CSeries: Qatar Airways suspend les discussions avec Bombardier

En bourse

t.bbd.b
La nouvelle gamme d'avions CSeries, qui doit entrer... (Photo fournie par Bombardier)

Agrandir

Photo fournie par Bombardier

La nouvelle gamme d'avions CSeries, qui doit entrer en service en 2013, pourra transporter plus de cent passagers et sera donc en concurrence avec certains moyen-courriers d'Airbus et de l'américain Boeing.

Agence France-Presse
Genève, Suisse

La compagnie Qatar Airways a suspendu ses négociations avec le canadien Bombardier (T.BBD.B) pour l'achat de son nouvel avion CSeries, faute de ressources humaines suffisantes mais les discussions pourraient reprendre dans «six à douze mois», a déclaré lundi son PDG à Genève.

«Nous sommes très occupés (par d'autres programmes), nous avons donc repoussé les négociations avec eux (Bombardier) portant sur le CSeries. (...) Mais Qatar est toujours intéressé» par cet avion, a assuré Akbar Al Baker lors d'une conférence de presse à l'occasion du salon de l'aviation d'affaires Ebace.

«Nous avons des ressources humaines limitées (...) Ce sont des experts. Nous voulons nous assurer que nos équipes travaillent de la meilleure manière la plus parfaite», a-t-il ajouté, soulignant que ses personnels étaient déjà très pris par l'Airbus A320 neo ou encore l'A350 et l'A380.

La nouvelle gamme d'avions CSeries, qui doit entrer en service en 2013, pourra transporter plus de cent passagers et sera donc en concurrence avec certains moyen-courriers d'Airbus et de l'américain Boeing.

Qatar Airways était entré en discussion pour l'achat de ces avions depuis plusieurs années. Les négociations avaient dans un premier temps achoppé sur la motorisation assurée par Pratt & Whitney (groupe United Technologies).

Ce problème était quasiment réglé, avait assuré M. Al Baker en mars 2011. Il estimait alors que les discussions étaient à un stade très avancé.

S'agissant de l'A380, le PDG de Qatar n'a pas caché son mécontentement en raison des micro-fissures constatées sur le super jumbo de l'avionneur européen.

Il a souligné qu'il ne se contenterait pas de solutions provisoires tout en relevant qu'Airbus s'était engagé à respecter ses engagements avant la livraison de son premier appareil prévu en octobre 2013, si la compagnie maintient bien ce calendrier.

Des microfissures sont apparues sur des «pieds de nervures» utilisés dans les ailes du très gros porteur.

L'Agence européenne de sécurité aéronautique (AESA) a recommandé l'inspection de tous les A380, ayant effectué 1300 vols et plus. Et l'avionneur assure travailler à une solution définitive.

Airbus avait annoncé en mars que des trousses de réparation pour ces pièces en équerre situées à l'intersection de la structure et de la surface des ailes seraient disponibles au quatrième trimestre de cette année.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer