Ne venez pas me faire croire...

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ne venez pas me faire croire que vous êtes surpris. Au Québec, tous ceux qui suivent le moindrement l'économie s'y attendaient, alors pour la surprise, on repassera.

Le Québec est la sixième province à reporter l'atteinte du déficit zéro. L'année se soldera par un déficit de 2,5 milliards de dollars, soit l'équivalent de 0,7% du produit intérieur brut (PIB).

En Ontario, le déficit sera bien plus important. Il équivaudra à 1,7% du PIB, à 11,7 milliards, tandis qu'au fédéral, ce sera l'équivalent de 1,0% du PIB (17,9 milliards).

On peut être déçu. Déçu de ne pas atteindre le déficit zéro plus rapidement. Déçu de ne pas être un des premiers États dans le monde à rééquilibrer ses comptes, ce qui nous aurait permis d'être à l'avant-plan de la relance. Mais surpris?

Ne venez pas me dire que vous êtes en désaccord avec le report du déficit zéro. La plupart des économistes suggéraient de mettre la pédale douce sur les compressions, question de ne pas nuire davantage à l'économie et d'accroître le déficit.

Même l'agence de notation Standard & Poor's en convient. «Le Québec devra restreindre certaines dépenses, [mais] ces restrictions devront être mesurées pour ne pas nuire à l'économie et affecter les revenus fiscaux», a déclaré l'analyste principal Mario Angastiniotis.

Le PIB du Québec croît au rythme de 0,9% cette année, alors la décision de ne pas couper 2,5 milliards, ou l'équivalent de 0,7% du PIB, était inévitable.

Ne venez pas me dire que le gouvernement du Québec contrôle mal ses dépenses. Pour l'année qui s'est terminée le 31 mars dernier, la croissance des dépenses a été de 1,2% et cette année, elle devrait être de 2,5%. Après, la cible est de 2% par année.

En comparaison, le bond prévu en Ontario est de 4,2% cette année et au fédéral, de 2,9%.

Ce qui coûte cher au Québec, ce n'est pas la gestion incontrôlée des dépenses, mais le grand nombre de programmes sociaux (assurance parentale, garderies à 7$, faibles droits de scolarité universitaire, assurance médicaments, écoles privées subventionnées, assurance automobile publique, électricité résidentielle peu coûteuse, etc.). Pas de doute qu'à long terme, ces programmes devront être rediscutés.

Ne venez pas me dire que le gouvernement péquiste stimule l'économie et fait ce qu'il faut pour accroître ses revenus.

Quand Pauline Marois a choisi la militante écologiste Martine Ouellet comme ministre des Ressources naturelles, elle a rassuré sa base militante, mais elle a nettement refroidi la communauté d'affaires. Le dernier projet de loi sur les mines de la ministre, qui a avorté, lui donnait un droit de veto sur les projets miniers, même si les entreprises respectaient les règles. Quelle entreprise sérieuse voudrait travailler avec une telle épée de Damoclès?

Quand le gouvernement a augmenté les impôts des riches, il a provoqué une montée de lait du milieu des affaires. Et maintenant, son projet de charte de la laïcité, justifié ou non, envoie un signal négatif à l'étranger.

Ajoutez à cela les horreurs de la commission Charbonneau et la crise étudiante de l'an dernier, dont le gouvernement n'est pas responsable, et vous avez un climat qui n'est guère propice aux affaires.

L'économie n'est pas qu'une question de chiffres. La perception des investisseurs, leur confiance sont de nature à stimuler l'économie et à augmenter les revenus de l'État. Bien sûr, le Québec est frappé par la reprise fragile de l'économie américaine et mondiale, mais le gouvernement doit s'affairer à améliorer le climat.

Cette année, le ralentissement de l'économie plus rapide que prévu privera le gouvernement de 750 millions en revenus.

Quoi qu'il en soit, ne venez pas me dire que le Québec est incapable de sortir de sa torpeur, avec nos ressources, notre savoir-faire et notre ménage de la corruption.

Gentilly et la TPS

Un petit mot sur la TPS et Gentilly-2. L'an prochain, pour boucler son budget, le gouvernement ne pourra plus compter sur l'harmonisation de la TVQ et de la TPS. Cette année, l'harmonisation lui procure 1,5 milliard de revenus du fédéral.

Sans ces revenus exceptionnels, le gouvernement ne se dirigerait pas vers un déficit de 2,5 milliards cette année, mais de 4,0 milliards!

Heureusement, le gouvernement a fermé la centrale nucléaire Gentilly-2. Heureusement? Bien oui, en fermant la centrale, Hydro-Québec se trouve à écoper d'une facture de 1,8 milliard. Conséquemment, les revenus qu'Hydro-Québec transfère au gouvernement du Québec reculeront d'autant, ce qui permet à ce dernier de toucher plus de péréquation du fédéral.

La péréquation est calculée avec un certain décalage et c'est en 2014-2015 que le gouvernement touchera la plus grosse part du gâteau. L'an prochain, en excluant la TPS, les transferts fédéraux augmenteront donc de 1,1 milliard, notamment en raison de la facture de Gentilly-2. Cette somme compensera la fin des revenus exceptionnels de TPS.

Partager

publicité

Commentaires (8)
    • Tiens, j’ai été censuré… pourquoi donc?!? La censure était d’ailleurs la 2e raison pour laquelle j’avais cessé de participer… Eh bien, cette fois-ci j’ai compris. Je vous laisse jaser entre vous dorénavant. Adios!

    • @ Sixties : Peut-être que la caissière de la SAQ a un salaire qui lui permet de vivre décemment, contrairement à sa comparse du IGA. Mais globalement, les salarié de l'état sont moins bien payé que dans le privé (http://www.lapresse.ca/le-soleil/affaires/actualite-economique/201311/28/01-4715663-remuneration-les-fonctionnaires-provinciaux-tirent-de-la-patte.php).

    • Le grand probleme de l'economie du Quebec est du surtout a la multiplication du nombre d'agences et de paliers de decision que ce soit dans le reseau de la sante ou dans l'education.La structure gouvernementale partout est beaucoup trop lourde et lente a reagir.

    • Il va falloir réaliser un jour que le Québec vit au dessus de ses moyens.
      Prenons des exemples, appelés gentiment des "choix de société".
      Les CPE qui devaient coûter à l'origine $250 millions, dixit Mme Marois, mais qui en coûte aujourd'hui près de $2 milliards.. Les autres provinces aimeraient avoir ce système, mais ils ne peuvent se le permettre.
      Les congés parentaux: bonne idée; mais le Québec au lieu de mettre en place un système comparable aux autres provinces a mis le plus généreux au Canada. Résultat: ça coûte cher aux entreprises et au gouvernement.
      La parité des salaires des fonctionnaires qui font que dès qu'une activité devient étatique, les salaires doivent être augmentés selon l'équité salarial. Ainsi les techniciennes en garderie gagnent près du double de celles du privé; même chose à la SAQ où un caissier(ère) gagne passablement plus cher que celle du IGA tout à côté. Avec emploi garanti à vie, pension,...
      On pourrait continuer à l'infini. Cet État tentaculaire nous coûte une fortune et on continue de l'engraisser au nom de la sociale-démocratie.

    • Je ne veux pas entrer dans une guerre de chiffres mais dans son communiqué concédant l'échec du gouvernement à sortir les finances du rouge cette année, M. Marceau affirme que pour une deuxième année consécutive, le gouvernement atteindra ses cibles de croissance des dépenses. Pour 2012-2013, l'augmentation du total des dépenses, entraînée par celle de la santé, a été de 2,7%, soit 4x le taux d'inflation de 0,7%. Les tableaux présentés par le ministre aux journalistes tentent de faire croire que l'augmentation des dépenses n'a été que de 1,2%, mais c'est faux. Le ministre joue sur les mots. Ce sont les dépenses budgétaires (un terme flou qui ne veut rien dire en comptabilité et qui exclut les dépenses qui ne font pas l'affaire du ministre) qui ont augmenté de 1,2%, pas l'ensemble des dépenses du gouvernement. Pour l'année en cours, on parle d'une augmentation de ces mêmes dépenses de 3,4%... c'est 5 fois plus que l'inflation. Bien contrôlées, les dépenses?

    • Ben oui, il est là le déficit.
      M. Vailles, vous suggérez d'aller jouer dans les nombreux programmes sociaux.
      Allez-y et vous verrez que, si vous éliminez un tant soit peu l'un ou l'autre, vous verrez l'économie de la province péricliter encore davantage.
      Appauvrir les gens, empêcher les femmes d'aller travailler nous coûteront encore plus cher.
      Les sociétés riches sont celles qui partagent la richesse, qu'elle soit grande ou petite.
      Pensez-vous que les États-Unis sont une société riche ? Non, quand on y compte tout près de 40 millions de pauvres !!!!
      Je préfère dire que la Suède, la Norvège, la Finlande, le Danemark le sont.
      Pourtant, en 1994, la Suède était dans la dèche et c'est un gouvernement social démocrate qui l'a sortie de sa torpeur.
      Alors...
      Les Harper diront ce qu'ils voudront, le Canada est social démocrate et le restera. Partager la richesse, c'est le salut de l'humanité.

    • L'électricité résidentielle pas assez chère? Elle devrait coûter combien finalement? C'est pas un bon coup de balai à la Charbonneau que ça prendrait là-dedans plutôt? P.-K. Péladeau parlait de 7500 employés de trop! On doit certainement être près du milliard d'économie! Sans parler de leur fabuleux fond de pension payé presqu'entièrement par le bon peuple durant de nombreuses années (indexé bien sûr, tant qu'a y être). Ai-je besoin de dire à un homme informé comme vous, m.Vailles, que je pourrais continuer longtemps comme ça. Il est bien évident, que tant que les valves vont être ouvertes, l'électricité ne sera jamais assez chère. Et ce sera toujours au bon peuple d'alimenter la source. C'est la même chose dans toutes les sociétés d'état et la fonction publique en général. Il semble que ce soit plus accommodant de dévaliser la classe moyenne que de stopper l'hémorragie. En attendant, continuons d'accumuler les déficits.

    • Bien oui M.Vailles nous le savions qu'il y aurais un défécit au Québec ce qui est insultant est de voir un jeune ministre des finances en qui nous avions confiance venir nous dire il y a deux mois qu'il n'y en aurais pas de déficit.
      Encore une fois tout parti confondu ont nous a pris nous Québéçois pour de pure imbécile.Il était plus facile pour le P.Q. de nous faire rêver au cas ou il y aurais eu des élections.
      Je croyais que ces nouveaux jeunes politiciens feraient de la politique autremment....mais non ils ont copiés les vieux politiciens en nous mentant en pleine face....elle est là la déception.

Commenter cet article

Les commentaires sont maintenant fermés sur cet article.


Veuillez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

publicité

publicité

la liste:3762:liste;la boite:318296:box

À lire sur La Presse Affaires

Précédent |

publicité

image title
Fermer