Nouvelles pertes d'emplois à l'AMT

Le président-directeur général de l'AMT, Nicolas Girard, va... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND LA PRESSE)

Agrandir

Le président-directeur général de l'AMT, Nicolas Girard, va réduire le personnel de son organisation pour une deuxième année de suite.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse

Pour la deuxième année de suite, l'Agence métropolitaine de transport (AMT) doit réduire la taille de son personnel.

Pour réussir à équilibrer son budget 2015, l'AMT doit éliminer 19 postes, ce qui correspond à 4,3% de ses effectifs. L'année dernière, elle avait éliminé une trentaine de postes, soit 5% de son personnel.

«Pour la première fois en 17 ans d'histoire, nous avons procédé l'an dernier à une réduction d'effectifs, a déclaré le président-directeur général de l'Agence, Nicolas Girard, dans une entrevue avec La Presse Affaires. Nous le faisons pour une deuxième année consécutive parce que nous voulons améliorer l'efficacité de notre organisation, mieux gérer les fonds publics à notre disposition et aussi parce que nous avons une réalité budgétaire difficile.»

Il a indiqué que l'AMT n'avait pas pourvu certains postes après des départs, dont des départs à la retraite, et qu'elle avait réduit le nombre de gestionnaires et la taille du comité de direction.

La direction a informé les employés la semaine dernière.

«En l'espace de deux ans, nous avons réduit l'effectif de 9% tout en augmentant les services de 19%», a fait valoir M. Girard.

L'AMT a augmenté le nombre de départs sur la ligne de train de banlieue de Saint-Jérôme et est sur le point de mettre en service le train de l'Est.

Déficit de 11 millions en 2015

Malgré ces compressions et une hausse de 3% des tarifs en 2015, l'AMT prévoit un déficit d'exploitation de 11,4 millions en 2015. Or, selon la loi, l'Agence ne peut soumettre un budget déficitaire. Elle doit donc puiser dans ses surplus accumulés pour combler le déficit.

Ces surplus proviennent notamment de ses investissements dans du papier commercial adossé à des actifs (PCAA), a déclaré la vice-présidente aux finances de l'AMT, Marie-Claude Soucy. Comme bien d'autres organisations, l'AMT avait dû inscrire des provisions après la crise qui avait secoué le marché du PCAA en 2007. Au cours des années qui ont suivi, ces titres ont repris un peu de valeur (mais pas la totalité), ce qui a permis d'enregistrer de légers surplus. Ce surplus accumulé a atteint près de 18,2 millions en 2014.

L'utilisation de surplus pour boucler le budget n'est toutefois pas une stratégie viable à long terme.

Problème de financement

«Nous avons un problème structurel de financement, a affirmé M. Girard. Le gouvernement est informé de la situation. Nous avons confiance de trouver une solution avec le ministre des Transports Robert Poëti.»

L'AMT a fait savoir que sans une solution à ce problème, elle pourrait dès 2016 devoir diminuer les subventions qu'elle verse aux sociétés de transport et aux conseils intermunicipaux de transport (CIT).

En attendant un nouveau cadre financier, l'AMT a dû faire le ménage. Outre les compressions de dépenses, elle a commencé à revoir ses façons de faire en ce qui concerne ses approvisionnements et la gestion des projets.

«Nous avons estimé qu'il y avait du travail à faire en fait de gestion, a déclaré M. Girard. Il y a une transformation en cours.»

La direction de l'AMT a soumis son projet de budget à ses partenaires. Le budget devra être adopté au cours du mois de novembre.

--------------

PROJET DE BUDGET EN BREF

10,3%

Pourcentage d'augmentation des dépenses prévues en 2015

11,4

Déficit d'exploitation en millions de dollars

4,3%

Diminution des effectifs en 2015

3%

Hausse des tarifs proposée

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer