Un projet clé pour Porter et Bombardier est suspendu

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
L'avion CS100 de Bombardier.... (Photo fournie par Bombardier)

Agrandir

Photo fournie par Bombardier

L'avion CS100 de Bombardier.

La Presse Canadienne
TORONTO

L'Administration portuaire de Toronto suspend les plans visant à combler une section du lac Ontario, près de l'aéroport Billy-Bishop, puisqu'il n'est pas clair si ces nouvelles fondations seraient en mesure de soutenir un prolongement prévu d'une piste d'atterrissage.

Les transporteurs aériens utilisant les installations aéroportuaires et le conseil municipal tentent de faire prolonger de 168 mètres, dans les deux sens, la piste de l'aéroport Billy-Bishop pour permettre le passage de gros porteurs.

La compagnie aérienne Porter a annoncé en avril avoir pris une option sur 12 jets CS100 de Bombardier (T.BBD.B) qui permettrait à l'entreprise d'établir des vols vers Los Angeles, la Floride, Calgary et les Caraïbes. L'achat dépend du prolongement de la piste.

Le plan a toutefois fait l'objet d'une vive opposition de la part de leaders communautaires et de plusieurs conseillers municipaux torontois.

Les autorités portuaires planifiaient déjà de combler une portion du lac de 80 mètres par 100 pour empêcher les navires d'entrer dans un endroit appelé «zone d'exclusion marine».

L'évaluation environnementale menée l'an passé n'a toutefois pas pris en compte la possibilité que cette fondation puisse devoir supporter une prolongation de la piste d'atterrissage.

«Le projet de zone d'exclusion marine amélioré n'était pas lié à la récente proposition de Porter», a déclaré par voie de communiqué Geoff Wilson, président de l'Administration portuaire torontoise.

«Puisque le conseil municipal a voté pour engager des consultants indépendants pour analyser la suggestion de Porter, il est logique pour l'administration portuaire de reporter le projet d'amélioration de la zone d'exclusion marine.»

Parmi les changements nécessitant une approbation, on retrouve une modification apportée à l'entente tripartite signée en 1983 qui définit les types d'avions pouvant se poser à l'aéroport.

Cette entente a été signée par Ottawa, la Ville de Toronto et l'agence précédant la création de l'Administration portuaire de Toronto.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer