Le secteur des technologies propres doit s'outiller

Tout comme le gouvernement québécois alloue environ 1%... (Photo André Pichette, archives La Presse)

Agrandir

Tout comme le gouvernement québécois alloue environ 1% du budget de construction d'un bâtiment à la réalisation d'oeuvres d'art, il devrait faire en sorte que les contrats qu'il décerne comprennent une certaine utilisation des technologies propres.

Photo André Pichette, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le secteur québécois des technologies propres est en croissance, mais il a encore du travail à faire pour se tailler une place sur la scène mondiale. Écotech Québec, qui représente les acteurs du secteur, rend public un livre blanc pour une économie verte qui expose des mesures pour propulser l'industrie.

LES MARCHÉS PUBLICS

Tout comme le gouvernement québécois alloue environ 1% du budget de construction d'un bâtiment à la réalisation d'oeuvres d'art, il devrait faire en sorte que les contrats qu'il décerne comprennent une certaine utilisation des technologies propres.

« Un petit un pour cent, ça changerait la donne complètement », commente Antoine Michaud, coprésident du chantier sur le financement d'Écotech et directeur des investissements chez Tandem Expansion, dans une entrevue avec La Presse Affaires.

Le président et chef de la direction d'Écotech Québec, Denis Leclerc, estime que les marchés publics peuvent servir de vitrine pour les technologies propres du Québec.

LES CRÉDITS D'IMPÔT

Écotech demande le maintien du crédit d'impôt à la recherche et au développement pour les industries prioritaires, comme celles qui sont liées à la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Écotech voudrait également que ce crédit d'impôt couvre la commercialisation des technologies propres pour les PME. Le président d'Écotech, Denis Leclerc, estime que le secteur a des faiblesses en fait de commercialisation.

« Nous avons de la difficulté à prendre un produit et à le faire rayonner », croit Antoine Michaud, de Tandem Expansion.

LES ENTREPRENEURS

Les entrepreneurs ont du travail à faire de leur côté pour propulser leur entreprise.

Écotech croit qu'il faut valoriser une culture entrepreneuriale plus ambitieuse et qu'il faut mieux outiller les entrepreneurs. En outre, ceux-ci doivent apprendre à s'entourer d'une équipe expérimentée, notamment en ce qui concerne la gestion, la présentation de projets et la recherche de financement.

« Nous ne sommes plus dans un monde où nous ne faisons que demander », indique la coprésidente du chantier de financement d'Écotech, Andrée-Lise Méthot, fondatrice du fonds de capital Cycle Capital Management.

ÉCOTECH QUÉBEC

L'organisation représente 150 membres, soit des grandes entreprises et des PME, des centres de recherche et développement, des entreprises du secteur financier, des établissements d'enseignement et des syndicats.

AU QUÉBEC, LE SECTEUR DES TECHNOLOGIES PROPRES, C'EST :

* 500 entreprises, dont 94 % sont des PME

* 200 organisations de recherche, développement et transfert technologique

* 30 000 emplois

* 10,7 milliards de revenus en 2011

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer