Les camps de jour sans se ruiner

En cette période d'inscriptions des camps de jour,... (Photo fournie par l'Association des camps du Québec)

Agrandir

En cette période d'inscriptions des camps de jour, les enfants pensent déjà aux plaisirs d'été, alors que les parents ont le sourire crispé en sortant leur portefeuille...

Photo fournie par l'Association des camps du Québec

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En cette période d'inscriptions des camps de jour, les enfants pensent déjà aux plaisirs d'été, alors que les parents ont le sourire crispé en sortant leur portefeuille... Neuf à dix semaines à combler, selon les commissions scolaires. Peut-on miser sur les camps de jour sans se ruiner ? Spécialistes et familles donnent leurs astuces.

Astuces et conseils pour éviter une facture trop salée

Imaginez des parents qui n'ont que deux semaines de vacances l'été. Que faire avec les enfants pour les huit semaines restantes ? Vous lorgnez du côté des camps de jour spécialisés ? La facture peut facilement grimper jusqu'à 5000 $ pour deux enfants. Un budget de vacances en famille à la plage, quoi !

« Les parents ressentent une grande pression de choisir le meilleur camp de jour, soutient Caroline Soulard, consultante budgétaire à l'ACEF Rive-Sud de Montréal. Les besoins des enfants sont gonflés comme nos besoins de consommation ordinaires. Au fond, l'enfant n'a besoin que de deux choses : s'amuser et être en sécurité. »

« Le camp de jour de cuisine à 600 $ par semaine, ce n'est pas essentiel ! s'exclame Caroline Soulard. Mais comme les parents sont prêts à payer, l'offre des camps de jour spécialisés a explosé ces dernières années. »

Si dans les entreprises privées, la moyenne se situe autour de 200 $ par semaine, du côté des villes, les tarifs varient de la gratuité à 200 $ et sans lien direct avec le revenu de leurs habitants.

« Les camps de jour sont devenus une garderie en milieu estival, affirme Luc Toupin, directeur général de l'Association québécoise du loisir municipal. Il y a une grande disparité des tarifs entre les villes. C'est une décision politique et une stratégie de marketing de chaque municipalité. Avant d'acheter une maison, les familles ne regardent plus seulement les garderies et les écoles, elles vont aussi regarder les services de loisirs qui vont être donnés. »

À Montréal, chaque arrondissement a son prix. Alors que la Ville de Québec a décidé d'harmoniser la tarification pour l'ensemble de ses 57 sites : 35 $ par semaine. À Laval, on ne trouve rien à moins de 115 $. Tandis que Saint-Bruno-de-Montarville et Boucherville offrent gratuitement de l'animation dans les parcs de 9 h à 16 h, mais les enfants doivent retourner dîner à la maison trois jours sur cinq.

PRÉVOIR LES COÛTS

« C'est une dépense importante, souligne Édith Lapointe, conseillère budgétaire chez Solutions budget plus, à Sherbrooke. Il faut absolument prévoir ces coûts dans notre budget annuel. Ça compte comme le coût annuel d'entretien d'une maison et d'une voiture. Je suggère de diviser le montant total des camps de jour par 12 mois. Tout au long de l'année, chaque mois, on met cette somme-là de côté. »

PROFITEZ DES RABAIS

« Certains camps donnent des rabais de 15 % pour les inscriptions hâtives, explique Chloé Melançon-Beauséjour, coordonnatrice aux communications et marketing à l'Association des camps du Québec. D'autres vont donner un rabais de 10 % si vous leur recommandez quelqu'un. Ça vaut la peine de commencer ses recherches tôt. Il y a aussi des rabais si vous inscrivez vos enfants plus d'une semaine au même camp et des prix réduits pour le 2e et le 3enfant. »

VARIEZ LES CAMPS

« Ce n'est pas parce qu'un camp n'est pas le plus original ou la dernière activité à la mode qu'il ne sera pas le fun ! s'exclame Chloé Melançon-Beauséjour. L'important c'est de le choisir en fonction de son budget, de la logistique des déplacements, de la durée du séjour et de la personnalité de l'enfant. Vous pouvez alterner entre camp spécialisé et traditionnel. Mais surtout, impliquer votre enfant dans le choix du camp de jour. »

PENSEZ À LA GARDIENNE

« Si une adolescente vient à la maison pour garder les enfants de plusieurs familles, ça peut être très avantageux, souligne Édith Lapointe. Et si vous avez des amis enseignants qui sont à la maison, vous pouvez faire un échange de service avec eux, comme entretenir leur pelouse ou leur jardin. »

« Les parents me demandent souvent le tarif d'un gardien averti, soutient Nathalie Gervais, animatrice et organisatrice des cours gardiens avertis de la Croix-Rouge canadienne à Montréal et dans la couronne nord. Je suggère 5 $ de l'heure et de 120 $ à 150 $ par semaine selon les besoins des enfants. »

Les frais de garde payés à la jeune gardienne sont même admissibles à un crédit d'impôt.

Réduire la facture grâce aux crédits d'impôt

Dans le calcul de votre budget camps de jour, il ne faut pas négliger le coup de pouce des crédits d'impôt au provincial. Voici des exemples.Crédit d'impôt pour frais de garde

Les camps de jour sont admissibles à ce crédit depuis 1995. Le taux du crédit d'impôt remboursable pour frais de garde d'enfants varie entre 26  % et 75  % en fonction du revenu familial. Le taux diminue progressivement au fur et à mesure que le revenu familial augmente.

Si votre revenu familial se situe entre 48 000 $ et 96 000 $, vous aurez droit à 60 % des frais de garde. Par exemple, un été de camps de jour à 600 $ pour un enfant, vous en coûtera finalement 240 $. Par contre, si le revenu familial totalise plus de 153 636 $, le même été coûtera 444 $.

Versements anticipés du crédit d'impôt pour frais de garde

Si vous ne voulez pas attendre la déclaration de revenus annuelle pour recevoir votre crédit d'impôt, il est possible de recevoir des versements anticipés tout au long de l'année.

« Il y a des conditions d'admissibilité pour en faire la demande, mais ce n'est pas un barème par rapport au revenu, explique Geneviève Laurier, porte-parole de Revenu Québec. La personne doit être en emploi et il faut estimer recevoir une somme d'au moins 1000 $. »

Si vous avez un revenu familial de 48 000 $ à 96 000 $, vous devez avoir des frais de garde (incluant camps de jour, service de garde) d'au moins 1670 $ pour l'année. Vous pouvez faire la demande des versements anticipés par voie électronique ou par la poste.

Crédit d'impôt pour la jeune gardienne

Si une jeune gardienne vient garder les enfants à la maison durant la semaine, alors que vous êtes au travail, vous pouvez déclarer ces sommes dans les frais de garde. Toutefois, si c'est votre fille de 14 ans qui s'occupe de ses frères et soeurs, les frais ne sont pas admissibles.

« Pour donner droit au crédit d'impôt frais de garde d'enfants, le paiement des frais de garde d'enfants doit être appuyé d'un ou plusieurs reçus délivrés par le bénéficiaire du paiement comprenant le numéro d'assurance sociale. Lorsque le revenu de travail est inférieur à 2000 $, les jeunes gardiennes ne sont pas tenues de produire une déclaration de revenus. »

Petit bémol : lors de leurs déclarations de revenus, les parents de la jeune gardienne devront déduire 80 % de ses revenus dans la demande de montant pour un enfant mineur à charge. On donne d'un côté et on reprend de l'autre !

Déduction à Ottawa

Au niveau fédéral, il n'y a pas de crédit d'impôt pour les frais de camps de jour qui peuvent toutefois être comptabilisés dans la déduction pour frais de garde. Cette déduction s'applique au parent dont le revenu est le plus bas.




publicité

publicité

publicité

Blogues >

Blogues >

Le blogue immobilier

Le blogue immobilier

Merci, bonsoir

publicité

image title
Fermer