British Airways innove pour réduire le bruit des avions

La compagnie aérienne British Airways (BA) a présenté, jeudi au siège d'Airbus... (PHOTO AGENCE FRANCE PRESSE)

Agrandir

PHOTO AGENCE FRANCE PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
TOULOUSE

La compagnie aérienne British Airways (BA) a présenté, jeudi au siège d'Airbus à Toulouse, des modifications de procédures de décollage et d'atterrissage qu'elle teste sur l'A380 avec l'intention de «réduire de 15% le bruit par vol d'ici 2018».

Londres-Heathrow est l'un des aéroports internationaux les plus fréquentés au monde et celui qui, en Europe, dérange le plus grand nombre de personnes par le bruit qu'il génère, a expliqué le dirigeant de la branche Environnement de British Airways, Jonathan Counsell.

La compagnie britannique «vise une réduction de 15 % du bruit par vol d'ici à 2018», a annoncé M. Counsell lors d'un point-presse organisé par Airbus sur les efforts engagés dans l'aéronautique pour mieux respecter l'environnement.

Selon British Airways, l'A380 peut réduire temporairement sa poussée pendant la phase de décollage, dans les zones les plus sensibles au bruit. Quatre vols d'essai ont été menés dans le cadre du programme «Quieter flights» (vols plus silencieux) et la compagnie a estimé que cette procédure réduisait la nuisance sonore de 5 décibels.

Selon M. Counsell, une nouveauté déjà testée consiste également à faire atterrir l'avion avec un angle légèrement supérieur aux 3 degrés habituels. «Normalement, tous les avions atterrissent avec un angle de 3 degrés (par rapport au sol). Nous avons augmenté cet angle à 3,2 - cela signifie que l'avion est plus haut d'une centaine de mètres - et nous avons ainsi gagné un décibel», a-t-il expliqué à l'AFP.

Il a également évoqué les gains obtenus grâce à la «procédure de descente continue» (Continuous Descent Operations, CDO) permettant de réduire la sollicitation des moteurs.

Un des responsables des ventes d'Airbus, Chris Buckley, a cependant réaffirmé devant la presse que «les avions d'aujourd'hui sont 100 fois plus silencieux que ceux des années 60», en plaisantant: «J'ai grandi dans la partie ouest de Londres, à Ealing, et quand un avion décollait d'Heathrow, nous devions nous arrêter de parler dans le jardin. Les gens ne réalisent pas à quel point les avions ont changé».

Mais le bruit est plus que jamais un sujet crucial, a-t-il dit, car «tous les 15 ans, le nombre de passagers (transportés par avion, NDLR) double dans le monde».

La préoccupation pour l'environnement est grandissante en Asie, a aussi souligné Mark Watson, responsable des questions liées à l'environnement au sein de la compagnie hongkongaise Cathay Pacific, en projetant une photo d'opposants à la troisième piste de l'aéroport de Hong-Kong.

Airbus annonçait mercredi à Toulouse le lancement d'un nouveau «programme d'engagement pour une aviation durable»: un partenariat avec Cathay Pacific, British Airways et KLM «en vue de les aider à réduire leur empreinte environnementale grâce à une offre personnalisée de services et d'expertise».

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer