Sortie de faillite en vue pour American Airlines

American Airlines a annoncé vendredi que ses créanciers devraient approuver le... (Photo Karen Bleier, Reuters)

Agrandir

Photo Karen Bleier, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

American Airlines a annoncé vendredi que ses créanciers devraient approuver le plan de restructuration de la compagnie aérienne américaine en faillite d'ici le 29 juin, ce qui ouvrirait la voie à une finalisation de la fusion avec US Airways au troisième trimestre.

AMR, maison mère d'American Airlines, a indiqué dans un communiqué que le tribunal des faillites de Manhattan avait autorisé la compagnie «à solliciter le vote des créanciers et des actionnaires sur son plan de réorganisation», avec une date limite fixée au 29 juin.

«Le plan est soutenu par le comité officiel des détenteurs de dette non garantie» et «les détenteurs d'environ 1,6 milliard de dollars de créances non garanties se sont aussi engagés à voter en faveur du plan», ajoute le communiqué.

Une audition avec le juge des faillites responsable du dossier est ensuite fixée pour le 15 août, avec une sortie de faillite attendue «au troisième trimestre», avec une validation de la fusion avec US Airways concomitante.

«C'est un pas significatif pour finaliser la restructuration» d'AMR, a commenté Tom Horton, le directeur général d'AMR, ajoutant que la compagnie devrait émerger de faillite «très compétitive».

AMR et American Airlines avaient déposé leur bilan le 29 novembre 2011. Après avoir refusé les avances d'US Airways dans un premier temps, AMR a accepté de fusionner avec sa concurrente.

Leur mariage avait été annoncé le 14 février et devrait donner naissance au premier transporteur américain et à un géant mondial du secteur qui pèsera 11 milliards de dollars en Bourse.

Le patron d'US Airways Doug Parker deviendra directeur général du nouveau groupe, tandis que Tom Horton restera président du conseil d'administration jusqu'en 2014 puis devrait démissionner.

La fusion a été approuvée fin mars par un tribunal des faillites, qui a toutefois refusé de valider une indemnité de départ de 20 millions de dollars pour Tom Horton.

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer