Bombardier: du boulot à Dorval et à Saint-Laurent

Un Challenger 605 en vol.... (Photo fournie par Bombardier)

Agrandir

Photo fournie par Bombardier

Un Challenger 605 en vol.

L'imposante commande de NetJets permettra à Bombardier Aéronautique d'assurer du boulot à ses usines de Saint-Laurent et de Dorval pendant des années.

Elle ne devrait cependant pas entraîner une augmentation significative des effectifs dans un proche avenir.

«Nous commencerons à livrer les appareils en 2014, a expliqué la porte-parole de Bombardier Avions d'affaires, Danielle Boudreau, dans une entrevue téléphonique avec La Presse Affaires. Et le client ne les prendra pas tous en même temps.»

À la fin du premier trimestre, le 31 mars dernier, le carnet de commandes des appareils Challenger représentait 10 mois de production. Or, Bombardier avait comme objectif un carnet de commandes représentant de 12 à 15 mois de production. La commande de NetJets vient donc regarnir ce carnet.

Il s'agit d'une bonne nouvelle pour Montréal. Bombardier assemble les appareils Challenger 300 et 605 à son usine de Dorval. En outre, l'avionneur fabrique le poste de pilotage des deux types d'appareils à son usine de Saint-Laurent, de même que le fuselage arrière et les ailes du Challenger 605.

NetJets a passé lundi une commande ferme pour 100 biréacteurs d'affaires, soit 75 appareils Challenger 300 et 25 appareils Challenger 605. La commande est assortie d'options pour 175 appareils supplémentaires. Selon les prix au catalogue, la valeur de la transaction atteindra 7,3 milliards US si toutes les options sont exercées.

Les avionneurs offrent souvent un rabais dans le cas de très grosses commandes. L'analyste Cameron Doerksen, de la Financière Banque Nationale, note toutefois que l'aménagement intérieur et les systèmes à bord seront probablement les mêmes d'un appareil à l'autre, ce qui devrait permettre à Bombardier de diminuer ses coûts de production et d'améliorer la marge de ce contrat.

Dans un rapport d'analyse, il indique que la commande de NetJets ne constituait pas une surprise en tant que telle, mais son ampleur, oui.

«Le marché savait que Bombardier était en lice pour une commande de NetJets pour des appareils de taille intermédiaire, mais la taille du contrat est beaucoup plus importante que ce qu'il attendait», écrit-il.

De son côté, l'analyste Benoît Poirier, de Valeurs mobilières Desjardins, souligne que le contrat de service rattaché à la commande constitue une surprise positive.

«Nous aimons la nature récurrente de ces types de revenus, de même que le fait que les marges de ces services devraient être plus élevées que celles rattachées à la vente des appareils», écrit-il dans un rapport.

Bombardier a annoncé lundi qu'il avait signé une entente de 15 ans avec NetJets pour la fourniture de services de maintenance en ligne et de révision générale pour les appareils Challenger.

Cette entente représente des revenus de 820 millions US pour les commandes fermes, et de 2,3 milliards US si toutes les options sont exercées.

«Nous avons encore le sourire aux lèvres aujourd'hui, a déclaré le président des services à la clientèle de Bombardier Aéronautique, Éric Martel, dans une entrevue avec La Presse Affaires. NetJets nous fait confiance, non seulement en ce qui concerne nos appareils, mais en ce qui concerne nos services de soutien après-vente. Parce que, évidemment, ils nous ont évalués en détail.»

Il a indiqué qu'il y avait un appétit croissant vis-à-vis de tels ententes de services. Bombardier a signé un tel contrat avec le transporteur américain Republic et en négocie un autre avec WestJet.

«Les gens cherchent des moyens de réduire leurs coûts et nous cherchons des moyens de faire croître nos activités de services, a-t-il déclaré. Nous avons une position unique parce que nous pouvons offrir un service complet en fait de maintenance.»

Bombardier effectuera ce travail dans ses centres aux États-Unis, en Europe et en Asie.

La commande de NetJets a dynamisé le titre de Bombardier. À la Bourse de Toronto, l'action de catégorie B a gagné 22 cents pour clôturer à 3,87$, un gain de 6%.

Bombardier

Chiffre d'affaires : 18,3 milliards US

70 000 employés

60 pays

Bombardier Aéronautique

Chiffre d'affaires : 8,6 milliards US

33 600 employés

Bombardier Transport

Chiffre d'affaires : 9,8 milliards US

36 200 employés

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires »

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer