La Caisse joue gros avec Rona

La Caisse de dépôt, qui s'est longtemps fait reprocher sa trop grande timidité à investir dans les entreprises québécoises, a démontré depuis deux ans - et avec une célérité certaine - sa capacité à épauler financièrement certains fleurons de l'économie québécoise.

Sous le règne des libéraux de Jean Charest, plusieurs ont reproché la trop grande frilosité de la Caisse de dépôt à jouer un rôle de catalyseur de l'activité économique au Québec.

C'est même devenu un enjeu de la dernière campagne électorale alors que péquistes et caquistes ont promis d'exiger une plus grande participation de la Caisse à la protection des sièges sociaux d'entreprises québécoises qui pourraient être menacés par des sociétés étrangères.

Même l'ex-ministre libéral des Finances Raymond Bachand avait souhaité l'orchestration d'une grande mobilisation - impliquant la Caisse de dépôt - pour protéger le groupe Rona d'une possible tentative de prise de contrôle hostile du groupe américain Lowe's.

On connaît l'histoire. La Caisse de dépôt, probablement alertée de l'intérêt manifeste du groupe Lowe's d'acquérir Rona, a réalisé au cours des 12 derniers mois l'achat de quelque 6,9 millions d'actions du groupe de quincaillers, des achats qui lui ont donné 15% du contrôle de l'entreprise et qui en ont fait l'actionnaire prépondérant.

La Caisse a couru des risques équivalents pour appuyer CGI dans son projet d'acquisition du groupe britannique Logica en achetant pour 1 milliard d'actions du groupe informatique. Même chose avec Genivar, où la Caisse a investi 180 millions dans la dernière année pour l'épauler dans la réalisation d'une offre publique d'achat (OPA) sur le groupe WSP en Grande-Bretagne.

L'interventionnisme nouvelle vague de la Caisse vient de prendre toutefois une tangente proche de l'activisme corporatif avec sa participation dans Rona.

Constatant que des investisseurs institutionnels importants, tels qu'Invesco avec 10,2% des actions ou les fonds ABC et son bloc de 3%, souhaitaient toujours que Rona s'assoie et discute avec les dirigeants de Lowe's, la Caisse a décidé de jouer elle-même, mais de façon très discrète, à l'actionnaire activiste.

Selon nos informations, c'est le PDG de la Caisse lui-même, Michael Sabia, qui a exigé du conseil d'administration de Rona le départ du PDG, Robert Dutton.

C'est la Caisse qui a orchestré la révolution de palais incomplète, qui a mis en poste le chef de la direction financière Dominique Boies comme PDG intérimaire du groupe.

La Caisse avait probablement des raisons légitimes de vouloir secouer la cage de la haute direction de Rona, notamment celle du cafouillage de gouvernance qui a entouré la divulgation tardive de l'existence d'une proposition de transaction du groupe américain.

Durant de longues semaines, le conseil d'administration de Rona n'a pas informé ses actionnaires de l'existence d'une proposition d'acquisition officielle que lui avait formulée Lowe's.

En exigeant le départ du PDG Dutton, la Caisse a voulu donner le signal aux actionnaires mécontents que les choses allaient changer. Ce changement à la direction lui permettait de poursuivre son objectif de protéger le siège social de Rona et les retombées économiques que génère le groupe au Québec.

Mais la Caisse a aussi dérogé à sa ligne de conduite traditionnelle voulant qu'elle n'intervienne pas dans la gouvernance des sociétés dans lesquelles elle investit.

Si cela avait été le cas, la Caisse n'aurait pas attendu 12 ans avant de désinvestir dans Québecor où son investissement colossal de 3,2 milliards n'a rien rapporté à ses déposants.

Dans le dossier Rona, la Caisse a précipité les événements au point où on a demandé au PDG intérimaire Dominique Boies, en poste depuis un an seulement dans une entreprise de commerce de détail, de dévoiler la semaine dernière un nouveau plan stratégique aux investisseurs et aux détaillants toujours inquiets du flottement entourant l'avenir du groupe.

Cette conférence de presse tenue dans l'hôtel-boutique W, immeuble adjacent au siège social de la Caisse, n'a rien appris de neuf à personne sauf qu'elle a confirmé les liens étroits qui unissent aujourd'hui Rona à la Caisse de dépôt.

La Caisse joue gros avec Rona. C'est bien que la Caisse veuille participer au sauvetage de cette entreprise québécoise et de son siège social, mais ce n'est pas son rôle ni de sa compétence de vouloir la gérer.

Partager

publicité

Commentaires (2)
    • Il n'y a rien de pire que d'investir son argent, mais de se boucher les yeux sur ce qui va mal au sein d'une entreprise. La Caisse de dépôt doit recruter des avocats et des comptables chevronnés pour siéger au conseil d'administration des entreprises où elle investit des dizaines ou des centaines de millions de dollars et ne pas hésiter à agir pour le plus grand bien de la société et de ses petits actionnaires qui n'ont ni les moyens financiers ni l'expertise de la Caisse pour intenter, au besoin, de longues batailles judiciaires. En Grande-Bretagne, la société Prudential n'hésite jamais à jouer un rôle actif et à exiger des changements dans les pratiques, le plan d'affaires ou le programme de rémunération des dirigeants des entreprises où elle investit 100 ou 200 millions de dollars.
      Ajoutons que la valeur de Rona dans l'économie du Québec et du Canada, ce n'est pas seulement l'emplacement de son siège social, mais l'importance de ses achats auprès de fournisseurs qui sont situés à 90% au Québec ou au Canada, plutôt qu'aux États-Unis d'Amérique, au Mexique ou en Chine comme Lowe's le fait. Vendre les magasins hors Québec ne peut relever que d'une stratégie à courte vue qui privilégie un coup d'argent rapide qui se fait au détriment de la valeur de Rona et de son importance dans l'économie du Québec et du Canada.
      La Caisse de dépôt a tout mon appui dans ce dossier. Attention à ne pas dépasser la barre de 15% des actions en circulation. Mieux vaut s'associer à d'autres investisseurs institutionnels, que de prendre tous les risques seul. Mieux aussi aurait été d'acheter une participation de 15% dans Rona bien avant que l'offre de Lowe's fasse grimper le prix de ses actions.

    • Voici comment la CAISSE devrait jouer avec RONA !
      La CAIISE veut se sortir du bourbier qu'est RONA , tout en conservant la Tête HAUTE , mème si elle a obligatoirement fait couper celle de DUTTON en la remplaçent par intérim par Domonique Boies!
      Dans sa nouvelle approche , LA CAISSE à ouverte sa première carte en imformant le marché que ses grandes surfaces ( hors Québec ) étaient à vendre ...Une valeure intrinsìque exciste pour Lowe's , c'esr certains .En vendant ses grandes surfaces ( hors Québec ) à cette dernière , elle récupère , du moins en partie ses investissements expensionnaires dont le flux de liquidité lui permettrait de réintégré son rôle ''ancestrale''de distributeur Québécois de quincaillers à petite et moyenne surface hors de la périhhérie des grands centre urbain et de la féroce compétition des détaillants à grande et super surface.
      Son équivaleance Ontarienne Home Harware avec cette formule opétationnelle genre coopétative , à sommes toutes bien performer au cours des 10 dernières années , traversant la bule thecno 2001 , le krash financier 2008 et les fluctuations régilières d'un marché en quête de stabilité.
      Rona peut éviter une surenchère boursière malsaine et surtout sans réelle productivité et capitalisant elle mème sa valeur intrinsèque pour le groupe Lowe's . Du mème coup . elle oblige Home Depot à concenter ses efforts vers l'insertion canadiene de Lowe's dans les 9 autres provinces ,lachant du lest sur la compétition Québécoise .
      Une t'elle attitude de Rona serait politiquement correct pour LA CAISSE et le flux liquiditaire du produit da la vente permettrait à Rona de rassurer ses actionnaires .LA CAISSE se retirerait , tranquilement ,au fur et a mesure que le titre se fortifierait en établissant sa valeur boursière.Le sommes investis par l'ancien plan expentioste de l'ère Dutton serait en partie ou en totalité récupérés.
      Une purgation de la gourvernanceserait est indispensable afin éviter l'émmersion de squelettes nuisibes.

Commenter cet article

Les commentaires sont maintenant fermés sur cet article.


Veuillez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer