PKP et la muraille de Chine

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Hier matin, Le Journal de Montréal faisait état des primes versées aux employés d'Hydro-Québec et à son PDG, Thierry Vandal. «4075$ par employé», affirmait l'article de l'agence QMI (Québecor Média inc.).

Quelques heures plus tard, Hydro-Québec annonçait la nomination de l'actionnaire très majoritaire de Québecor, Pierre Karl Péladeau, au poste de président du conseil de la société d'État.

Visiblement, quelque chose cloche. Avec cette nomination, comment les médias de Québecor pourront-ils prétendre à l'indépendance journalistique vis-à-vis d'Hydro-Québec? Et inversement, ne doit-on pas craindre que Le Journal de Montréal et TVA bénéficient de tuyaux de celui qu'on appelle PKP sur la gestion d'Hydro?

Prenons l'exemple d'un bogue majeur chez Hydro-Québec, une nouvelle crise de la pluie verglaçante. En lisant, on ne pourra s'empêcher de penser que le journal se garde une réserve dans sa critique des événements. Et plus largement que les médias de Québecor se feront moins incisifs dans leur couverture du gouvernement péquiste.

Le doute sera d'autant plus grand que PKP a la réputation d'être très interventionniste auprès de ses employés, de faire de la «micro-gestion».

Certes, PKP ne sera plus, à partir du 8 mai, PDG de Québecor, mais seulement président du conseil d'administration de Québecor Media et de TVA et le vice-président du conseil de Québecor inc. Il reste que l'homme conservera 73% des droits de vote de Québecor inc. - l'entreprise en Bourse - et qu'il garde la réputation d'être contrôlant.

La nomination préoccupe la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ). «La première ministre du Québec, Pauline Marois, aurait dû chercher ailleurs que dans les rangs des patrons de presse pour pourvoir ce poste. S'il avait fallu que l'ex-premier ministre, Jean Charest, nomme Paul Desmarais, jr. à la tête d'Hydro-Québec, le monde journalistique aurait été tout aussi inquiet, et à raison», a dénoncé Brian Myles, président de la FPJQ.

La publicité

La possibilité de conflit d'intérêts n'est pas que rédactionnelle. Elle touche également l'imposant budget de publicité d'Hydro-Québec, qui a varié entre 6 et 17 millions ces dernières années.

À cet égard, Hydro pourrait-elle avoir tendance à favoriser les médias de Québecor? Ou plus simplement, PKP pourrait-il influencer le plan de communication d'Hydro de sorte que Radio-Canada, par exemple, y perde au change? Le simple fait d'avoir des doutes est malsain.

L'expert des questions de gouvernance Michel Magnan, de l'Université Concordia, va plus loin. Selon lui, les liens étroits entre Péladeau et le gouvernement Marois soulèvent des questions sur l'ensemble des budgets de publicité du gouvernement et des sociétés d'État (Loto-Québec, la SAQ, etc.).

Chez Hydro comme ailleurs, Michel Magnan rappelle qu'un président de conseil d'administration doit être indépendant de la direction de l'entreprise, mais également imperméable aux pressions politiques. Or, PKP construit actuellement un amphithéâtre à Québec grâce aux généreuses subventions du gouvernement, une saga qui a fait éclater le PQ, en juin 2011.

«Pierre Karl Péladeau connaît bien les affaires, mais c'est loin d'être un expert en gouvernance. Il y a des risques qu'il veuille intervenir dans la gestion quotidienne de l'entreprise, comme c'est aussi souvent le cas des ex-PDG qui deviennent présidents de conseil d'une organisation», dit le prof de comptabilité, qui trouve la nomination surprenante.

Rendons tout de même à César ce qui lui revient. Dans certains cas, PKP a su redresser des situations difficiles et impopulaires, comme ce fut le cas avec Vidéotron. Et il faut admettre qu'Hydro peut faire plus pour contribuer au déficit zéro du gouvernement, pendant que d'autres organismes se saignent à blanc pour boucler leur budget. Entre autres, le régime de retraite d'Hydro-Québec est l'un des plus généreux du Canada, une anomalie. PKP pourra «brasser la cage», croit François Legault.

Qu'un gouvernement fasse des nominations partisanes dans certains postes est incontournable dans notre système. Mais qu'il mette un homme avec autant de pouvoirs et d'influence à la tête de notre plus importante société d'État n'est pas une bonne décision. N'en déplaise aux partisans, elle ouvre trop grande la porte aux possibilités de conflits d'intérêts, même si le PQ promet une «muraille de Chine».

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

Commentaires (18)
    • Une journée ou deux avant l'annonce de la nomination de PKP je voyais un reportage sur Hydro-Québec de Michel Morin, nouvellement embauché à TVA. Son premier reportage à TVA. Michel Morin était à Radio Canada il y a plusieurs années, où il s'était justement spécialisé dans la couverture d"Hydro-Québec, avec des reportages très critiques. Il faudra voir les reportages qu'il fera maintenant que PKP a été nommé à HQ. A suivre.

    • à jacland5:
      Hydro pourrait tellement faire mieux. Qu'on se rappelle l'auto électrique de Monsieur Couture. On a interdit aux employés de parler aux journalistes, on a enterré ce moteur roue. Je ne crois pas qu'Hydro voulait voir l'auto électrique se généraliser au Qc. Commande politike? La vache à lait des taxes perçues sur un litre de pétrole permet au SYSTÈME de rester comme il est. Et quand on voit comment la mafia, les Hells, les syndicats et les politiciens contrôlent tout on comprend tout. Pourquoi l'auto électrique, qui existe depuis les années 1890, n'est pas rendu plus loin dans son développement? Mais bon ce sera les Chinois qui nous permettront d'avancer, de voir l'auto électrique percer nos marchés. Que ce soit l'auto elle-même ou par le développement et/ou la fabrication de batteries performantes. Pour ceux que ça intéressent il faut voir le site http://www.byd.com Warren Buffet y investi des centaines de millions pour l'autobus électrique. Comment se fait-il que ce type de véhicule ne soit pas partout sur notre territoire?
      En terminant j'aime bien mieux voir PKP à Hydro que n'importe qui d'autre. Desmarais et ses magouilles sous la table me font suer. Et quoi dire d'Henri-Paul Rousseau anciennement de la Caisse de dépot qui se retrouve chez Gesca.

    • jcpomerleau, Entièrement d'accord c'est ce que je voulais dire.........Power à engagé celui qui a fait perdre des milliards à la caisse de dépôt des québécois ...Pourquoi........et Power à réussi à mettre Sabia à la tête de notre magot de retraite sûrement pas pour nos intérêts......J'ai confiance que M.Péladeau sera à la hauteur et participera
      à notre enréchissemt collectif . Normal de lire ce genre d'article dans la presse. Bonne nuit!

    • La différecne entre Paul Desmarais et P K Péladeau. Un avait planté ses pions sur le CA d'Hydro Québec pour se servir ; et, l'autre vient à visage découvert pour servir les intérêts supérieur du Québec.
      Les libéraux et l'Hydro Québec :
      (Google) :
      La stratégie énergétique de Charest
      Daniel Breton fait le bilan de 9 années de désastre
      Neuf minutes d?enfer pour les libéraux

    • Pas pire que les liens entre M. Sabia et Power corporation........

    • .... " Et plus largement que les médias de Québecor se feront moins incisifs dans leur couverture du gouvernement péquiste"...
      De grâce.. Ne vous inquiétez-vous pas... c'est déjà le cas !

    • Je crois plutot que PKP est dans une guerre à finir avec M. Cope de BEll. Il vient de se placer à son niveau au point de vu administrateur majeur. De plus il existe déjà des liens majeurs entre Hydro et Bell.
      Je ne peux pas croire que l'on soit obligé de prendre une telle décision contreversée.
      Peut importe l'angle où vous regardez cette nomination il y a des conflits d'intérêt potentiels à tous les niveaux.
      J'espère juste que La Presse restera vigilante pour le suiovre à la trace.

    • Vouloir un pays à soi... oui... mais certainement pas pour que le gouvernement le donne à un multimillionnaire qui écrase tout sur son passage en fonction de ses intérêts personnel...
      Hydro-Québec a été créé par les efforts de certains leaders politique avec le soutien et les deniers de la population du Québec.... NE LAISSONS PAS PKP , du haut de son trône doré , réduire ce Joyau National, qui a aidé au développement du Québec , qu'à un simple jouet pour satisfaire ses besoins mégalomanes de privatisation , destruction , tout azimut...
      ---Hydro-Québec est la base de notre richesse collective , je ne tiens pas à voir notre splendide société d'état réduite au même niveau que le contenu du Journal de Montréal ( i.e. futilité et mesquineries )

    • Une autre mauvaise nomination de Mme Marois. Facile de comprendre que PKP aura son appui quand viendra le temps de lui demander plus d'argent pour obtenir ses Nordiques...
      Encore une fois, c'est l'apparence de conflit d'intérêt qui persiste. Elle ne semble pas comprendre malgré plusieurs erreurs : Boisclair, Nicolas Girard, Sylvain Simard, Duceppe, Duthel ...
      On a maintenant très bien saisi l'écart entre le discours de Mme Marois et ses décisions... Est-ce un manque de jugement ? ou de la manipulation ? L'un ou l'autre ne sont pas les qualités requises pour être PM ! Ne dévions pas le débat sur la compétence de PKP, le réel problème n'est-il pas sur la compétence de la première ministre ?

    • @seb.b, bien d'accord, mais c'est parce que c'est le lancement de la presse aujourd'hui, donc je ne crois pas que ce soit prévu.
      Michel Plessis-Bélair de Power-Corp ( qui détient la Presse via Gesca) siège depuis des années au conseil d'administration du Québec, alors autant vos arguments peuvent s'appliquer à Péladeau autant ils sont valides pour notre cher Presse. Vous parlez d'interventionnisme dans les médias. S'il y a bien un média interventionniste c'est La Presse qui milite depuis des années contre la cause souverainiste ( On a qu'à regarder les éditoriaux d'A.Pratte et de Y.Boisvert face aux découvertes de M.Bastien ... Pourtant l'assemblée nationale a voté à 100% pour une réouverture des archives). Bref, revenons à nos moutons. La nomination de PKP soulèvent certainement des inquiètudes mais Hydro Québec a besoin d'une stratégie claire pour exploiter ses surplus. Péladeau est l'homme de la situation pour l'expansion des grands projets et il aura certainement de l'influence pour faire grandir Hydro. Je partage certaines inquiètudes comme vous, mais je crois que c'est malgré tout une excellente nomination. Rappelons aux lecteurs l'excellente performance de Québecor depuis la crise financière ( L'action a presque triplé).Dur de trouver une entreprise de cette taille qui a fait mieux durant la même période. Péladeau y est surement pour un peu...

    • Très bien dit,ne pas oublier aussi que Hydro-Québec a son propre réseau de télécom et a un grand réseau de fibres optiques, donc il va faire passer le réseau de Vidéotron dessus pour s'étendre et tous les contrats de cellulaires des employés seront chez Vidéotron dans un avenir pas très lointain.

    • Et pour Michel Plessis Bélair de Power Corporation/Gesca sur le CA d'Hydro?

    • Le régime de retraite de Hydro est généreux pcq il a été bien gérer... Point à la ligne. Oui Hydro fourni plus que d'autres entreprise sur la partie patronnale du fond de pension.... Mails il reste que celui-ci a été bien géré et qu'il a su faire des dividendes.... Il ne faut quand même pas blâmé les gestionnaire du fond de pension !!!!

    • Encore une fois, Mme Marois fait preuve de manque de jugement. La nomination de M. Péladeau est un cas patent de conflit d'intérêts.

    • Je suis à peu près jamais d'accord avec ce qu'écrit Francis Vailles, surtout quand il parle de questions macro-économiques et de fiscalité, mais ici, chapeau.

    • N'est-ce pas mme Marois qui a décrié les nominations partisannes libérales durant la derniere campagne électorale?Elle a muselé un président d'hydro trop faible et qui ne voulait pas perdre son job en lui faisant faire un 180 degré dans le dossier de Gentilly et voila que maintenant elle agit en personne paniquée en écartant un autre pdg qui faisait bien son travail.Apres la S.Q. l'environnement,et autres qui ont été tassés subtilement l'urgence de remplacer ce gouvernement est de plus en plus pressant avant que l'irrémédiable se produise et que l'avenir des québecois ne devienne ce que vivent les pays du tiers monde.

    • Un peu drôle de lire ce texte alors que M.Desmarais signe l'éditorial du jour dans La Presse...

    • Bientôt Occupation double à notre Comédie nationale?

Commenter cet article

Les commentaires sont maintenant fermés sur cet article.


Veuillez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer