CSeries: délai normal, réaction démesurée

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Disons-le simplement. Depuis quelques jours, la rondelle ne roule pas pour l'équipe Bombardier. Après avoir été éclipsée au récent Salon du Bourget par les géants Boeing et Airbus et même par Embraer, sa rivale de toujours, Bombardier aspirait à une rédemption en procédant cette semaine au vol inaugural de sa CSeries. Mais quand ça va mal, ça va mal.

L'avionneur montréalais a annoncé hier qu'il retardait d'un mois le premier vol de sa CSeries. Une décision qui n'a évidemment pas été prise à la légère puisque Bombardier avait nettement besoin d'une solide campagne de relations publiques pour relancer l'intérêt - et les éventuels acheteurs surtout - de ses nouveaux appareils.

La semaine dernière au Salon international de l'aéronautique du Bourget, Bombardier n'avait pas de nouvelles commandes à annoncer pour sa CSeries. Boeing, Airbus et Embraer ont, pour leur part, profité de l'événement pour meubler mur à mur leur carnet de commandes.

Dans le cycle de lancement d'un nouveau produit, Bombardier est donc arrivée à l'étape critique où son public cible attend juste de voir la promesse devenir réalité. Plusieurs clients qui ont publiquement déclaré leur intérêt pour cette nouvelle catégorie d'avions attendent juste de le voir voler.

Ce baptême de l'air est donc capital pour Bombardier, mais son report d'un mois m'apparaît tout à fait normal, compte tenu de la complexité de toutes les composantes technologiques qui sont en jeu et qui devront interagir durant les premiers essais en vol.

Chose certaine, ce petit retard d'un mois relève davantage de l'anecdote que de la catastrophe. Certains analystes, pris de panique, ont souligné hier que c'est la deuxième fois que Bombardier reporte le premier décollage de la CSeries, remettant en question la capacité de l'avionneur de livrer ce qu'il a promis.

Le vol inaugural, qui devait avoir lieu en décembre dernier, a été reporté de six mois. Cette annonce, à l'automne 2012, avait littéralement commotionné les plus puristes des analystes. Une réaction qui avait sidéré Pierre Beaudoin, PDG de Bombardier.

«Tout le monde a fait le parallèle avec les importants retards que venaient de vivre Airbus et Boeing avec le lancement de l'A-380 et du 787. On a maintenu l'échéancier de décembre en sachant que certains fournisseurs ne seraient pas prêts, mais il fallait continuer de mettre de la pression sur tout le monde pour ne pas multiplier les retards», m'a récemment expliqué en entrevue Pierre Beaudoin.

De vrais délais coûteux

Hier, ces mêmes experts de la courte vue en remettaient, au point où le titre de Bombardier a perdu plus de 4% en matinée avant de se ressaisir un peu pour terminer la séance en recul de 2,14%. Il s'agit d'une réaction totalement démesurée par rapport à un délai qui, lui, est tout à fait normal.

Parce qu'en définitive, ce que Bombardier a annoncé hier matin, c'est qu'elle était toujours en avance de près de deux ans par rapport aux plus récents lancements de nouveaux produits qu'ont réalisés ses concurrents.

Il faut se rappeler que le lancement de l'Airbus 380 a été décalé à de multiples occasions. Ce ne sont pas sept mois de retard qu'a accumulés le constructeur européen, mais bien quatre années.

Des retards qui se sont soldés par des abandons de commandes - FedEx a annulé sa commande de 10 Airbus et a acheté des Boeing 777 à la place; même chose pour UPS - et des dédommagements exigés par de gros clients comme Emirates.

Le Boeing 787 devait réaliser son premier vol en septembre 2007, mais c'est seulement à la fin de 2009 qu'il a fait ses premières sorties. La flotte de 787 est restée clouée au sol durant de longs mois, l'hiver dernier, en raison d'incidents successifs avec les batteries des appareils.

Enfin, l'Airbus 350, qui a volé pour la première fois la semaine dernière, notamment au-dessus du Bourget, devait au départ réaliser son vol inaugural en juin 2011.

L'Airbus 350 est pourtant un produit dérivé des A-330 et A-440, alors que les appareils de la CSeries sont des produits entièrement nouveaux.

Devant pareil palmarès, Bombardier n'a pas à avoir honte de prendre un délai d'un mois additionnel pour mieux tester les dizaines de nouveaux logiciels qui transformeront radicalement la vie des pilotes puisque l'essentiel des commandes se réalisera à partir d'un poste semblable à un iPad.

Bombardier aurait nettement préféré procéder à son vol inaugural cette semaine, ce qui aurait permis de remonter le moral de tout le monde. Retarder l'événement d'un mois n'est quand même pas la fin du monde.

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

Commentaires (3)
    • Ce n'est pas le retard que les analystes sanctionnent, c'est le double discours. Une semaine avant le report du premier vol, la haute direction soutenait encore que celui-ci aurait lieu avant la find de juin. Est-ce qu'ils mentaient, ou étaient-ils mal informés?
      D'une façon comme de l'autre, il y aurait comme un problème, non?
      Par ailleurs, je suis supéfait de lire que M. Beaudoin aurait dit "On a maintenu l'échéancier de décembre en sachant que certains fournisseurs ne seraient pas prêts, mais il fallait continuer de mettre de la pression sur tout le monde pour ne pas multiplier les retards".
      Si il faut délibérément maitenir un échéancier que l'on sait déjà non valable pour faire pression sur "tout le monde" cela dénote un manque de respect pour les actionnaire et pour les clients acheteurs de l'avion; et en plus, cela démontre que la chaîne d'approvisionnement et les ententes contractuelles avec les partenaires et fournisseurs sont priètrement gérés, et qu'il y a un manque flagrant de communication.
      Incidemment, le A350 n'est PAS un dérivé du A330/A340. C'est ce qu'Airbus voulait faire au début, et les pressions des clients potentiels ont fait que cet appareil soit une conception originale, avec un nouveau fuselage plus large, et une nouvelle aile.

    • Un mois de retard pour une plateforme qui va durer 20 ans et sur l'integration de millions de pieces de systemes et de lignes de codes ces un detail. Soyont patient !

    • Bravo monsieur Décarie! Une analyse parfaitement juste, avec de belles explications et, surtout, des comparaisons par rapport à la situation des compétiteurs ayant beaucoup plus de délais.
      Surtout que ce ne sera pas un mois additionnel, puis un autre, puis un autre... Si Bombardier dit qu'ils vont faire le premier vol d'ici la fin juillet, cela veut dire qu'ils sont prêts et veulent fignoler certains détails car le premier vol, ce n'est pas que les PR, c'est surtout un événement qui ne doit pas compromettre la sécurité de l'équipage. Et, n'oublions pas, le premier vol sera une expérience dont les résultats seront visibles dans d'autre vol du même appareil et des appareils d'essai qui suivront. Les analystes financiers paniquent, mais cela ne vous surprend certainement pas. Tout ce beau monde se base sur des spéculations et des attentes démesurées puis quand il arrive quelque chose qu'ils n'ont pas prévu, eh, bien, c'est terrible. Je lis vos articles avec plaisir et je ne porte pas d'attentions à ceux qui influencent les cours des actions des compagnies. Les dieux des bourses sont assez souvent des charlatans.

Commenter cet article

Les commentaires sont maintenant fermés sur cet article.

Nous vous invitons à commenter les articles suivants:


Veuillez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer