Le titre de Bombardier s'envole après une énorme commande

Un Challenger 300 de Bombardier.... (Photo fournie par Bombardier)

Agrandir

Photo fournie par Bombardier

Un Challenger 300 de Bombardier.

La Presse Canadienne
Montréal

Le titre de Bombardier (T.BBD.B) s'est envolé en début de séance, mardi à la Bourse de Toronto, quelques heures après que la multinationale montréalaise ait annoncé avoir décroché la plus importante commande d'avions d'affaires de son histoire.

L'action de Bombardier valait 3,91$, en progression de 26 cents ou 7,12 pour cent.

Le contrat annoncé lundi par Bombardier porte sur la vente de jusqu'à 275 avions d'affaires Challenger à NetJets et sa valeur pourrait atteindre 7,3 milliards $ US.

L'entente comprend des commandes fermes pour 100 appareils et des options pour 175 autres.

NetJets a indiqué avoir déposé une commande ferme sur 75 Challenger 300 et des options sur 125 autres avions de ce modèle, tandis que le reste du contrat - 25 commandes fermes et 50 options - porte sur des Challenger 605.

Cette commande fait suite à une autre que NetJets avait passée plus tôt cette année, en vertu de laquelle elle achetait jusqu'à 120 avions d'affaires Global de Bombardier, pour un total pouvant atteindre 6,7 milliards $ US.

Bombardier a également annoncé la conclusion d'une entente à long terme de services de soutien après-vente avec NetJets. Celle-ci couvre une période allant jusqu'à 15 ans.

Selon certaines projections sur l'utilisation des avions et selon l'hypothèse d'une durée de l'entente de 15 ans par avion en commande ferme, la valeur de cette entente pourrait atteindre jusqu'à 820 millions $ US. Si toutes les options sont exercées, l'entente de soutien après-vente pourrait valoir jusqu'à 2,3 milliards $ US.

L'entente combinée pour la vente des appareils et le soutien après-vente est ainsi évaluée à près de 9,6 milliards $ US si toutes les options sont exercées.

Le premier des 75 biréacteurs de la série Challenger 300 de la commande ferme devrait être livré en 2014, tandis que le premier des 25 avions de la série Challenger 605 devrait, pour sa part, prendre son envol en 2015.

NetJets, une propriété du holding Berkshire Hathaway de l'homme d'affaires Warren Buffet, permet à ses clients d'acheter des portions d'avions d'affaires. L'entreprise possède une flotte de plus de 700 appareils. Les nouveaux biréacteurs Challenger de NetJets présenteront une configuration propre à NetJets et seront exploités en Amérique du Nord et en Europe, mentionne l'entreprise par voie de communiqué.

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer