Véhicules récréatifs: BRP fait un pas vers l'électrification

Pour le président-directeur général de BRP, José Boisjoli,... (photo raul arboleda, archives agence france-presse)

Agrandir

Pour le président-directeur général de BRP, José Boisjoli, le karting est le milieu « idéal » pour lancer un produit animé par un moteur électrique.

photo raul arboleda, archives agence france-presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La motoneige et la motomarine électriques ne sont pas pour demain, mais BRP doit présenter ce matin, en Europe, son premier ensemble de propulsion électrique pour voitures de karting.

Pour le président-directeur général de BRP, José Boisjoli,... (photo yorick jansens, archives agence france-presse) - image 1.0

Agrandir

Pour le président-directeur général de BRP, José Boisjoli, le karting est le milieu « idéal » pour lancer un produit animé par un moteur électrique.

photo yorick jansens, archives agence france-presse

Pour le président-directeur général de BRP, José Boisjoli,... (PHOTO SIMON GIROUX, ARCHIVES LA PRESSE) - image 1.1

Agrandir

Pour le président-directeur général de BRP, José Boisjoli, le karting est le milieu « idéal » pour lancer un produit animé par un moteur électrique.

PHOTO SIMON GIROUX, ARCHIVES LA PRESSE

Pour le président-directeur général de BRP, José Boisjoli, le karting est le milieu « idéal » pour lancer un produit animé par un moteur électrique.

L'entreprise a déjà commercialisé un premier véhicule électrique, de type côte à côte, il y a quelques années. Comme celui-ci était destiné à une utilisation hors route, il n'a pas eu le succès commercial escompté, admet M. Boisjoli, les acheteurs craignant de manquer d'énergie loin de la maison.

« Là, c'est l'application parfaite. Les courses de karting durent de 20 à 30 minutes, après on peut recharger la batterie. »

Le moteur électrique offre aussi quelques avantages pertinents pour le karting, souligne-t-il. Plus silencieux, il peut être utilisé près des zones urbaines. Son utilisation à l'intérieur est aussi facilitée par l'absence d'émissions polluantes.

« Il y a aussi une plus grande flexibilité dans l'électronique. On peut facilement ajuster la puissance maximale ou la courbe de puissance. Il y a une fonction "boost" pour offrir un surplus quand on veut dépasser. »

- José Boisjoli

« Et une chose intéressante, c'est une fonction de parité. Si je pèse 200 livres et que vous en pesez 150, on peut ajuster les moteurs de manière à offrir la même puissance par livre. »

Les groupes propulseurs de BRP seront offerts sous la marque Rotax aux constructeurs de voitures de karting. Selon M. Boisjoli, ces voitures cibleront d'abord les fanatiques et les centres de karting haute performance.

PAS POUR DEMAIN

Des moteurs électriques moins polluants et silencieux seraient certainement bienvenus dans d'autres véhicules de BRP, notamment les motoneiges et les motomarines, mais ce ne sera pas possible à court terme, estime M. Boisjoli.

« On a un prototype de Spyder actuellement, mais sa portée est d'environ 130 kilomètres. Ce n'est pas assez. Il y a quelques facteurs qui jouent contre nous, dont le fait que nos véhicules sont plus petits qu'une voiture. On n'a donc pas autant d'espace pour les batteries. Est-ce que ce sera dans cinq ans, dans dix ans ? Je ne sais pas, mais pas d'ici deux ou trois ans. »




publicité

publicité

publicité

publicité

la liste:3762:liste;la boite:318296:box

À lire sur La Presse Affaires

Précédent |

publicité

image title
Fermer