Exclusif

Embauches massives au siège social de Couche-Tard

Le siège social de Couche-Tard, construit en 2011... (Photo Marco Campanozzi, La Presse)

Agrandir

Le siège social de Couche-Tard, construit en 2011 à Laval, grossit déjà.

Photo Marco Campanozzi, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le PDG Alain Bouchard explique que les effectifs passeront de 300 à 500 personnes et que l'édifice sera agrandi.

Depuis qu'il a réalisé l'acquisition de la chaîne de dépanneurs Circle K aux États-Unis, en 2003, le groupe Couche-Tard enregistre l'essentiel de ses revenus à l'extérieur du Québec et du Canada. La forte expansion internationale du groupe profite toutefois pleinement au Québec, où Couche-Tard est en train d'agrandir de 40 % la superficie de son siège social à Laval et prévoit y embaucher 200 personnes au cours de la prochaine année.

« Il y en a qui disent que ce n'est pas important, un siège social », souligne de façon très ironique Alain Bouchard lorsqu'il me reçoit dans le nouvel édifice que Couche-Tard a fait construire en 2011 à Laval, un beau siège social éclairé, à la lisière d'un boisé, mais où on se sent déjà à l'étroit.

Le président exécutif de l'empire du dépanneur voulait me rencontrer pour faire le bilan de la relation de mentorat qu'il a entreprise il y a cinq mois avec l'entrepreneure Judith Fetzer, PDG et fondatrice de la jeune entreprise Cook It.

Cook It est une entreprise qui a développé une plateforme de plats à préparer qui sont livrés et prêts à préparer en 30 minutes pour les ménages qui cherchent à se simplifier la vie. Je vous présenterai la semaine prochaine Judith Fetzer dans le cadre de la grande entrevue.

Devant la forte activité qui se déroule du côté nord de l'édifice de Couche-Tard, où se déploie un cortège de camions, de grues et de tracteurs, je demande à Alain Bouchard ce qui se passe exactement.

« On ajoute 40 % de surface à notre siège social. Une fois les travaux terminés, on prévoit embaucher 200 personnes, des emplois de professionnels, de contrôleurs, d'informaticiens... Les effectifs du siège social vont passer de 300 à 500 personnes. » - Alain Bouchard

Mis à part l'acquisition l'an dernier de 279 magasins d'accommodation et de stations Esso au Québec et en Ontario, depuis près de 15 ans maintenant, l'essentiel de l'expansion du groupe Couche-Tard se poursuit sans relâche grâce à son déploiement sur la scène internationale : aux États-Unis, en Europe et plus récemment en Irlande.

Un petit rappel : Couche-Tard exploite un réseau de 8080 dépanneurs en Amérique du Nord qui emploient 80 000 personnes et de 2766 stations-service en Europe qui totalisent des effectifs de 25 000 personnes ; Couche-Tard a également 1700 magasins Circle K qui opèrent sous licence dans 13 pays, dont la Chine, le Mexique, l'Égypte et le Mexique.

Le groupe a enregistré l'an dernier des revenus de 34 milliards US et a dégagé un bénéfice net de près de 1,2 milliard US.

UN SIÈGE SOCIAL FORT

L'importance d'avoir un siège social fort, efficace et en mesure de bien coordonner l'immense et complexe activité que représente aujourd'hui Couche-Tard oblige l'entreprise à investir pour bien se structurer et recruter les compétences indispensables à la poursuite de sa croissance.

L'expansion internationale de Couche-Tard a donc des répercussions fort importantes au Québec puisqu'elle permet la création d'emplois très bien rémunérés.

Alain Bouchard explique qu'on rapatrie au siège social de Laval certaines activités qui étaient réalisées dans certains centres administratifs de ses entités américaines et européennes.

On rationalise et on optimise les ressources, mais c'est le Québec qui, au bout du compte, en bénéficie.

C'est à partir du siège social de Laval que Couche-Tard étudie et planifie les nouvelles tendances qui se dessinent dans le monde du détail et qui vont permettre à l'entreprise d'optimiser encore davantage la force incroyable de son immense réseau.

« Avec le développement du commerce en ligne, on est perçus aux États-Unis et en Europe comme un last stop, un point de chute ultime où les consommateurs pourraient récupérer la marchandise qui leur était destinée, mais qui ne leur a pas été livrée en raison de leur absence », évoque Alain Bouchard.

Il ne se passe pas une semaine sans que Couche-Tard reçoive des appels des Amazon, Purolator ou FedEx de ce monde qui veulent utiliser l'immense réseau de 6000 dépanneurs que Couche-Tard exploite dans plus de 40 États américains.

Le même phénomène prévaut en Europe, en Suède notamment, où certains dépanneurs Circle K acceptent de garder dans leurs réfrigérateurs les plats cuisinés de résidants qui habitent dans des tours d'habitation où les livreurs n'ont pas accès à la porte de leur logis pour y déposer leurs paquets.

Des points de chute multiples dans une même municipalité, ouverts 24 heures sur 24, cela a une valeur considérable que le groupe cherchera à exploiter prochainement. Du travail en perspective pour le siège social québécois de Couche-Tard.

COUCHE-TARD

EN CHIFFRES

Nombre de dépanneurs ou stations-service

2000 au Canada

6080 aux États-Unis

2766 en Europe

1700 (sous licence) dans 13 pays

Réseau : 12 500 dépanneurs

Chiffre d'affaires en 2016 : 34 milliards US

Bénéfice net : 1,2 milliard US




publicité

publicité

publicité

publicité

la liste:3762:liste;la boite:318296:box

À lire sur La Presse Affaires

Précédent |

publicité

image title
Fermer