Difficile de prévoir le prix de l'essence pour les prochains mois

Avis à ceux qui souhaitent inclure le prix de l'essence dans leur budget  de... (Photo Reuters)

Agrandir

Photo Reuters

Marie-Michèle Sioui
La Presse Canadienne

Avis à ceux qui souhaitent inclure le prix de l'essence dans leur budget de vacances: il vaut mieux se munir de la crème solaire, mais également d'une calculatrice et de quelques connaissances en économie.

Bien qu'il semble logique de penser qu'une baisse du prix du pétrole brut devrait se refléter par une baisse du prix de l'essence à la pompe, la réalité est toute autre.

Comme l'explique Emmanuel Tessier-Fleury, conseiller en «commodités» à la Banque Nationale, il est impératif de tenir compte de la valeur du dollar canadien pour comprendre la fluctuation des prix de l'essence.

Parce que les produits de base comme le pétrole sont transigés en dollars américains, leur prix augmente partout au Canada quand le dollar canadien perd de la valeur. Ainsi, si le marché du pétrole brut aux États-Unis est en baisse de 20 pour cent, par exemple, mais que le dollar canadien perd également 20 pour cent de sa valeur, le prix, «au net», demeure le même partout au Canada, explique M. Tessier-Fleury.

Il ajoute que les taxes sont très élevées au Canada. La taxe d'accise, sorte d'impôt sur une quantité donnée de pétrole, est de dix cents le litre au Québec. La taxe sur les carburants est 7,2 cents le litre et à Montréal, la taxe sur l'essence, qui est de trois cents le litre, s'ajoute au prix de l'essence. En tenant compte de la TPS et la TVQ, M. Tessier-Fleury estime donc que 40 pour cent du montant payé par les consommateurs est dû aux taxes.

Au final, il semble qu'il sera donc plus difficile de prévoir le prix de l'essence que la météo, cet été.

«Il y a beaucoup d'éléments à considérer, notamment les marchés financiers, qui vont guider l'évolution du prix de l'essence en Amérique du Nord et qui sont très volatils», explique M. Tessier-Fleury.

«On a beaucoup de craintes par rapport à la demande mondiale, mais l'offre mondiale de pétrole à plus long terme reste limitée», rappelle-t-il.

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires »

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer