Câble: couper le cordon sans douleur

Des dizaines de milliers de Québécois ont quitté... (PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE)

Agrandir

Des dizaines de milliers de Québécois ont quitté leur télédistributeur et coupé le cordon, pour le remplacer par l'antenne et l'internet, depuis 2013.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Depuis 2013, des dizaines de milliers de Québécois ont quitté leur télédistributeur et coupé le cordon, pour le remplacer par l'antenne et l'internet. La Presse a suivi leur exemple et trouvé les solutions pour effectuer le grand débranchement... sans le grand dérangement.

Comme près d'un demi-million de Canadiens l'ont fait depuis quatre ans, dont quelque 50 000 Québécois, Frédéric Fortin a largué le câble. Pour une économie qu'il estime entre 70 $ et 80 $ par mois, ce père de deux petites filles a dû déployer des trésors d'ingéniosité pour pouvoir continuer à regarder la télévision.

Ce sont ses trouvailles et les témoignages de « débranchés » comme lui qui l'ont convaincu de créer un groupe Facebook, Cord Cutters Quebec.

« Je voyais qu'il y avait une nouvelle mode qui s'en venait, raconte ce spécialiste en marketing web dans la trentaine. Ce que je veux, c'est que le monde arrête de regarder du contenu médiocre diffusé à grande échelle alors qu'il y a tant de meilleurs programmes ailleurs. »

Habitudes à changer

Tout comme lui, La Presse a tenté l'expérience au début de mars en coupant le câble. Premier constat : pas facile de se passer de cette boîte unique, qu'elle provienne de Bell ou de Vidéotron, qui offre des dizaines de chaînes en direct et des émissions sur demande. 

« Il y a quand même une beauté au câble ou à la fibre optique, ils ont une interface où tout est facile, dit M. Fortin. Quand tu veux couper le cordon, il faut que tu aimes gosser, que tu acceptes que tu perdras le signal une fois de temps en temps, que ça va parfois couper en plein milieu d'une émission. Mais tu ne paies pas, alors tu ne peux pas chialer quand tu as des problèmes. »

Premier avertissement, donc : ne débranchez pas si vous comptez conserver les mêmes habitudes, ou si vous n'êtes pas prêt à expérimenter un peu. De même, le débranchement n'est pas pour vous si vous ne pouvez vous passer de certaines chaînes câblées. Pas de RDS, de TVA Sports ou de Canal Vie, mais des centaines de chaînes qui offrent leur programmation, en direct ou en différé, sur l'internet.

Ondes et bits

Il y a ensuite la télévision par ondes hertziennes. Aussi étonnant que cela puisse paraître, un Canadien sur deux ignore son existence, selon un sondage publié en décembre 2016 et commandé par le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC). Selon notre expérience, on peut sans trop de difficultés capter au moins 11 chaînes dans la région montréalaise (voir l'onglet « Les antennes décryptées »). Certains, avec de l'équipement plus sophistiqué, y ajoutent une demi-douzaine de chaînes américaines.

Mais pour Frédéric Fortin comme pour la plupart des débranchés, c'est du côté de l'internet qu'il faut se tourner pour trouver des émissions. « YouTube, ça me fournit en masse tout le divertissement dont j'ai besoin. Maintenant, le contenu que j'écoute est 100 fois plus intéressant. Ma fille est devenue bilingue avec ça ; à un an et demi, elle savait faire fonctionner YouTube sur mon vieil iPhone et elle a appris dernièrement à sauter les pubs. »

Appareils à apprivoiser

S'ajoutent évidemment tous les services de vidéo sur demande à la Netflix, qui représentent un véritable rouleau compresseur pour les télédistributeurs. Quelque 22 % des Québécois et 44 % des Canadiens y sont abonnés. « J'ai utilisé mon économie de 70 $ entre autres pour ça, m'abonner à Netflix, Spotify, prendre un meilleur forfait internet, dit Frédéric Fortin. Ça me revient quand même moins cher en fin de compte et j'ai plus de choix. »

Et en matière de bidouillage, le débranchement s'accompagne souvent de l'achat d'une panoplie d'autres appareils pour passer de l'internet à la télévision (voir l'onglet « Divan d'essai »), a constaté le spécialiste en marketing web. « C'est là que j'embarque avec le GoogleCast, l'AppleTV et mon PC branché sur la télé. C'est sûr qu'il faut changer son comportement et patenter. »

Consultez la page Facebook de Cord Cutters Quebec

Divan d'essai

Pour enregistrer vos émissions, diffuser à partir d'une tablette ou accéder à des milliers de chaînes sur l'internet, il existe une faune impressionnante d'appareils en tout genre. Nous en avons testé six qui valent le détour.

1) HomeWorx

Difficile de trouver moins cher et aussi efficace que le petit enregistreur HomeWork produit par Mediasonic. Bon, son interface est très laide et sa configuration, parfois pénible, mais il réalise ses promesses : vous y branchez votre antenne, un disque dur pour l'enregistrement et un câble HDMI vers la télé, et vous pouvez enregistrer vos émissions en direct ou en les programmant. La qualité de l'image est impeccable quand on utilise la sortie HDMI, mais médiocre pour les deux autres sorties.

Mediasonic HW180STB HomeWorx (59,99 $)

2) Clé USB Hauppauge

Si vous êtes du type patenteux et souhaitez enregistrer et éditer vos émissions sur votre ordinateur, les clés USB Hauppauge sont les solutions les plus fiables et abordables. L'interface est claire, il suffit de brancher l'appareil comme une clé USB et de le contrôler avec une petite télécommande. Le logiciel est plutôt stable, même s'il est très exigeant pour l'ordinateur. Seul hic : les fichiers enregistrés sont gigantesques, près de 8 Go par heure d'enregistrement.

Clé USB Hauppauge WinTV HD (121,95 $)

3) Tablo

Sans contredit notre coup de coeur. Cet appareil étonnant permet de regarder et d'enregistrer jusqu'à quatre chaînes de télé. Le contenu peut être rediffusé simultanément sur plusieurs appareils : télé intelligente, téléphone, tablette ou ordinateur. Couplé à un disque dur de 2 To, non fourni, on peut théoriquement enregistrer près de 1000 heures de télévision en résolution minimale. Nous avons préféré le plus haut débit, à 10 Mb/s, pour les événements sportifs et les films d'action. 

Tablo 2 syntoniseurs (280,79 $)

4) ChromeCast Ultra

Ce joli disque qui se branche dans l'entrée HDMI de votre téléviseur permet de diffuser sans fil du contenu provenant de votre ordinateur ou de votre appareil mobile. Tout ce qui apparaît dans le navigateur Chrome peut lui être envoyé, et il gère de façon autonome des dizaines d'applications, notamment YouTube, Netflix et Google Play Films. La nouvelle version du ChromeCast permet de lire du contenu 4K et est nettement plus agile que la précédente. 

ChromeCast Ultra (90,25 $)

5) Lecteur Roku

Un autre coup de coeur. Le fabricant Roku a mis sur le marché une demi-douzaine de lecteurs, de l'Express à 39,99 $ à l'Ultra à 140 $ en passant par le Premiere. Nous les avons tous testés, et les avons trouvés extraordinairement fiables. Quand on branche un appareil Roku sur sa télévision, on dispose de quelque 2000 canaux internet, de la LNH à l'ONB en passant par l'application recommandée par Tablo, qu'on peut contrôler avec la télécommande fournie ou un appareil mobile.

Lecteur Roku Premiere, 90,24 $

6) Adapteur AV Lighting

La solution la plus économique pour reproduire l'écran d'un iPhone ou d'un iPad sur une télé. Oui, l'Apple TV fait mieux, mais pour quatre fois plus cher que ce petit adaptateur qu'on trouve facilement en ligne. Dans la boîte à outils du débranchement, cet accessoire est incontournable pour ceux qui baignent dans l'environnement Apple.

Aadaptateur AV Lighting (55,99 $)




publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer