Marvell Technology rachète Cavium pour 6 milliards US

Marvell Technology souligne en outre que cette acquisition...

Agrandir

Marvell Technology souligne en outre que cette acquisition lui permettra d'accélérer sa recherche et innovation pour développer de nouveaux produits et satisfaire ainsi une demande importante et grandissante pour le stockage de données et une connectivité à haut débit.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

Le fabricant de puces Marvell Technology a annoncé lundi le rachat, pour quelque 6 milliards de dollars US, de son concurrent Cavium pour créer un acteur majeur dans le secteur face à des géants comme Intel ou Broadcom.

L'opération amicale a été approuvée par le conseil d'administration des deux entreprises. Elle sera financée en partie en numéraires et en partie par rachat de titres Cavium, souligne Marvell Technology dans un communiqué confirmant des informations publiées dimanche par le Wall Street Journal.

L'acquisition est estimée à quelque 6 milliards de dollars, rachat de la dette de Cavium compris, a précisé le groupe.

«A l'issue de la finalisation de la transaction, Marvell deviendra un leader dans les solutions d'infrastructures avec un chiffre d'affaires annuel de 3,4 milliards de dollars», a-t-il commenté.

Marvell Technology souligne en outre que cette acquisition lui permettra d'accélérer sa recherche et innovation pour développer de nouveaux produits et satisfaire ainsi une demande importante et grandissante pour le stockage de données et une connectivité à haut débit.

«C'est une combinaison de deux entreprises très complémentaires», a estimé le PDG de Marvell, Matt Murphy, relevant que le futur groupe allait pouvoir accroître sa base de revenus et ses marchés.

«Notre potentiel (de développement) est énorme», a jugé de son côté le cofondateur de Cavium et PDG, Syed Ali.

Les actionnaires de Cavium devraient détenir environ 25% du groupe fusionné sur une base pro forma.

L'opération, qui doit recevoir au préalable l'approbation des autorités, devrait être finalisée mi-2018. Et Matt Murphy doit enfin diriger le groupe fusionné.

Dans le secteur, Broadcom compte, lui, racheter Qualcomm. Le 13 novembre, le conseil d'administration du groupe de semi-conducteurs Qualcomm avait rejeté l'offre non sollicitée de Broadcom, évaluée à 130 milliards de dollars.

Mais celui-ci a décidé de la maintenir. Cette offre publique d'achat (OPA), désormais hostile, serait l'une des plus grosses de ce type dans les nouvelles technologies. Elle avait été faite le 6 novembre.




publicité

publicité

publicité

publicité

la liste:3762:liste;la boite:318296:box

À lire sur La Presse Affaires

Précédent |

publicité

image title
Fermer