Plainte touchant Bombardier à l'OMC: Washington s'en mêle

L'année dernière, le gouvernement du Québec a investi... (Photo André Pichette, Archives La Presse)

Agrandir

L'année dernière, le gouvernement du Québec a investi 1 milliard US dans la C Series de Bombardier.

Photo André Pichette, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le gouvernement américain demande à l'Organisation mondiale du commerce (OMC) la permission d'intervenir dans le litige qui oppose le Brésil au Canada concernant l'aide gouvernementale apportée à Bombardier.

« Les États-Unis ont un intérêt commercial substantiel dans ces consultations », peut-on lire dans la demande déposée mardi au siège de l'OMC à Genève, en Suisse.

Washington rappelle qu'en avril 2016, Bombardier a vendu 75 avions C Series au transporteur américain Delta Air Lines en « l'emportant sur une offre concurrente d'un producteur des États-Unis », à savoir Boeing avec sa gamme 737. L'avionneur brésilien Embraer était aussi sur les rangs avec ses familles d'avions E-Jet et E2.

Bombardier a déjà laissé entendre que la vente à Delta avait été faite à perte en partie grâce à l'investissement de 1 milliard US effectué par Québec dans la C Series, l'an dernier.

Le gouvernement américain souligne qu'il est actuellement partie à trois différends avec l'Union européenne concernant les aides gouvernementales accordées à Airbus et à Boeing pour le développement d'avions civils de grande taille.

Notons par ailleurs que jeudi, l'administration du président Donald Trump a de nouveau attaqué l'OMC, le Bureau du représentant américain au commerce déclarant dans un document déposé au Congrès que « les Américains ne sont pas directement soumis aux décisions » de l'organisme multilatéral.

LE JAPON AUSSI

Lundi, le Japon a également demandé à l'OMC d'intervenir dans le litige entre Brasília et Ottawa. Dans sa requête, le pays affirme détenir lui aussi un « intérêt commercial substantiel » dans ce dossier puisqu'il est l'un des principaux fournisseurs de pièces d'avions dans le monde, y compris au Canada et au Brésil.

Selon des données du gouvernement nippon, la valeur totale des exportations japonaises de pièces d'avions dans le monde s'est élevée à 4,67 milliards US en 2016, dont 138 millions US au Canada et 102 millions US au Japon.

Le constructeur japonais Mitsubishi développe actuellement la gamme d'avions régionaux MRJ pouvant transporter de 70 à 90 personnes, mais celle-ci ne concurrence pas directement la C Series.




La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer