Bombardier souhaite un milliard de dollars d'Ottawa, confirme Bains

Le ministre de l'Innovation, des Sciences et du... (PHOTO ADRIAN WYLD, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Le ministre de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique, Navdeep Bains.

PHOTO ADRIAN WYLD, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(OTTAWA) Le ministre de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique, Navdeep Bains, a confirmé pour la première fois mercredi que Bombardier a soumis une demande par écrit au gouvernement fédéral en décembre dernier pour qu'il investisse jusqu'à un milliard de dollars dans le programme de la C Series.

Jusqu'ici, le gouvernement Trudeau s'était toujours bien gardé de dévoiler la nature de l'aide financière souhaitée par la multinationale de Montréal. Mais le ministre Bains a finalement indiqué durant la période de questions de mercredi à la Chambre des communes que l'investissement fédéral pourrait atteindre le milliard de dollars.

« Le 11 décembre dernier, Bombardier a officiellement approché le gouvernement fédéral par écrit pour demander jusqu'à un milliard de dollars. Nous en train de faire nos devoirs. Nous évaluons le cas d'affaires. Nous comprenons l'importance de Bombardier dans ce secteur et nous allons nous assurer que toute décision qui sera prise sera dans l'intérêt des Canadiens et des Québécois », a indiqué le ministre Bains.

Quand le gouvernement compte-t-il annoncer sa décision? Le ministre n'a pas voulu vendre la mèche, même si le premier ministre Justin Trudeau a indiqué dans une récente entrevue accordée à La Presse que son gouvernement ferait connaître ses intentions d'ici au dépôt du budget fédéral, prévu le 22 mars.

« Nous allons continuer de discuter avec la compagnie parce que nous comprenons l'importance de ce secteur. Nous comprenons l'importance de créer des emplois. Nous avons un plan non seulement pour la compagnie et le secteur, mais nous avons un plan aussi pour tous les Canadiens pour soutenir la croissance économique et cela va être évident dans notre budget le 22 mars », a dit M. Bains.

« Les libéraux ne comprennent pas »

Le ministre répondait ainsi à une question du député du NPD Alexandre Boulerice, qui a accusé le gouvernement Trudeau de se traîner les pieds dans ce dossier. « L'aérospatial est un secteur économique vital pour le Québec. Juste dans la région de Montréal, 1 emploi sur 100 est relié à cette industrie. On dirait que les libéraux ne comprennent pas cela. Pendant la compagne électorale, ils n'ont présenté aucun plan, aucune stratégie pour ce secteur, rien, zéro. Nous attendons encore des nouvelles dans le dossier de Bombardier. En ce moment, ce secteur est fragile et les pertes d'emploi se multiplient », a lancé M. Boulerice.

Rappelons qu'en octobre dernier, le gouvernement du Québec a décidé d'injecter 1 milliard US dans Bombardier afin de lui permettre de mener à bien son coûteux programme de la C Series. Quelques jours après avoir annoncé l'investissement, le gouvernement Couillard avait exhorté le gouvernement libéral nouvellement élu de Justin Trudeau à en faire autant.

Dans des notes de breffage remises au premier ministre Justin Trudeau peu après son arrivée au pouvoir, les hauts fonctionnaires soulignent à grands traits l'importance de Bombardier pour l'économie canadienne.

« Bombardier constitue un pilier essentiel de l'industrie aérospatiale canadienne. L'entreprise représente un chef de file mondial de la conception et de la fabrication de produits novateurs dans le secteur de l'aviation et le troisième constructeur en importance d'aéronefs civils dans le monde », peut-on lire dans ces notes rédigées à l'intention du premier ministre.

On a aussi fait valoir que les gouvernements doivent donner un coup de pouce à ce genre d'entreprises pour qu'elles demeurent concurrentielles. « Dans une économie mondiale de plus en plus compétitive, où ces secteurs stratégiques bénéficient d'un important soutien gouvernemental, l'aérospatiale est souvent perçue comme une industrie où il faut être prêt à investir pour être un joueur clé », soulignait-on.

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer