Le Québec, terreau fertile pour l'auto électrique

Nouveau signe de l'importance du marché québécois pour... (PHOTO FOURNIE PAR FISKER)

Agrandir

Nouveau signe de l'importance du marché québécois pour les manufacturiers de voitures électriques, la luxueuse Fisker Karma sera bientôt offerte à Montréal.

PHOTO FOURNIE PAR FISKER

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
André Dubuc
André Dubuc
La Presse

Au Canada, près d'une voiture électrique sur deux est vendue au Québec. Une performance qui ne passe pas inaperçue dans l'industrie.

Après Tesla qui a ouvert l'un de ses plus importants bureaux de vente en Amérique du Nord en décembre dernier, le constructeur de voitures sportives électriques de luxe Fisker lui emboîte le pas en revenant à Montréal.

C'est le concessionnaire Rolls-Royce de la rue de Sorel, à Montréal, qui vendra les Fisker en exclusivité dans la province. Il est situé dans le quadrant sud-ouest du carrefour des autoroutes Décarie et Métropolitaine.

«Selon les dernières conversations qu'on a eues avec les gens de Fisker, ils prévoient un retour sur les marchés au troisième trimestre de 2016 avec le modèle que l'on connaît déjà, la Fisker Karma, dans une version mise à jour», dit dans un entretien Norman Hébert, président et chef de la direction de Groupe Park Avenue, regroupant 20 franchises automobiles, qui vend au total plus de 14 000 véhicules neufs et d'occasion par année.

Groupe Park Avenue est copropriétaire de la concession Rolls-Royce avec Groupe Holand, entreprise de location de véhicules de luxe appartenant à Gad Bitton. Les deux copropriétaires s'attendent à vendre de 50 à 60 Fisker par année.

Retour au Québec

Il s'agit d'un retour au Québec pour Fisker. La concession Rolls-Royce avait en effet vendu une vingtaine d'exemplaires de la Karma en quelques mois seulement en 2012, souligne M. Hébert.

Fisker, du nom de son concepteur Henrik Fisker, un designer danois connu pour son travail sur l'Aston Martin DB9, appartient maintenant au géant chinois de pièces automobiles Wanxiang, qui a racheté la marque au début de 2014 alors qu'elle était en faillite.

«Fisker souhaite lancer plusieurs modèles dans son plan d'action, indique Gad Bitton. Le premier est une version mise à jour de la Fisker Karma que l'on connaît.» La Karma a une autonomie de près de 600 kilomètres. Le manufacturier parle d'un prix de vente se situant entre 140 000 et 150 000$US, mais il n'y a rien de définitif.

À ce prix, Fisker concurrence directement la Tesla modèle S. Son aspect sportif l'oppose aussi à la BMW i8.

«Fisker veut aussi lancer un modèle de haute performance de Karma, avec quatre roues motrices et quatre portes, poursuit M. Bitton. L'acheteur aura la possibilité de personnaliser l'habitacle à son goût. Si les ventes s'avèrent probantes avec les deux premiers modèles, il est aussi prévu, à plus long terme, de lancer un VUS, en visant un prix plus bas que celui de la Karma», ajoute M. Bitton.

En production aux États-Unis

En juin, Fisker a confirmé qu'elle relançait la production de la Fisker Karma aux États-Unis. La société vient de signer un bail de 11 ans dans un bâtiment industriel de plus d'un demi-million de pieds carrés dans la vallée de Moreno, dans le sud de la Californie, un État connu pour encourager l'utilisation de véhicules électriques, un peu comme le Québec.

«Le marché québécois est le plus important marché de voitures électriques au Canada, souligne M. Hébert. Bien sûr, il y a une subvention importante du gouvernement pour les acheteurs de voiture électrique [jusqu'à 8000$ par véhicule], mais il y a un engouement naturel chez le Québécois pour la voiture électrique.»

La province est branchée sur de vastes ressources hydroélectriques. Le réseau public de bornes de recharge dépasse maintenant les 700 bornes. Le gouvernement provincial déposera sous peu une politique d'électrification des transports.

Autre exemple de son penchant pour l'auto électrique, le gouvernement du Québec s'associe avec le groupe écologiste Équiterre pour l'organisation de journées d'essais de voitures électriques. Les Rendez-vous branchés se tiendront à compter du 12 septembre, d'abord à Magog. Ils auront lieu à Montréal le 23 septembre, dans l'arrondissement de Rivière-des-Prairies-Pointe-aux-Trembles.

EN CHIFFRES

6167

Nombre de véhicules électriques au Québec, en hausse de 13,2% en trois mois. Au total, 20 modèles circulent sur les routes de la province. Trois modèles (Chevrolet Volt, Nissan Leaf et Modèle S de Tesla) accaparent 75% des ventes.

Source: AVEQ

45%

Part de marché du Québec dans la vente de véhicules électriques au Canada, fin 2014.

Source: Fleet Carma

735

Nombre de bornes de recharge publiques en service, dont 14 bornes de 480 volts, lesquelles rechargent une batterie en 30 minutes.

Source: AVEQ

502

Nombre de Tesla Modèle S immatriculées au Québec, en hausse de 50% depuis le début 2015. On dénombre 24 Fisker Karma, un modèle qui s'est vendu pendant quelques mois en 2012 et dont la production et les ventes reprendront en 2016.

Source: AVEQ

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer