Exclusif

Création d'emplois: IBM lance un centre de proximité à Montréal

« Les nouveaux emplois nous permettront de participer de... (Photo André Pichette, La Presse)

Agrandir

« Les nouveaux emplois nous permettront de participer de façon importante au pôle technologique de la métropole », dit Claude Guay, d'IBM.

Photo André Pichette, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'est un cas de «reshoring». Ou, en d'autres mots, de relocalisation d'emplois. Après avoir transféré des services dans des pays à bas coûts, IBM ajuste sa stratégie au Canada. La multinationale en informatique lance un centre de proximité à Montréal, a appris La Presse. Et elle vise à créer jusqu'à 500 emplois spécialisés au cours des prochaines années.

Le nouveau centre sera aménagé dans le Quartier... (Photo Charles Laberge, Collaboration spéciale) - image 1.0

Agrandir

Le nouveau centre sera aménagé dans le Quartier de l'innovation, à Montréal. L'endroit précis n'est pas encore dévoilé.

Photo Charles Laberge, Collaboration spéciale

Agropur travaille sur « un des plus gros chantiers... (Photo Archives La Presse) - image 1.1

Agrandir

Agropur travaille sur « un des plus gros chantiers informatiques de son histoire », indique Serge Fortier, VP principal, technologies de l'information.

Photo Archives La Presse

PÔLE TECHNOLOGIQUE 

« Après 16 mois de campagne à l'interne, Montréal a été choisi », dit Claude Guay, vice-président et associé en chef Québec pour IBM Canada. Plusieurs facteurs ont milité pour la ville, précise-t-il. Son bassin d'étudiants universitaires, sa réputation dans le secteur et son profil bilingue. Sans compter son rapport avantageux entre les coûts et la qualité de vie. Et le programme gouvernemental de crédits d'impôt. « Les nouveaux emplois nous permettront de participer de façon importante au pôle technologique de la métropole et au développement de l'écosystème », dit-il.

CIBLE CONSERVATRICE

L'objectif d'emplois de Claude Guay est clair : créer 500 postes de consultants d'ici cinq ans. Selon lui, la cible est conservatrice. En moins de quatre ans, le centre de proximité d'Halifax a atteint ce chiffre.

On commence « nos activités à Montréal et nous avons déjà embauché 44 spécialistes », dit-il. La firme recrute ses employés parmi des gens expérimentés. Puis, pour la moitié, chez les étudiants diplômés en informatique, en génie et en gestion. « Pour comprendre les processus d'affaires et l'implanter dans les systèmes, il faut des équipes multidisciplinaires », précise-t-il.

QUARTIER DE L'INNOVATION 

Le Centre d'innovation client démarre ses activités dans les bureaux d'IBM au centre-ville. L'été prochain, il s'installera tout près, dans le Quartier de l'innovation. L'endroit précis n'est pas encore dévoilé, précise M. Guay. Le centre offre des services de développement et de soutien à distance aux clients d'affaires. Son offre se situe entre les services à bas coûts livrés, notamment, à partir de l'Inde, et les services d'accompagnement, plus chers. « Il s'agit d'une offre complémentaire, dit-il. C'est une forme hybride permettant au client de choisir les solutions, avec son conseiller, en fonction de ses besoins et des coûts. »

ÉLIMINER LES SOURCES D'IRRITATION 

« C'est un peu plus cher que les services outre-mer, reconnaît Serge Fortier, mais on gagne en efficacité et en productivité. » Le VP principal, technologies de l'information, pour Agropur rappelle que « ce n'est pas toujours évident de communiquer » à l'étranger. Parmi les sources d'irritations : les fuseaux horaires, la langue, les différences culturelles et la distance.

Agropur travaille sur « un des plus gros chantiers informatiques de son histoire », indique-t-il. Ses 150 employés en TI, accompagnés par IBM, mettent en place une plateforme informatique commune pour trois unités d'affaires. Ce projet regroupe 20 usines et plus de 4000 employés.

RETOUR DU BALANCIER 

En plus d'Agropur, d'autres clients, comme Cascades, sont déjà intéressés par le nouveau centre de Montréal. « Les entreprises veulent travailler en mode agile et rapide, souligne Claude Guay, d'IBM. La proximité leur permet d'être en contact avec des spécialistes locaux. » En Amérique du Nord, on assiste à un certain mouvement de « reshoring » dans les secteurs informatiques et manufacturiers. Des tâches et des services déplacés dans des pays à bas coûts sont rapatriés au pays. « C'est le retour du balancier, constate le dirigeant. Mais, pour des raisons économiques, le pendule ne revient pas jusqu'au bout. »

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

la liste:3762:liste;la boite:318296:box

À lire sur La Presse Affaires

Précédent |

publicité

image title
Fermer