De la potion magique dans le Fonds FTQ

Michel Girard
La Presse

Ainsi le Fonds de solidarité de la FTQ a réussi à rapporter un étonnant rendement de 12,5% avec son portefeuille de titres privés et de fonds spécialisés dans les PME québécoises. Il s'agit d'une performance vraiment extraordinaire. Et c'est ce qui lui a permis de boucler son exercice financier du 31 mai 2012 avec un gain de 2,6% pour l'ensemble de ses portefeuilles.

Pour vous montrer à quel point le rendement de 12,5% du portefeuille de PME est fabuleux, sachez que l'indice de référence BMO des compagnies québécoises à petite capitalisation inscrites en Bourse a affiché pendant la même période un imposant recul de 19,7%.

C'est donc dire que les gestionnaires du portefeuille PME privées du Fonds de la FTQ ont réussi le tour de force de surpasser l'indice de référence des PME québécoises inscrites en Bourse par 32,2 points de pourcentage.

Cette performance des PME privées du Fonds FTQ est si époustouflante que les détracteurs du populaire fonds de travailleurs laissent planer des doutes sur la façon dont les experts du Fonds FTQ calculent le rendement des petites sociétés privées.

Mais selon le Fonds de solidarité les détracteurs font fausse route. La performance hors de l'ordinaire s'explique. La recette de la potion magique se résumerait à ceci.

«Le rendement positif de 12,5% de nos titres privés et fonds spécialisés investis dans des entreprises à impacts économiques québécois témoigne de la solidité générale de ce portefeuille, mise en évidence cette année dans un contexte économique incertain, a précisé Yvon Bolduc, président-directeur général du Fonds de solidarité FTQ.»

À cela, il ajoute que «les profits engendrés par la vente d'Enobia Pharma montrent que nous avons eu raison d'être persévérants» dans la stratégie mise en place dans le secteur des sciences de la vie.

Concernant les investissements effectués dans les PME québécoises cotées en Bourse, là aussi le Fonds FTQ s'en tire relativement bien. Alors que son portefeuille de PME boursières termine l'année avec un recul de 7,0%, l'indice de référence, lui, accuse une perte de 19,7% pour la même période de 12 mois se terminant le 31 mai dernier.

Autre secteur où les gestionnaires du Fonds de solidarité tirent bien leur épingle du monde de la haute finance: ils présentent une perte globale de 9,6% dans «les actions sectorielles et autres placements». Pendant ce temps-là, la Bourse canadienne chutait de 16,6%; l'indice mondial EAEO perdait 17,0%; le Russell 2000 des PME américaines reculait de 10,2%. Seul le S&P 500 présentait une relative bonne performance avec un léger repli de 2,6%.

Au chapitre du portefeuille des titres à revenus fixes (obligations), le Fonds de la FTQ présente un gain de 7,1%, à comparer à 9,6% pour l'indice de référence, le DEX obligations.

L'actif net du Fonds FTQ atteint maintenant les 8,5 milliards de dollars. Il est présent dans 2 239 entreprises et il compte 594 287 actionnaires-propriétaires.

ET FONDACTION

Pendant que le Fonds de solidarité pétait le feu avec son portefeuille de PME privées, que faisait son petit cousin, Fondaction de la CSN?Les investissements en capital de développement, du volet «entreprises non cotées et fonds spécialisés», ont terminé l'exercice financier en recul de 0,2%. C'est nettement mieux que l'indice BMO des PME québécoises (-19,7%). Mais ce rendement des PME de Fondaction n'a aucune commune mesure avec le spectaculaire rendement de 12,5% du portefeuille de PME privées du Fonds de solidarité.

Le portefeuille de PME représente 41% de l'actif de Fondaction. Un autre 14% est investi dans les PME québécoises inscrites en Bourse.

Le reste de l'actif de Fondaction est investi dans des titres à revenu fixe (rendement de 7,2%) et divers placements (-5,1%).

Au décompte final, Fondaction a rapporté pour son dernier exercice financier du 31 mai 2012 une perte de 2,5%.

C'est quand même mieux qu'un grand nombre de fonds équilibrés. La moyenne de tous les fonds équilibrés répertoriés dans PALTrak était de -6,6%, rappelle le président-directeur général de Fondaction, Léopold Beaulieu. Et l'indice des fonds communs canadiens équilibrés neutre du Globe and Mail affiche une perte de 3,8% pour la même période.

«Fondaction a réussi à amoindrir les effets de la baisse des marchés et du ralentissement économique sur ses résultats, explique M. Beaulieu. Si l'économie québécoise résiste mieux à la morosité qui persiste depuis la crise de 2008, c'est notamment grâce à l'apport de capital de développement auprès des PME québécoises auquel les fonds de travailleurs contribuent largement.»

L'actif de Fondaction s'élève à 915 millions et le nombre d'actionnaires approche les 114 000.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer