Lutte sans merci pour la présidence du CP

Depuis des mois, le principal actionnaire du CP,... (Photo: Martin Tremblay, Archives La Presse)

Agrandir

Photo: Martin Tremblay, Archives La Presse

Depuis des mois, le principal actionnaire du CP, le militant américaine Bill Ackman, cherche à remplacer M. Green par l'ancien président du Canadien National, Hunter Harrison. M. Ackman espère qu'un tel changement permettra à la société ferroviaire d'améliorer grandement sa performance.

(Montréal) Le grand patron du Canadien Pacifique (T.CP), Fred Green, pourrait perdre son emploi ce matin à Calgary.

Depuis des mois, le principal actionnaire du CP, le militant américaine Bill Ackman, cherche à remplacer M. Green par l'ancien président du Canadien National (T.CN), Hunter Harrison. M. Ackman espère qu'un tel changement permettra à la société ferroviaire d'améliorer grandement sa performance.

Selon les analystes, M. Ackman, qui est président et chef de la direction de la firme Pershing Square Capital Management, devrait remporter la victoire à l'occasion de l'assemblée annuelle des actionnaires ce matin.

Trois sociétés qui conseillent les investisseurs institutionnels lors de votes par procuration, Institution Shareholder Services, Glass Lewis et Egan-Johne Ratings, ont apporté leur soutien à M. Ackman. Ils ont recommandé à leurs clients de voter en faveur des candidats au conseil d'administration présentés par Pershing Square et de ne pas voter en faveur d'un certain nombre de candidats présentés par le CP, dont M. Green et le président du conseil d'administration actuel, John Cleghorn.

Vendredi dernier, l'Office d'investissement du Régime de pension du Canada a fait savoir qu'il appuyait la position de M. Ackman. Au 22 mars dernier, l'organisme détenait plus de 1,36 million d'actions du CP.

À plusieurs reprises par le passé, M. Ackman a investi dans des entreprises peu performantes et a fait des propositions pour améliorer leur performance, notamment en modifiant l'équipe de direction. Si Target a résisté, le détaillant JC Penney a cédé et a nommé Ron Johnson, un ancien haut dirigeant d'Apple, à la direction de l'entreprise.

Pershing Square a commencé à acheter des actions du CP à l'automne 2011. Le fonds possède maintenant 14,2% des actions de la société ferroviaire, ce qui le place en solide position pour faire valoir son candidat, Hunter Harrison.

M. Harrison a été président et chef de la direction du CN de 2003 à 2009. Il a mis en place de nouvelles méthodes d'exploitation qui ont permis au CN de devenir la société ferroviaire la plus performante en Amérique du Nord. C'est ainsi qu'au premier trimestre de 2012, ses coûts d'exploitation n'ont représenté que 66,2% de ses revenus. Par comparaison, les coûts d'exploitation du CP ont représenté 80,1% de ses revenus au premier trimestre de 2012.

La direction atuelle du CP a mis en place un «plan pluriannuel» pour redresser la situation. Elle vise un ratio d'exploitation «ambitieux» de 70 à 72% en 2014, et de 68,5 à 70,5% en 2016.

Hunter Harrison a fait savoir qu'il voulait mettre en place au CP les mêmes méthodes d'exploitation qu'il a implantées au CN, ce qui permettrait d'abaisser le ration d'exploitation à 65% dès 2015.

Dans un message aux actionnaires, le président du conseil du CP, John Cleghorn, a souligné que Pershing Square n'avait présenté aucun plan précis pour atteindre cet objectif.

«Le seul objectif déclaré de Pershing Square est de faire accéder M. Harrison au poste de président et chef de la direction, a écrit M. Cleghorn. Selon le conseil, M. Harrison n'est pas le meilleur candidat pour diriger le Canadien Pacifique.»

Il a ajouté que les candidats de Pershing Square au conseil d'administration n'avaient aucune expérience dans le secteur ferroviaire.

Le CN voit d'un très mauvais oeil la nomination possible de M. Harrison à la tête de son concurrent. Il a entamé une poursuite contre lui pour rupture de contrat, tout en suspendant le paiment de sa rente et un paiement de 17,9 millions de dollars lié à un régime d'unités d'actions à négociation restreinte.

Les analystes estiment que le marché tient pour acquis la nomination de M. Harrison et que le cours de l'action du CP tient déjà compte de cet élément.

Le titre du CP a grimpé de 1,69$ pour clôturer à 75,86$ à la Bourse de Toronto hier, un gain de 2,28%.

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer