Netflix veut emprunter un milliard pour financer son expansion

Pour se différencier, Netflix parie de plus en... (Photo archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Pour se différencier, Netflix parie de plus en plus sur des contenus exclusifs et de coûteuses productions originales telles ses séries House of Cards ou Marco Polo.

Photo archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

Le service américain de vidéo en ligne Netflix veut emprunter un milliard de dollars sur les marchés financiers afin de financer son expansion.

Les recettes de l'emprunt lancé lundi pourront entre autres servir «à des achats de contenus» ou encore «de potentielles acquisitions et transactions stratégiques», détaille le groupe dans un communiqué.

Suite à cette annonce, l'agence de notation Standard & Poor's a baissé sa note sur Netflix d'un cran, de «BB-» à «B+», disant s'attendre à ce que le groupe conserve un endettement élevé dans les années à venir.

Netflix risque d'avoir des flux de trésorerie négatifs d'ici jusqu'en 2017 «en raison des investissements accrus dans la programmation originale et l'expansion internationale», explique l'agence.

Netflix avait annoncé en janvier une accélération de son développement international, affichant l'objectif d'être présent dans tous les pays du monde d'ici fin 2016, contre une cinquantaine aujourd'hui.

S&P rappelle qu'il est en outre confronté à une concurrence croissante: aux rivaux traditionnels Amazon et Hulu s'ajoutent les chaînes de télévision américaines comme CBS ou HBO, qui commencent elles aussi à annoncer des offres sur internet.

Pour se différencier, Netflix parie de plus en plus sur des contenus exclusifs et de coûteuses productions originales telles ses séries House of Cards ou Marco Polo.

«Netflix devrait accroître ses investissements dans des programmes originaux, dont le succès est imprévisible», prévient S&P.

Netflix avait terminé 2014 avec 57,39 millions d'utilisateurs dans le monde, soit un gain «record» de 13 millions sur l'ensemble de l'année. Une grosse partie de cette progression a été enregistrée à l'international.

Le service s'était notamment lancé en septembre dans six nouveaux pays européens, dont la France.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer