Polytechnique s'associe à Bombardier

L'École Polytechnique de Montréal.... (Photo: Robert Skinner, Archives La Presse)

Agrandir

Photo: Robert Skinner, Archives La Presse

L'École Polytechnique de Montréal.

Des chercheurs de Polytechnique Montréal entendent développer des logiciels pour permettre aux avionneurs, Bombardier en tête, de concevoir des appareils plus aérodynamiques.

L'amélioration de l'aérodynamisme des avions permet de réduire la consommation de carburant.

Le professeur Éric Laurendeau, à la tête de ce projet de recherche, a donné l'exemple de l'albatros, un oiseau aux ailes allongées qui peut parcourir de grandes distances avec peu d'efforts.

«Il y a déjà des choses que les grands industriels comme Boeing et Airbus savent, comme le fait que des ailes allongées permettent de réduire la consommation, a-t-il expliqué. Le problème, c'est comment y arriver. On peut y aller par essais et erreurs avec de vrais avions, mais c'est trop onéreux. La meilleure façon, c'est la simulation.»

Polytechnique s'est associée à Bombardier Aéronautique, au CRIAQ (Consortium de recherche et d'innovation en aérospatiale au Québec), au CRSNG (Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada) et à deux partenaires européens pour lancer le projet de recherche.

Le directeur des technologies stratégiques de Bombardier Aéronautique, Fassi Kafyeke, a indiqué que l'avionneur apportera son soutien financier au projet ainsi que l'aide de certains de ses propres spécialistes. Il a souligné que Bombardier pourra ainsi bénéficier du travail des chercheurs de Polytechnique.

«Nous n'avons pas une armée de scientifiques, a-t-il expliqué. Ce projet va nous donner des outils pour améliorer notre expertise en conception.»

Le logiciel de simulation que développera l'équipe portera sur toutes les configurations que peut prendre l'avion au décollage, en vol et à l'atterrissage.

«Lorsque nous pourrons, par des calculs, mieux optimiser les commandes de vol, nous pourrons les simplifier, les alléger, ce qui permettra des réduire la consommation, a déclaré M. Kafyeke. Nous pourrons également diminuer le nombre d'essais en soufflerie et en vol.»

Le projet, qui fera appel à la physique, aux mathématiques et au génie logiciel, permettra également de former une relève spécialisée.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer