Metrolinx fait un pied de nez à Bombardier et choisit Alstom

Bombardier et Metrolinx se déchirent depuis plusieurs mois devant... (photo archives la presse canadienne)

Agrandir

Bombardier et Metrolinx se déchirent depuis plusieurs mois devant les tribunaux à propos de ce contrat.

photo archives la presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Nouvelle salve dans le conflit qui oppose Bombardier a Metrolinx: l'agence ontarienne commandera 61 véhicules légers sur rail (VLR) au constructeur français Alstom, craignant que la multinationale québécoise ne respecte pas ses engagements.

La valeur du contrat s'élève à 528 millions. Le ministre des Transports de l'Ontario, Steven Del Duca, y voit une solution «créative et prudente» pour Metrolinx.

Dix-sept des voitures seront utilisées sur la future ligne de train léger Finch West, à Toronto. Les 44 autres rouleront sur la future ligne Hurontario-Main à Mississauga, à moins que Bombardier n'arrive pas à livrer à temps suffisamment des 182 VLR que Metrolinx a commandés à Bombardier en 2010 pour 770 millions. Dans ce cas, ces 44 voitures d'Alstom pourraient être redirigées vers le méga-projet du Eglinton Crosstown.

Les deux parties se déchirent devant les tribunaux à propos de ce contrat.

Ce contrat est le deuxième que décroche Alstom en Ontario depuis celui que l'entreprise a obtenu pour le train léger d'Ottawa, en 2013. Exploitant déjà des usines à Sorel-Tracy et à Ottawa, Alstom pourrait en ouvrir une dans la région de Toronto pour Metrolinx.




publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer