurs désavantages. Et si vous trouvez que l'argent liquide est archaïque, c'est que vous n'avez jamais vu les yeux d'un enfant lorsqu'il reçoit pour la première fois un gros billet de 20$. C'est probablement aussi parce que vous n'avez jamais vécu une panne de système où il vous était impossible de payer autrement qu'en argent ;)

    • Comme dans tous les secteurs où il y a monopole, il devrait y avoir un contrôle indépendant qui légifère sur les frais.
      @eracine
      je me permets de commenter votre intervention par ce que je crois qu'elle comporte certains éléments incorrects. D'abord, on ne se bat pas contre les hausses de loyer parce que c'est un marché libre. Le commerçant aura toujours le choix de s'installer ailleurs s'il trouve qu'il paye trop cher. Pour ce qui est de l'électricité, c'est un monopole d'état mais la régie de l'énergie s'assure d'approuver toute hausse. Donc il y a un moyen de contrôle en place. Pour ce qui est des taxes et des impôts, on essaie collectivement de "régler" ça aux 4 ans...
      J'ai fait des recherches afin de voir où, dans l'histoire, on trouvait la preuve que les marchands font payer les consommateurs mais encaissent les baisses de coûts. Vous m'enverrez le lien car je n'ai pas trouvé vos références.
      Un client qui paie par carte de crédit ne représente pas moins de soucis pour un commerçant. Les deux types de paiement ont leur lot de problèmes et d'avantages. Par exemple, l'argent liquide est disponible immédiatement alors qu'il faut parfois attendre jusqu'à 48 heures avant que les transactions par cartes soient déposées. Un bon commis remettra la monnaie d'une transaction en argent probablement aussi rapidement que le temps d'autorisation d'une carte de crédit ou de débit. Dans les systèmes qui ne sont pas entièrement automatisés, il est possible de poinçonner un mauvais montant sur le terminal de vente (c'est l'équivalent d'un mauvais décompte de la monnaie). Je peux aussi vous assurer que même avec vos précautions de base, il est possible de vous faire frauder avec des cartes volées. Pour des raisons évidentes, je n'expliquerai pas la méthode ici mais soyez assuré que c'est possible et même facile à faire.
      (suite)

    • Abolir l'argent comptant? En voila une connerie! Je déteste être suivi à la trace chaque fois que j'achète du beurre ou des condoms, pour qu'on vende ensuite mes renseignements à n'importe qui! Oui, la carte de crédit est bien utile dans certaines situations, mais attention: il ne faut pas pénaliser ceux qui tiennent à leur Liberté juste parce que c'est le XXIème siècle.
      Il commence parfois à avoir des relents d'Inquisition profonde, ce siècle!

    • Sujet intéressant car la solution n'est pas évidente. Je serais plutôt d'accord pour qu'on limite les frais imposés par les banques aux commerçants.
      Je me suis fait voler mon sac à main à 2 reprises, alors que j'avais quelques centaines de dollars dans mon portefeuille. J'ai donc décidé de garder le moins d'argent possible sur moi et de tout payer avec ma carte de crédit ou de débit puisque les compagnies d'assurance ne remboursent pas l'argent liquide lors d'un vol.
      Il y a encore quelques secteurs commerciaux qui refusent le paiement par carte de crédit, les concessionnaires automobile par exemple. Ça m'est arrivé lorsque j'ai voulu payer l'achat de ma dernière voiture par carte de crédit. J'ai toutefois réussi à négocier un rabais de 2% ce qui était l'équivalent des bénéfices offerts par ma carte de crédit.
      En passant, j'apprécie énormément les sujets que vous traitez et j'adore vous lire.

    • Bonjour Stéphanie,
      Je trouve souvent tes articles intéressants.
      Pour ce qui est des frais, selon l'entente qu'ils ont, les marchants ne peuvent charger des frais aux clients qui paient par carte de crédit. S'ils le font, j'imagine que vous pouvez porter plainte.
      Ce que certains marchands ont trouvé comme truc est de plutôt donner un rabais à ceux qui paient autrement que par carte de crédit...
      Mais je suis parfaitement d'accord. Ce type de pratique (cartes privilèges) est inéquitable de la façon dont ça fonctionne. Merci de porter cela à notre attention.

    • A bien oui, dans ce cas, pourquoi est-ce que moi, avec ma carte de credit, je dois payer les frais pour secur qui vient porter/recuperer l'argent comptant? Ou pourquoi dois-je payer pour le temps requis a la caissiere pour compter sa caisse? Je n'utilise jamais de liquide: je devrais donc avec un rabais non?
      Aussi, pourquoi dois-je payer pour la perte de productivite du au delai de sortir son argent, le compter, remettre le change etc? Et l'impression des billets par la banque de Canada: j'utilise uniquement le credit, alors pourquoi devrais-je payer?
      Moi, voila ce que je vais vous dire: venez me taxer les frais de ma carte de credit lorsque mes impots ne serviront plus a mettre de l'encre sur des morceau de papier pour ceux n'ayant toujours pas evolue au 21e siecle. Mon dieu! sans ce systeme archaic, on pourrait retirer 100% des guichets automatiques ainsi que facilement 50% des cassieres des banques! On sauverait les frais de secur/binks/we ainsi que le cout total des impression des billets et de la monnaie en circulation! WOW, CA ce serait des economies!
      Je reve du temps ou une vraie recherche serait effectuee et non pas uniquement une recherche sur un micro element d'un tout. Par exemple, regardez donc la portion d'interet percu par les banques selon le type de carte pour voir qui paye vraiment pour le service de credit. Allez aussi chercher les couts dus a l'utilisation du papier pour voir. Et APRES, revenez dire que les cartes de credit fidelites coutent cheres au consommateur. Je suis pret a parier une chose: l'argent du au interets payes par les cartes a haut revenu compensent largement, en financant le service des moins fortunes, la charge remise aux commercants. Aussi, je suis persuader que la tenue de la structure pour manipuler les billets de banque coute plus cher que ce que coutent les cartes a privileges pour une simple et bonne raison: le temps humain pour maintenir le systeme coute plus cher que le temps de calcul d'un ordinateur.

    • Le NPD est à côté de la track; ça m'a l'air plus d'une méthode pour se faire du capital politique que d'autre chose.
      Oui, Visa/MC/AmEx imposent des frais aux commerçants et ces frais sont éventuellement refilés aux clients. Sauf que tant qu'à y être, pourquoi ne pas se battre aussi contre les augmentations de frais de loyer, d'électricité, de taxes et d'impôts, etc.? Après tout, ça se retrouve aussi inclus dans les prix!
      Ce serait rêver en couleur que de croire que l'élimination de ces frais de crédit se traduirait par une baisse des prix. L'histoire le prouve: les augmentations de prix sont refilées aux consommateurs, les baisses restent aux marchands.
      Les clients qui paient par carte de crédit représentent en fait beaucoup moins de problèmes pour les commerces:
      - Pas d'erreur de manipulation de l'argent comptant;
      - Pas pognés avec les problèmes de faux chèques (personnels ou certifiés);
      - En prenant les précautions de base (i.e. vérifier qu'une carte est signée, obtenir un no. d'autorisation), vous êtes sûr de vous faire rembourser et ce, même si la carte est volée;
      - Les clients dépensent souvent davantage et n'ont pas peur de se faire voler;
      - etc.
      Pour un commerce, la sécurité que représente les cartes de crédit vaut son pesant d'or. Ne pas les accepter (ou imposer une surcharge à leur utilisation, ce qui est contraire au contrat) entraînerait invariablement une *hausse* des coûts, reliée aux diverses pertes qu'impose l'utilisation du comptant.
      Sans oublier que le paiement comptant est une excellente manière de cacher des transactions au fisc! Le contribuable n'y gagne pas au change.
      Plusieurs cartes (parfois même celles gratuites) offrent des prolongations de garantie d'un an, des assurances contre le bris pendant les trois premiers mois... Même les gens à faibles revenus peuvent y trouver avantage (si utilisées correctement, bien sûr).
      Nous sommes au 21ième siècle; l'utilisation de la monnaie est un anachronisme incroyable.

    • Et si les frais d'acceptation était ajoutés à la facture du client. Je suppose que c'est relativement facile avec les cartes à puce. Ainsi, le détaillant n'aurait pas cette charge à assumer et ce serait plus équitable pour le commerçant qui ne cherche qu'à répondre aux besoins des clients.
      De plus, peut-être que ça limiterait un peu l'accès au crédit pour certaine personne en tenant compte de "budgéter" chaque frais d'acceptation.

    • J'ai déjà vu l'approche dont parle Agent_Glad, quand je magasinais pour des pièces d'ordinateurs. La plupart des petits commerces affichaient 2 prix, l'un si payé par carte de crédit, l'autre si payé comptant ou carte de débit.
      Anecdote toute fraîche de ce matin, en lien avec les frais. Un colègue va au dépanneur acheté du lait. Il ne prend que ça. Comme il n'a pas d'argent comptant, il veut payer avec sa carte de débit. Mais le commerçant a refusé qu'il paie par débit car, dit-il, il ne fait que 0,15$ de profit sur le lait, donc les frais de transaction Interac (0,25$ je crois? à confirmer par quelqu'un) vont lui gruger ces profits...
      Mon collègue n'a finalement pas acheté de lait ce matin...

    • Ma carte Visa me crée un grand dilemme: en échange d'une ristourne de 1% sur mes achats, elle m'oblige à payer des frais de $100 par année, qui sont toujours compensés par ma ristourne.
      D'autre part, elle me fournit gratuitement un généreux service de dápannage automobile, genre CAA, dont j'ai souvent l'occasion de me servir.
      Je m'en sers donc tout le temps, pour tout. Evidemment, je paye mon solde en entier tous les mois.
      Donc, même si je suis d'accord pour que les marchands obtiennent de meilleurs conditions, je n'aimerais pas que cela affecte ma situation, qui me convient parfaitement en ce moment.

    • Au Japon, les commercants chargent plus cher si vous payer par carte de credit. C'est equitable ...
      ... ici, de retour a Montreal, je paye tout tout tout avec la carte. Meme au depanneur. Aucun frais d'utilisation (pour moi), je fais mon budget en gardant les recus, je suis protege contre la fraude, mes biens achetes sont garantis contre defauts, vols, pertes, etc. et en plus on me donne des points pour voyager ou avoir des cadeaux a la fin de l'annee. Bien sur je paye le solde au complet a chaque mois, donc je ne paye aucun frais d'interet ! Totalement regressif comme "taxe" je l'admet, mais pour mon style de vie, je ne peux absolument pas me plaindre pour une fois !!!
      D Cormier

    • Par contre, n'y a t-il pas des frais pour manipuler l'argent comptant ? Quand est il du vol, de pertes de billets, de la visite a la banque et de la manipulation de la part du commercant et de la banque ... je paye pour ca aussi si je paye quand meme avec ma carte ... surement que ce cout devrait etre etudie.
      D'une part, on devrait completement abolir l'argent comptant justement a cause du vol d'une part, mais aussi a cause des problemes de "suivi" que l'argent comptant cause (pots de vin, blanchiement, etc).

    • Agent Glad, voilà une approche positive intéressante. Dans le fond, la balle est dans le camp des commerçants petits et grands.

    • @agent_glad
      Cette approche fonctionne dans les petits commerces tenus par le/la proprio. Souvent je propose même la réduction en demandant simplement: "si je paie comptant, vous réduisez de 3%?" Quand ils répondent par la négative, je paie par carte de crédit avec points. S'ils répondent par la positive, je paie comptant.
      Mais oubliez-ça dans les grandes surfances; les caissiers/caissières s'en balancent!

    • J'arrive de la Nouvelle Zélande et certains commerces ajoutaient 2% pour payer avec cartes de crédits, ce qui devrait se faire ici aussi !
      Pour le commentaire précédent, chez Cdn Tire, vous obtenez les crédits aussi avec carte de crédit si vous avez la carte de crédit Cdn Tire...accumulé directement dans le compte et adieux aux billets Cdn qui trainent partout et que l'on oublie toujours...

    • Pourquoi pas un escompte de x% pour ceux qui payent comptant, ça fonctionne déjà sous une autre forme. ex :Si vous payez comptant au Canadian Tire, vous obtenez un pourcentage en argent Cdn Tire, si vous utilisez une carte de crédit, vous en avez pas.
      Vous payez comptant M. Mme, vous avez 5% d'escompte, vous payez par carte de crédit c'est x$ (plein montant) insérez votre carte SVP.
      Ainsi ceux qui utilisent le service de cartes de crédits payeront pour les utilisateurs des cartes privilège. Le principe de l'utilsateur payeur quoi.
      Ainsi, ceux qui ont leur portefeuille à coeur, y penserons, peut-être, 2 fois avant d'utiliser leur carte de crédit.

Commenter cet article

Les commentaires sont maintenant fermés sur cet article.

Nous vous invitons à commenter les articles suivants:


Veuillez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer