Le Québec est prêt à recueillir les dividendes du Salon du Bourget

Clément Gignac... (Photo Laetitia Deconinck / La Presse)

Agrandir

Photo Laetitia Deconinck / La Presse

Clément Gignac

  •  

    Michel Dolbec

Le Québec est «bien placé» pour cueillir les fruits de la reprise dans le secteur aéronautique, estime le ministre du Développement économique, Clément Gignac au moment où s'ouvre le Salon du Bourget en banlieue de Paris.

«On a été très agressifs et très incitatifs pour que nos grands donneurs d'ordres investissent pendant la récession. On les a appuyés. Les gestes qu'on a posés parlent d'eux-mêmes. Aujourd'hui, le signal est très clair : »Québec is opened for business«, a lancé le ministre dimanche au cours d'une rencontre de presse avec des journalistes québécois.

Selon Clément Gignac, le secteur aéronautique mondial, après trois années de pertes, est sorti de la récession. Les grandes entreprises québécoises présentes au Bourget sont en ordre de bataille et Québec, après avoir investi un demi-milliard de dollars depuis 2006 pour «accompagner» les PME, estime que les sous-traitants sont prêts à répondre aux évolutions du marché.

«Les gagnants seront ceux qui se sont positionnés pendant la récession», répète le ministre Gignac.

Les analystes s'attendent à ce que ce 49e Salon du Bourget soit marqué par des commandes d'avions record. La bataille des annonces opposera comme d'habitude Airbus et Boeing, même si la Chine et la Russie affichent clairement leur intention de jouer dans la cour des grands.

Côté québécois, les quatre grands acteurs sont là : Bombardier, Pratt & Withney, Bell Hélicoptère et CAE Électronique. Les regards se tourneront surtout vers Bombardier et sa CSeries, sa nouvelle gamme d'appareils de 110 à 130 places dont l'avenir a suscité des inquiétudes. Bombardier a récemment annoncé deux petites commandes portant sur 13 appareils au total, faites par un transporteur suédois et un acheteur non identifié.

Le Salon du Bourget pourrait être l'occasion de confirmer d'autres petits contrats, mais personne, apparemment, ne s'attend à de grosses annonces. Les spécialistes soulignent toutefois qu'il faudra surveiller de près les intentions de Qatar Airways, qui négocie l'achat de CSeries avec Bombardier. Pour les gros contrats, l'avionneur québécois compte beaucoup sur les compagnies chinoises et l'américain Delta, mais aucune annonce ne serait espérée avant la fin de l'année.

Le Salon international de l'aéronautique et de l'espace de Paris se tient tous les deux ans sur l'aéroport du Bourget, en alternance avec celui de Farnborough, en Angleterre. Plus de 2000 exposants y prennent part. On y attend 14 000 professionnels et 200 000 visiteurs «grand public». On pourra y voir, en vol ou au sol, près de 150 appareils civils et militaires.

Partager

La Presse Affaires vous suggère

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer