Bombardier testera une technologie électrique à Montréal

En bourse

T.BBD.B
La technologie Primove utilise le principe de transmission... (Photo fournie par Bombardier)

Agrandir

Photo fournie par Bombardier

La technologie Primove utilise le principe de transmission d'énergie par induction pour recharger les piles des véhicules électriques quand ils s'arrêtent pour déposer ou prendre des passagers.

Ross Marowits
La Presse Canadienne
Montréal

Bombardier (T.BBD.B) mettra à l'essai sa technologie de mobilité électrique sur des autobus de Montréal l'hiver prochain, avant de la déployer dans la ville allemande de Mannheim au début de 2014.

La technologie Primove du géant montréalais est conçue afin de permettre aux autobus électriques de recharger sans fil leurs batteries pendant que les passagers montent à bord et descendent des véhicules aux arrêts.

De petites quantités d'énergie émises par un champ électromagnétique sont utilisées afin de recharger rapidement les batteries des autobus et de permettre aux véhicules de se rendre jusqu'à la station de charge suivante. Elle élimine la nécessité de longues séances nocturnes de charge, permettant aux véhicules de demeurer plus longtemps sur la route et d'être équipés au moyen de batteries plus légères et plus petites.

Bombardier mettra cette technologie à l'essai sur un circuit spécial de l'Île-Sainte-Hélène, à Montréal, avec Hydro-Québec et un constructeur d'autobus qui n'a pas été identifié.

«Nous voulons mettre à l'essai l'équipement dans les plus difficiles conditions qu'on puisse avoir avec notre climat, c'est-à-dire l'hiver», a affirmé lors d'un entretien le porte-parole de Bombardier, Marc Laforge.

Même si son système sera mis à l'épreuve sur des autobus transportant des passagers en Allemagne, l'entreprise n'a pas pour le moment l'intention de tenter une expérience similaire au Canada.

Bombardier est sur le point de s'entendre avec un constructeur en vue de projets en Amérique du Nord, maintenant que Nova Bus, filiale québécoise de Volvo, a décidé de ne pas aller de l'avant avec les travaux de recherche et développement requis, a indiqué M. Laforge.

Quoique la mise à l'essai en Allemagne soit plus avancée, avoir un partenaire en Amérique du Nord devrait aider à trouver un service de transport collectif permettant la commercialisation du système.

«Nous avons quatre ou cinq projets en cours. Ils ne sont pas tous rendus au même niveau», a affirmé M. Laforge.

Les passagers allemands pourront voir les autobus électriques en action lors d'un essai de 12 mois qui débutera pendant le deuxième trimestre de 2014.

Le transporteur régional Rhein-Neckar-Verkehr (RNV) mettra à l'essai la nouvelle technologie le long d'un de ses circuits. Le ministère fédéral des Transports d'Allemagne injectera 4,4 millions $ US dans le projet.

M. Laforge a indiqué que la technologie pourrait intéresser les gouvernements qui veulent électrifier leur réseau de transport en commun sans installer des fils aériens.

Le porte-parole a ajouté que la technologie Primove était en développement depuis cinq ans et qu'elle avait besoin d'être mise à l'essai avant d'être offerte sur le marché.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer