Le banquier suisse, la chambre d'hôtel et le fisc

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Montréal) La scène se déroule dans une chambre d'hôtel de Montréal. Un banquier suisse, en voyage d'affaires, discute avec un client fortuné, appelons-le monsieur A. Le client veut déposer 100 000$ dans son compte outre-mer sans se faire pincer par les autorités.

Comme convenu, monsieur A a apporté avec lui une valise remplie de billets de banque. Il la remet au banquier. Le banquier compte le tout, les deux signent les papiers et monsieur A part, satisfait.

Quelques minutes plus tard, un autre client frappe à la porte, monsieur B. Cette fois, monsieur B veut retirer 100 000$ de ses fonds placés en Suisse. Le banquier lui remet la valise de monsieur A, lui fait signer les papiers et le tour est joué.

Cette scène n'est pas tirée d'un roman. Elle m'a été racontée par un financier d'expérience en novembre 2008. La source a fait ce genre de transactions à quelques reprises et affirme qu'elles sont relativement courantes au Canada et aux États-Unis.

Vous avez compris l'astuce? En faisant ces deux opérations à Montréal, le banquier suisse n'a pas à transporter d'argent liquide dans l'avion. De plus, aucun enregistrement du transfert électronique n'est nécessaire. De retour en Suisse, il débite et crédite les comptes de ses deux clients et jamais les autorités ne sont informées de l'affaire.

Hier, la planète a été secouée par un scoop retentissant sur les paradis fiscaux. Malgré le truc des chambres d'hôtel, malgré l'utilisation de sociétés-écrans ou le recours aux avocats comme paravents, des milliers de contribuables fortunés risquent maintenant de se retrouver sur la sellette.

D'anciens salariés de deux entreprises de services financiers, Portcullis TrustNet et Commonwealth Trust Limited, ont divulgué une montagne de documents informatiques au Consortium de journalistes d'investigation américains ICIJ, de Washington. L'ICIJ a partagé les documents avec 37 médias de partout dans le monde, dont Radio-Canada.

Les renseignements concernent des dizaines de milliers de contribuables de 170 pays qui ont des comptes dans 10 paradis fiscaux. Quelque 450 contribuables canadiens figureraient sur la liste, dont 46 du Québec, 162 de l'Ontario, 30 de l'Alberta et 201 de la Colombie-Britannique. Le mari d'une sénatrice - un avocat de la Saskatchewan - s'y trouve. Wow!

La nouvelle surprend par son ampleur, d'autant plus qu'il s'agit des clients de seulement deux firmes.

Essentiellement, trois types de contribuables ont recours aux paradis fiscaux. Il y a des multinationales qui veulent utiliser une structure fiscale efficace pour investir dans un pays tiers. Il y a les criminels qui veulent blanchir des fonds. Et il y a des familles fortunées qui utilisent les paradis fiscaux pour réduire leur facture fiscale ou mettre leur argent à l'abri des créanciers.

L'affaire Offshore Leaks viserait surtout les deux dernières catégories. Les noms des contribuables impliqués sont dévoilés au compte-gouttes. L'ICIJ affirme qu'après avoir épluché les documents durant sept mois, elle a retracé les noms de fraudeurs de Wall Street, de Toronto et de Moscou.

Je ne connais pas les noms des Canadiens qui se trouvent sur la liste. Je ne sais pas si les noms de monsieur A et de monsieur B s'y trouvent. Ce que je sais, par contre, c'est que de nombreux Québécois ont eu recours à ces paradis ensoleillés libres d'impôt au cours des dernières années.

Vous voulez des noms? En voici. Dans la première catégorie, celle des fraudeurs, il y a Ronald Weinberg (Cinar), John Xanthoudakis (Norshield), Lino Matteo (Mount Real), Vincent Lacroix (Norbourg), Earl Jones, l'ex-avocat Jacques Matte et le gourou Nil Lapointe (Tanzanite) .

Encore des noms? L'entrepreneur en construction Francesco Bruno et ses deux complices de Revenu Canada, Antonio Girardi et Adriano Furgiele. Ils avaient fait affaire avec Martin Tremblay, des Bahamas.

Dans la deuxième catégorie, celle des fortunés qui ont cherché à économiser de l'impôt, il y a la famille Stroll, de Mont-Tremblant (Jeans Tommy Hilfiger), la famille Olivieri, de Westmount (ex-proprio des Patins Bauer), la famille Rémillard, de Montréal (canal V) et le promoteur immobilier Claude Charron, de Montréal.

D'autres noms sont venus à nos oreilles, certains très connus, d'autres moins, mais gardons-nous une petite gêne.

Ce qui surprend, avec les paradis fiscaux, c'est pourquoi des gens d'affaires par ailleurs honorables, y ont recours. D'accord, c'est pour économiser de l'impôt, protéger son patrimoine, être au-dessus des États. Mais la question se pose: combien d'argent les ultra-riches doivent-ils gagner pour être enfin satisfaits? Combien de voitures, de maisons, de bateaux leur faudra-t-il pour juger qu'enfin, ils doivent payer leur dû?

Quand se décideront-ils à passer un coup de fil à Revenu Canada pour faire une déclaration volontaire? Préfèrent-ils que les médias publient leur nom sur une liste?

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

Commentaires (28)
    • Ils ont payes pour s'acheter des elections, on leur a ouvert toutes grandes les portes de l'evasion fiscale, les recette de l'Etat ont diminuees et les finances publiques s'en sont trouvees en difficulte, on a sabre dans les depenses publiques et on a coupe les impots, et fragilise les depenses publiques, pour sabrer encore dans les depenses publiques, ...
      Pendant ce temps les 20% les plus fortunes n'ont jamais si peu paye d'impots, jamais si peu participe au "collectif" qu'est l'Etat.
      (pardon pour le "pas d'accents", je reecrirai plus tard si on trouve que c'est pas clair)

    • @claude_l. C'est pas un petit concessionaire, c'est un gros et c'est un des acteurs du scandales des commandites qui c'est paye une voiture de 150 000$ cash au nom de sa femme. Et il y a beaucoup de chose que tu pense pas de ta(tes) reponse qui se produise en réalité...
      06 avril 2013
      08h02
      @yanper Je pense pas le p'tit qu'un concessionnaire va te laisser partir avec un char neuf si tu lui paies 40 000$ en cash dans ta mallette. Because si c de l'argent volé, de l'argent marqué, un affaire louche qqconque, le concessionnaire risque de perdre et le cash et le char.
      Pis je ne pense pas non plus qu'un homme fortuné a vraiment besoin d'une grosse transaction de cash avec un banquier suisse pour se payer une montre et des lunchs. Youhou.

    • La solution sera un impôt unique, tant sur chaque dollars gagné, e.g. 20sous par dollars, aucune déduction, tous le monde paye la même chose. Seul exception les premiers 10,000$ gagné par tous le monde est libre d'impôts. Voici le tour est joué, les déclarations d'impôt simplifié et des milliers de fonctionaires au fisc deviendront inutile.
      Plus personne sera punit pour travailler plus, ceux qui se contente avec un petit pain ne pourront plus se pleindre des riches, et les riches et moins riches garderont 80% de leur travail. Plus besoin des abris fiscal, c'est tellement simple que je ne comprend pas pourquoi ça n'existe pas depuis longtemps!

    • Ah oui ! J\'aimerais rajouter deux choses. Primo, pouvons-nous arrêter les comparaisons avec les pays nordiques, nous ne sommes pas, nous ne serons jamais scandinaves. Nous ne partageons absolument rien comme héritage socio-culturel avec eux. Les norvégiens si, les suédois ça, les finnois si, les danois ca. pfft.
      Secundo, je propose un numéro central facile à retenir, 1-800-478-6653, ou si vous préférez une technique mnéno fafa, 1-800-I-STOOLE. Par la force des choses, nous sommes en train de virer en une société délatrice. L?agonie est presque insupportable, qu?on en finisse une pour fois pour toute, nous devrions choisir parmi plusieurs modèles bien éprouver de délation qui ont déjà fait leurs preuves. Il y a le modèle de droite du type Gestapo, squadristes et escadrons de la mort, ou certains préfèreront le modèle de gauche, certains diront tout aussi, ou même, plus efficace, du type, KGB, Tcheka ou Stasi. Personnellement, je préfère la STASI, un informateur dans chaque usine, chaque commerce,chaque école, chaque université, chaque département, les enfants éduqués et formés dès la tendre enfance pour dénoncer leur grand-mère qui faisait pousser des pommes de terre sur un tout petit lopin de terre.

    • Tout ça c?est bien bo. Mais, il est question ici d?individus. De temps en temps, la soupe est chaude, on sort du sac quelques noms de personnes indésirables afin de calmer la plèbe assoiffée de sang et de rétribution, on met les accusés au pilori, pis on tourne la page.
      On fait quoi des 500 filiales bancaires dans les paradis fiscaux, de leurs clients corpos qui ont aussi 5 000 filiales, de toutes ces firmes qui ont légalement des filiales offshore dans le but délibéré de minimiser la facture fiscale. Entre le tx marginal corpo officiel et le tx effectif, on pourrait faire passer un semi-remorque.

    • @yanper Je pense pas le p'tit qu'un concessionnaire va te laisser partir avec un char neuf si tu lui paies 40 000$ en cash dans ta mallette. Because si c de l'argent volé, de l'argent marqué, un affaire louche qqconque, le concessionnaire risque de perdre et le cash et le char.
      Pis je ne pense pas non plus qu'un homme fortuné a vraiment besoin d'une grosse transaction de cash avec un banquier suisse pour se payer une montre et des lunchs. Youhou.

    • "...Quand se décideront-ils à passer un coup de fil à Revenu Canada pour faire une déclaration volontaire?..."
      Encore faut-il que Revenu Canada arrête de mettre les téléphonistes à la porte. Faites le test : essayez de rejoindre quelqu'un à cette agence gouvernementale. Même si vous êtes un repenti, y a peu de chance qu'on vous réponde...!

    • Comment des gens peuvent-ils ainsi défendre l'évasion fiscale quand il s'agit d'une partie importante de la l'équation expliquant la précarité de l'état des finances publiques.
      Le capitalisme mondialisé est à la croisé des chemins, maintenant enraciné dans les inégalités, l'injustice sociale, l'individualisme et la croissance infinie qui atteint ses limites.
      La corruption, l'évasion fiscale généralisée des riches et puissants sont des signes que l'ont ne peut ignorer. Tout rejeter sur le dos des pauvres et exiger toujours plus de la classe moyenne mène directement au chao. Il est temps d'envisager un autre monde, plus modeste, mais surtout plus juste et plus ouvert.

    • 00002460 tu a tellement raison !!!! J'ai connu le banquier Suisse en question.... Il fesait des affaires d'or a Montréal !!!.... Pi l'autre qui commente ''mais qu'est-ce que tu peut bien faire avec 100 000$ cash ? ''.. Aye ben des affaires le fun et légal le gros!!! Un char, une montre et un bon lunch !

    • Les etats taxent beaucoup trop (surtout les riches). De plus les etats ne font pas une gestion des fonds publiques. C'est comprehensible que les riches utilisent les paradis fiscaux... Alternativement, les riches peuvent changer de citoyennete

    • Très éclairant votre article.
      Mais je comprends mal comment le truc de la chambre d'hôtel où se fait l'échange de cash pour servir d'autres clients que les criminels.
      Qu'est-ce qu'un homme d'affaires ou un citoyen fortuné pourrait bien faire de 100 000$ cash? (oui, oui, à part les fausses factures ds la construction). Comment un citoyen fortuné ou homme d'affaires peut utiliser autant de liquidité sans se faire prendre.
      Il ne peut pas déposer à la banque un si gros montant sans éveiller les soupçons, il peut pas s'acheter une voiture ou autres grosses dépenses légales en payant cash, etc.. Ce truc ne peut que desservir la catégorie de clients criminels, à mon avis.

    • @ 00002460: Les taxes et impôts aux États-Unis sont beaucoup moins élevés qu'ici, pourtant ils sont aussi aux prises avec des problèmes d'évasion fiscale.
      La vérité c'est que ces gens-là veulent tout garder pour eux-mêmes et rien laisser pour tous les autres, peu importe que le taux d'imposition soit de 1% ou 50%. Ils trouveront toujours un moyen de ne pas payer leur juste part.

    • @00002460 Exactement ce qui se passe. Très bon commentaire.

    • "combien d'argent les ultra-riches doivent-ils gagner pour être enfin satisfaits?"
      La réponse: plus d'argent.

    • Est-ce que ceux qui seront chargé de faire enquête seront les mêmes qui enquêtent toujours sur les magouilleurs des commandites de la commission Gomery?

    • Que pour être efficace il faut cacher ses intentions! Machiavel

    • @fboudreau 08h27
      Absolument d'accord avec vous!
      De la manière que Monsieur Vailles nous présente la situation, à moins d'être une corporation multinationale, détenir un compte bancaire dans un autre pays fait de nous un aigrefin ou presque! Allons-donc!

    • Sans défendre les utilisateurs de ce ''Système'', quand on voit comment les gouvernements dépense notre argent$$$, (F35 , Collusions et retour d'ascenseur aux Donateurs partisans etc.), je me dit que si je disposais de plusieurs Million$ HONNÊTEMENT GAGNÉ, je chercherait moi-aussi à payer le moins d'impôts possible. Tout en respectant la morale et en restant sur ligne légal, mais j'étirerais de mon côté au Maximum....

    • Merci à M.Pierre Duquette pour son exposé très éclairant.
      Reste que c'est ce qui arrive quand le crime est impuni.
      Ces riches-voleurs s'enrichissent sur le dos des peuples qui peinent à survivre.
      Qui a dit que l'argent est le sang des pauvres.
      En plus ils réussissent à nous faire croire que les Syndicats sont trop forts!
      La cupidité est d'une perfidie sans limite.

    • C'est peut être dans notre nature d'essayer de payer le moins possible en taxes: les riches aves les paradisc fiscaux, les autres avec le travail au noir, les commerces en ne déclarant pas tout et les multinationales, en serrant la main au gouvernment.

    • Avec un taux marginal d'imposition de 50%, plus 15% de TPS/TVQ sur l'autre 50%, plus les taxes sur l'alocool, les taxes foncières etc, c'est plutôt du vol par l'État. D'autant qu'on voit le gaspillage de fonds publics que font allégrement les politiens et autres magouilleurs avec NOTRE argent. Qui n'a jamais payé argent comptant pour s'éviter les taxes? Les paradis fiscaux existent parce que les citoyens ont l'imression de se faire arnaquer. Tous les lobbies autoproclamés parler au nom des citoyens pigent dans les poches de ces citoyens sans leur demander la permission. Et quand les finances sont à sec, la solution, à la française, c'est de piger encore plus dans les poches des contribuables. Les voleurs ne sont pas ceux qu'on pense.

    • @fboudreau Les intérêts? Ce ne sont pas des revenus sa??? Dormir dans un compte, qu'ils dorment dans un compte ici alors si sa ne change rien.

    • «pourquoi des gens d'affaires par ailleurs honorables, y ont recours»
      Je reprendrai le motif qu?avait donné sur le sujet Léo-Paul Lauzon à un talk show télé il y a fort longtemps:
      «les paradis fiscaux se sont développés pour se soustraire à l?oppression fiscal».

      Cette expression d?oppression fiscale indique bien la position que peuvent avoir ces gens 'par ailleurs honorables'. On n?a pas a chercher longtemps pour trouver des exemples de dilapidation des argents publique, de lourde inefficiences et d?iniquités sociale soutenus par une machine étatique qui décrète elle-même combien ce qu?elle va vous réquisitionner. Le sentiment doit bien se construire au moment ou a l?évidence la portion réclamé devient largement plus importante que ce que l?individu peut percevoir être sa juste part. Il finit par avoir l?impression de se faire voler par l?état, ce qui légitime sa fuite fiscale.

      A l?inverse celui qui retire beaucoup de la structure de l?état et de son principe d?économie contrôlée n?auras pas de problème à qualifier de voleur cette individu «par ailleurs honorable». Mais ici le qualificatif de voleur porte aussi l'empreint d'un intérêt tout a fait personnel et les motifs de l'indignation agitée sont un peu fragiles... (Pensez aux milliards versés par l'État dans les comptes de retraites a perstations déterminées)

      Dernièrement on fessait remarquer que l?évasion fiscale était rarissime dans les pays de l?Europe du nord ou l?individu a une bien meilleurs confiance envers son État et que la perception d?équité sociale y est très forte.
      A l?opposer l?émission Enquête d?hier donnait de bien bonnes raisons aux richissimes Russe de vouloir fuir la mainmise étatique sur leur portefeuille.
      Ce qui permet de conclure que la propre conduite de l'État est aussi responsable de ce désire de fuite fiscale.

    • Je trouve que cette histoire manque de détails. C'est pas illégal d'avoir un compte bancaire dans un autre pays. Si l'argent dors dans un compte en banque, il ne produit pas de revenu, donc il n'y a pas d'impôt à payer. Si l'argent est investi, il va y avoir des retenues fiscales selon les règles du pays hôte. Minime peut-être, mais blamer ce pays, pas l'investisseur. Bref, je comprend pas.
      Le traitement journalistique de cette histoire est resté en surface, sans donner d'explications. Ça plus servi à exciter les préjugés des gens qu'à autres choses.

    • Tout à fait d'accord avec votre question en conclusion:
      "Mais la question se pose: combien d'argent les ultra-riches doivent-ils gagner pour être enfin satisfaits? Combien de voitures, de maisons, de bateaux leur faudra-t-il pour juger qu'enfin, ils doivent payer leur dû?"
      J'aimerais voir naître un grand mouvement mondial de boycottage des compagnies en faute. Puisque l'argent est roi... Mais ceci étant dit, est-ce que les compagnies qui emploient du "cheap labor" à l'étranger ne sont pas aussi coupables? Je n'ai pas la réponse mais ces compagnies visent elles aussi uniquement le profit, pas une participation à la société. À ce titre, j'aimerais les inclure dans le boycot.
      Je sais... je rêve...
      B. Veilleux

    • J'ai été banquier pendant plus de 35 années et je suis toujours surpris de l'étonnement des gens vis-à-vis les bandits et les fraudeurs qui utilisent les paradis fiscaux. De très nombreux banquiers au Québec et au Canada connaissent des centaines, sinon des milliers de ces tricheurs et connaissent également les moyens utilisés par ces voleurs pour frauder le fisc. Comment se fait-il qu'il n'y a pas eu de noms de banquiers qui sont sortis à la Commission Charbonneau ? Comment se fait-il qu'il n'y a aucun nom de banquier qui est sorti comme ayant profité du bateau de Tony Accurso ? Derrière chaque transaction douteuse, il y a un banquier de caché qui est au courant. Croyez-moi, on protège les gros poissons et on jette en pâture quelques petits escrocs pour apaiser la grogne du public.Quand je parle de banquiers, j'inclus bien évidemment la haute direction de toutes les banques canadiennes ou autres. Le jour où l'on verra un haut dirigeant d'une banque poursuivi pour avoir caché des informations permettant de pincer les fraudeurs et les blanchisseurs d'argent, ce jour-là, les poules auront des dents.
      Ce que les contribuables veulent c'est que tous ces fraudeurs paient leur dû comme tout le monde. Qu'ils paient et qu'ils aillent en prison. Point final ! J'ai cependant assez d'expérience en affaires pour dire que ces gros poissons-là vont encore s'en tirer sans même une petite tape sur les doigts et croyez-en mon expérience, ce n'est que la pointe de l'iceberg et nous sommes entourés de bandits et de fraudeurs. Je n'ai jamais connu un seul "très riche" qui n'a pas possédé un compte dans un paradis fiscal et qui n'a pas constamment triché le fisc. La Fée des étoiles ça n'existe pas les amis. Et pour ce qui est de récupérer notre argent, ne rêvons pas en couleurs, jamais on ne verra la couleur de notre argent.

    • "Ce qui surprend, avec les paradis fiscaux, c'est pourquoi des gens d'affaires par ailleurs honorables, y ont recours. D'accord, c'est pour économiser de l'impôt, protéger son patrimoine, être au-dessus des États. "
      Monsieur cette extrait me lève le coeur. Comment pouvez-vous dire que ces voleurs sont honorables! Vos honorables volent l'argent que les honnêtes citoyens doivent payer en surplus pour compenser pour l'argent qu'eux ont volé. Tant que ces gens ne seront pas traîté de voleurs comme celui qui vole un cellulaire de $200, ils se sentiront au desssus des lois.
      Michel Caron

    • Rien n'empêche des artistes avec plusieurs citoyennetés d'ouvrir des comptes comme bon leur semble avant de se faire élire ministres de la Cultûre tout comme Depardieu en toute légalité; mais en quoi les chaînes Hilton seraient-elles différentes de simples particuliers à passeports identitaires multiples quand il s'agit d'investir dans des condos pas trop chers pour aller couler des jours meilleurs sous des Tropiques sans bas de laine imposables tout comme à Chypre ou à Vancouver?

Commenter cet article

Les commentaires sont maintenant fermés sur cet article.

Nous vous invitons à commenter les articles suivants:


Veuillez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer