Quand le Cirque n'émerveille plus

(Montréal) Après bientôt 30 années d'existence, marquées d'audacieuses innovations, de spectaculaires prouesses financières et d'une suite quasi ininterrompue de succès artistiques, le Cirque du Soleil a frappé un mur.

À trop vouloir étirer la sauce, le groupe de Guy Laliberté en est malheureusement arrivé à diluer sa recette - sa valeur distinctive, son trade mark - qui a toujours été sa capacité unique de susciter l'émerveillement.

Avec pour résultat que le Cirque du Soleil a, pour une très rare fois, raté son rendez-vous avec la rentabilité en 2012 et qu'il a dû prendre des mesures pour réduire ses coûts et que ses dirigeants devront surtout revoir le modèle d'affaires du groupe.

La suppression de 400 emplois, dont la majorité s'effectuera au siège social du Cirque à Montréal, est une nouvelle triste en soi, d'autant plus que l'entreprise de Guy Laliberté nous avait toujours nourris au succès, à l'expansion et aux coups d'éclat.

Au-delà de la situation économique mondiale difficile ou du taux de change désavantageux, le Cirque du Soleil a été d'abord victime de la surexploitation de sa formule qui a pourtant fait sa renommée.

Le Cirque du Soleil est né et a connu une fulgurante ascension sur la scène internationale parce qu'il a mis en forme une proposition totalement neuve des arts du cirque.

Même si cette innovation et ce besoin de se renouveler sont encore au centre de toute la démarche du groupe, le public, lui, semble depuis quelques années maintenant s'être lentement lassé de la formule.

Assister à un spectacle du Cirque du Soleil a beau toujours être un moment de déploiement de créativité humaine et artistique incroyable, on a parfois l'impression de revivre un spectacle qu'on avait déjà vu en personne ou à la télévision.

L'an dernier, le Cirque avait pas moins de 21 spectacles différents qui tournaient simultanément aux quatre coins du monde. Mais cette omniprésence - aussi créative puisse-t-elle être - commençait à prendre des airs de redondance.

Cette perception a forcé le Cirque à annuler après moins de deux ans seulement le spectacle permanent IRIS - sur le thème du cinéma - qui avait été conçu spécialement pour Hollywood.

En plus de ne pas récupérer les 45 millions de frais de développement de la production, le Cirque a dû essuyer une perte de 20 millions en revenus de billetterie. L'aventure Iris qui devait durer 10 ans a pris fin moins de 2 ans après son lancement.

Au cours de la dernière année, le Cirque a aussi prématurément mis fin à deux autres spectacles en Asie après moins de quatre ans d'existence. C'est trop tôt quand on sait que l'amortissement des coûts d'une production est de cinq ans.

Le Cirque a aussi lancé, en fin d'année, son film 3D, Le voyage imaginaire, coproduit par le cinéaste canadien James Cameron.

Cette première incursion du Cirque au grand écran a généré à ce jour des rentrées de 24 millions de spectateurs, un chiffre impressionnant, mais qui ne fournira qu'une fraction des recettes par rapport à ce qu'il touche pour la vente de billets de spectacle.

Les problèmes du Cirque du Soleil sont passagers et ne sont surtout pas insolubles. Il faut même s'étonner qu'une telle crise de croissance survienne après 30 ans d'existence et de succès à peu près continus.

À cet égard, il faut rappeler que parmi les spectacles qui ont cessé d'être produits en 2012, il y a eu Saltimbanco - véritable production emblématique du groupe - qui a tourné durant plus de 20 ans partout dans le monde et qui a été vu par 14,2 millions de spectateurs.

À des fins de discussion, si on attribue un prix moyen de 80$ le billet, cette production aura généré des revenus de 1,1 milliard durant sa vie utile. C'est ce genre de succès unique que le Cirque doit chercher à répéter.

Partager

La Presse Affaires vous suggère

  • Marc Cassivi

    Marc Cassivi

    Le blason terni du Cirque

    Les difficultés actuelles du Cirque du Soleil, qui a licencié 400 employés hier, n'étonneront personne. L'an dernier, quelque 50 personnes avaient... »

  • Mises à pied au Cirque du Soleil: Lisée se veut rassurant

    Arts

    Mises à pied au Cirque du Soleil: Lisée se veut rassurant

    Le ministre responsable de la Métropole, Jean-François Lisée, réaffirme sa pleine confiance en l'avenir du Cirque du Soleil, au lendemain de... »

publicité

Commentaires (7)
    • @pacer, 17 janvier 2013,14h27 : c'est parce que vous n'avez aucune idée des coûts qu'engendrent de telles productions. Ne mélangez pas vos goûts personnels et ce qu'il en est réellement. Les productions du Cirque valent leur pesant d'or.

    • Le cirque du soleil, bof...pour le prix d'entrée, cela n'en vaut pas la peine....

    • Il y a longtemps, j'ai vu leur spectacle Mystère, à Las Vegas. Je suis content de l'avoir vu, mais je n'ai jamais ressenti le besoin d'en voir d'autres. Ce n'est pas comme de la musique, où l'on ferme les yeux et notre imagination peut faire le reste. C'est un produit qu'on consomme dans le moment, et la magie disparait peu après. Je ressens la même chose avec un spectacle de danse moderne. On apprécie l'effort, le travail, la précision, les heures de pratique. Tout ça pour un moment de grâce ephémère, qu'il faut dépasser la fois suivante sous peine de perte d'intérêt. Monde cruel.
      Pendant qu'ils étaient populaires, le Cirque devait chercher ses limites. Ils ont été là au bon moment, aux années 1990. Veut-on encore ce type de divertissement en cette décennie 2010? Si oui, je leur souhaite de rester au top! Ils sont une source de fierté.

    • Le CDS a connu plusieurs belles annees et va en connaitre encore plusieurs autres. C'est normal qu'une entreprise traverse des cycles durant son evolution, actuelement ca semble etre un phase de stagnation/legere descente.
      Je ne comprends pas du tout les nombreux commentateurs/journalistes qui 'blastent' le CDS pour ses recentes coupures. Oui ce n'est pas un evenement heureux mais ca arrive. Le CDS a cree enormement de richesse au Quebec et partout dans le monde et ca c'est tres respectable. Je suis convaincu que le CDS traite bien ses employes et que ceux remercies auront un bon 'package'.
      Oui les spectacles se ressemblent et sont inegaux mais ce n'est jamais mauvais et ils sont toujours divertissants!
      Je n'ai aucun lien avec ce groupe de pres ou de loin mais je suis attriste de voir le bashing qu'il subit. Ce n'est pas merite

    • Je trouve cette répétition de la fable de la grenouille qui voulais se faire aussi grosse que le boeuf bien dommage. Effectivement les multiples productions on contribuées à ces pertes d'emploi. En même temps, je me demande si la gestion menant à la naissance de chacun de ces spectacles a été bien menée. Ça on ne le saura jamais.

      PS:
      "Le Cirque a aussi lancé, en fin d'année, son film 3D, Le voyage imaginaire, coproduit par le cinéaste canadien James Cameron.
      Cette première incursion du Cirque au grand écran"
      Petite rectification ici, Le voyage imaginaire est la deuxième (ou la troisième) incursion du Cirque au grand écran. Il y avait eu Alégria auparavant et si on le compte, "Journey of a Man" sur IMAX.

    • Effectivement, on a l'impression du déjà vu.... Le cirque se doit de se revoir son plan de créativité pour les prochains spectacles...et également, il n'y a pas de problème à jouer la corde du populaire... à titre d'exemple, le spectacle sur M.Jackson.. se concentrer sur des chansons obscures du chanteur et de livrer en court medley ses plus grands succès fût une grave erreur... également pour IRIS qui est à mon avis, un concentré de "déjà vu"...de plus, Los Angeles n'est pas Las Vegas.. comment on a pu penser que le show IRIS allait pouvoir être à l'affiche pendant 10 ans ?

    • Le Cirque du Soleil a été victime de la croissance à tout prix. J'en sais quelque chose.
      Par ailleurs, toute entreprise a ses cycles. Un jour, elle disparaît. Des emplois sont perdus, mais ils surgissent ailleurs, comme c'est le cas du Cirque du Soleil, qui a engendré ou inspiré d'autres entreprises, comme le Cirque Eloize, Les Septs doigts de la main, et autres.
      Gina Bisaillon

Commenter cet article

Les commentaires sont maintenant fermés sur cet article.

Nous vous invitons à commenter les articles suivants:


Veuillez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer