La partie de poker s'intensifie autour de Dell

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michael Dell, le PDG-fondateur de Dell, et l'investisseur Carl Icahn.... (PHOTO AP)

Agrandir

PHOTO AP

Michael Dell, le PDG-fondateur de Dell, et l'investisseur Carl Icahn.

Sophie Estienne
Agence France-Presse
NEW YORK

Le bras de fer s'intensifie entre le PDG-fondateur de Dell et l'investisseur Carl Icahn à l'approche de l'assemblée générale des actionnaires devant sceller le 18 juillet l'avenir du groupe informatique américain.

Les deux milliardaires s'opposent sur l'intérêt de le retirer de la Bourse pour lui permettre de s'adapter plus sereinement à la crise du marché du PC, dont Dell reste le troisième fabricant mondial.

Michael Dell, premier actionnaire avec 14 % du capital, propose depuis début février de racheter tout le reste de son groupe pour 13,65 dollars par action, une opération à 24,4 milliards de dollars.

Carl Icahn, qui a porté récemment sa participation à environ 8,6 %, s'est imposé comme le leader d'une série d'autres actionnaires qui jugent ce prix insuffisant.

Il n'a pas fait défaut à sa réputation d'investisseur «activiste» en redoublant d'efforts ces derniers jours pour tenter de convaincre les actionnaires de Dell de voter contre le plan du PDG.

Depuis début juillet, il leur a adressé pas moins de cinq lettres à cet effet, dont trois en autant de jours cette semaine.

Mercredi, c'était pour les inciter à saisir la justice afin d'obtenir une évaluation indépendante de la valeur de Dell. Michael «Dell pourrait bien payer une prime en plus des 13,65 dollars pour s'entendre à l'amiable avec ceux qui demandent l'évaluation», y faisait-il valoir.

Jeudi, il revenait à la charge sur la question en affirmant que cette procédure était «une chance rare de faire un bénéfice sans prendre de risque».

Et vendredi, il attaquait sur un autre front en leur présentant une «amélioration» de sa contre-proposition, qui verrait le groupe s'endetter et siphonner ses fonds propres pour financer un grand programme de rachat d'actions à 14 dollars par titre. Il y a ajouté un pari sur une future hausse du cours du groupe informatique, sous la forme d'un bon de souscription qui serait octroyé pour quatre titres Dell rachetés, et permettrait pendant 7 ans d'acquérir une action du groupe informatique au prix de 20 dollars.

«Bilan lamentable» contre «déclarations trompeuses»

Il s'en est aussi pris personnellement à Michael Dell en évoquant le «bilan lamentable» de ses trois dernières années à la tête du groupe, jugeant qu'il «y aurait plusieurs excellents candidats pour son poste» si ses plans aboutissaient.

Face à cette escalade verbale, Michael Dell n'a pas pris la parole publiquement.

Le «comité spécial» chargé par le groupe de superviser la procédure de retrait de la Bourse a dénoncé jeudi les «déclarations trompeuses» de Carl Icahn. Il l'a accusé en particulier de «mal présenter les risques et les coûts» du recours judiciaire qu'il préconise.

Vendredi, il a dit évaluer la nouvelle proposition de Carl Icahn. Mais non sans remarquer perfidement que c'était la cinquième qu'il formulait, qu'elle restait «hautement spéculative» et que le milliardaire, malgré toutes ses déclarations sur sa volonté de négocier, avait annulé plus tôt dans la semaine une réunion avec le comité organisée pourtant à sa demande.

La semaine dernière, ce comité a aussi mis en avant dans des documents boursiers le risque «important» pour les actionnaires d'un rejet de l'offre du PDG et jugé «irréaliste» la valorisation citée par Carl Icahn.

L'argument semble avoir porté. La très écoutée société de conseils aux actionnaires Institutionnal Shareholder Services (ISS) a peu après recommandé aux détenteurs d'actions Dell de voter en faveur du rachat par le PDG, estimant qu'il présentait moins de risques que les plans de Carl Icahn, qui nécessiteraient d'abord de renverser le conseil d'administration et le PDG. Même alors, il n'y aurait aucune garantie de pouvoir échanger tous ses titres contre du liquide, soulignait ISS dans son avis.

Deux autres sociétés de conseil aux actionnaires, Glass Lewis et Egan-Jones, sont arrivées à des conclusions similaires.

Toute cette agitation ne semble toutefois guère impressionner les investisseurs. L'action Dell a clôturé vendredi soir à 13,32 dollars, soit à 1 cent de son niveau de la toute fin juin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires »

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer