La grève évitée au CN

Les 3000 chefs de train du Canadien National (CN) ont conclu une entente de... (Photo Alain Roberge, archives La Presse)

Agrandir

Photo Alain Roberge, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les 3000 chefs de train du Canadien National (CN) ont conclu une entente de principe avec leur employeur, lundi en fin d'après-midi, quelques heures avant l'échéance qu'ils avaient fixée pour déclencher une grève.

Un représentant du CN a confirmé à La Presse qu'un accord était intervenu entre les deux parties, ce qui évitera tout un casse-tête à 45 000 usagers de l'Agence métropolitaine de transport (AMT), mardi.

Patrick Waldron, porte-parole du CN, a indiqué que l'entente verbale avec la Conférence ferroviaire de Teamsters Canada (CFTC) permettra d'éviter un arrêt de travail. « Nous sommes ravis d'avoir atteint ce stade dans les négociations. »

Si la grève avait eu lieu, le service aurait été interrompu sur trois des six lignes du train de banlieue montréalais, exploitées par des conducteurs du CN.

L'AMT avait redoublé d'efforts lundi en vue de préparer un plan de contingence en vue du débrayage, qui n'aura finalement pas été nécessaire.

Selon Stéphane Lacroix, de Teamsters Canada, une entente a été conclue vers 16 h 15. Les négociations avaient repris en après-midi, suivant une nuit complète de discussions.

Aucun détail n'a été fourni au sujet de l'entente.

L'évitement d'un important conflit de travail est une bonne nouvelle pour l'économie canadienne, a estimé Bob Ballantyne, président de l'Association canadienne de gestion du fret.

« Je crois que tous les livreurs qui dépendent du CN vont certainement pousser un soupir de soulagement et je soupçonne que le gouvernement va pousser un soupir de soulagement aussi », a-t-il affirmé.

Selon M. Ballantyne, une grève aurait nui aux économies des deux côtés de la frontière et infligé des dommages collatéraux aux travailleurs d'autres secteurs. Un conflit de travail aurait notamment entraîné des fermetures d'usines dans l'industrie des produits chimiques et des plastiques, évaluée à 55 milliards de dollars.

M. Lacroix a précisé que l'entente serait soumise au vote de ses membres dans les prochains jours ou semaines.

Teamsters Canada représente des chefs et agents de train. La dernière convention collective conclue entre le CN et le syndicat remonte à 2014.

- Avec La Presse canadienne




publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer