Financement du REM : Leitão se défend d'être attentiste

Québec espère qu'Ottawa égalisera son investissement de 1,3... (IMAGE FOURNIE PAR CDPQ)

Agrandir

Québec espère qu'Ottawa égalisera son investissement de 1,3 milliard dans le REM d'ici l'été prochain.

IMAGE FOURNIE PAR CDPQ

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Ottawa) Le ministre des Finances du Québec a dû se défendre de manquer de leadership dans le dossier du Réseau électrique métropolitain (REM), hier, après des révélations de La Presse sur les incertitudes qui entourent le financement fédéral du projet de train électrique.

À lire aussi: Train de la Caisse: Ottawa sollicite des conseils financiers

Selon nos informations, Ottawa a lancé à la mi-février un appel d'offres pour trouver une firme qui l'aidera à analyser un « investissement financier éventuel » dans le REM. L'entreprise n'a toujours pas été choisie. En somme, le gouvernement fédéral se questionne toujours sur la forme que pourrait prendre sa participation, jugée essentielle à la réalisation du projet de 6 milliards de dollars.

« Ça n'a pas l'air assuré du tout, a lancé hier François Bonnardel, porte-parole de la Coalition avenir Québec en matière de finances. Si on regarde ce qui s'est passé avec Bombardier, ce fut extrêmement long avant que le fédéral s'engage, et là, on mandate une firme pour faire une analyse financière. »

MANQUE DE LEADERSHIP

Le député caquiste accuse le ministre des Finances, Carlos Leitão, d'attentisme dans ce dossier. Selon lui, Québec devrait être davantage engagé dans toutes les discussions touchant le financement du projet de train léger piloté par la Caisse de dépôt et placement du Québec.

« Si j'étais Carlos Leitão, je serais en contact constant avec Michael Sabia [président de la Caisse] et le fédéral, je ne serais pas sur les lignes de côté, a-t-il fait valoir. Je pense que c'est un manque de leadership majeur. Qui pilote ce dossier ? »

Questionné pendant une séance de la Commission des finances publiques, hier, Carlos Leitão a dit accueillir avec « positivisme » le fait qu'Ottawa fasse une vérification diligente dans le dossier du REM. Il a aussi défendu son absence pendant une rencontre tenue vendredi dernier entre Michael Sabia et Amarjeet Sohi, ministre fédéral de l'Infrastructure et des Collectivités.

LES ÉCHÉANCIERS

Au cabinet de M. Leitão, on a assuré hier que Québec travaillait « étroitement » avec Ottawa dans ce dossier afin de respecter les échéanciers prévus. « Selon les derniers échanges que nous avons eus avec nos collègues du fédéral, les travaux d'analyse avancent bien, et nous espérons que le gouvernement fédéral pourra confirmer prochainement son engagement et être au même titre que notre gouvernement un partenaire de ce projet. »

Québec espère qu'Ottawa égalisera son investissement de 1,3 milliard dans le REM d'ici l'été prochain. La participation fédérale doit provenir de la nouvelle Banque de l'infrastructure du Canada, qui sera mise en place à la fin de 2017, selon la loi no 1 d'exécution du budget de 2017 déposée hier à Ottawa.

Un porte-parole de la Caisse de dépôt a indiqué hier que « les discussions avec le gouvernement fédéral se poursuivent et se déroulent bien ».




La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer