Google revend les décodeurs de Motorola

Le géant de l'internet Google poursuit la restructuration de sa filiale... (Photo Kimihiro Hoshino, AFP)

Agrandir

Photo Kimihiro Hoshino, AFP

Sophie ESTIENNE
Agence France-Presse
New York

Le géant de l'internet Google poursuit la restructuration de sa filiale récemment acquise Motorola Mobility, avec l'annonce mercredi de la revente de ses activités de boîtiers décodeurs et de modems au groupe américain Arris pour 2,35 milliards de dollars.

Google va recevoir 2,05 milliards de dollars en numéraire et le reste en action Arris, dont il détiendra 15,7% à l'issue de la transaction. Celle-ci devrait être bouclée au deuxième trimestre 2013, ont détaillé les deux entreprises dans un communiqué commun.

Motorola Home a réalisé 3,4 milliards de dollars de chiffre d'affaires sur les douze mois achevés fin septembre, et est bénéficiaire.

Sa combinaison avec Arris, un équipementier en télécoms spécialisé dans les services à haut débit, devrait permettre d'atteindre un chiffre d'affaires cumulé d'environ 4,7 milliards de dollars, et de dégager 100 à 125 millions de dollars de synergies annuelles.

Le PDG de Arris, Bob Stanzione, a souligné la complémentarité des activités des deux sociétés, se félicitant de pouvoir «ajouter l'expertise en vidéo» de Motorola «à nos points forts dans la voix et les données».

Arris récupère aussi au passage la propriété ou des licences d'utilisation pour une série de brevets de Motorola.

Outre Arris, le britannique Pace avait annoncé la semaine dernière être intéressé par un rachat de Motorola Home. Le Wall Street Journal avait aussi évoqué un intérêt du français Technicolor, ainsi que de fonds d'investissement.

Google avait bouclé l'achat de Motorola en mai pour 12,9 milliards de dollars. L'opération était essentiellement motivée par l'ample portefeuille de quelque 17.000 brevets de Motorola, notamment dans les technologies mobiles où le géant de l'internet joue un rôle croissant via son système d'exploitation Android, utilisé par toute une série de fabricants.

Mais il avait récupéré en même temps des activités moins intéressantes pour lui, comme les décodeurs. Et les pertes de sa nouvelle filiale, qui avait été pionnière de la téléphonie mobile mais a pris du retard dans les smartphones vis-à-vis de Samsung ou Apple, ont plombé ses derniers résultats trimestriels.

Google a vite entrepris de la restructurer. Il a annoncé mi-août la suppression de 20% de ses effectifs, soit 4000 emplois, précisant à l'époque que les deux tiers des postes concernés se situeraient aux États-Unis, mais sans donner de répartition géographique précise. Il avait aussi indiqué vouloir réduire la gamme de produits mobiles de Motorola pour se concentrer sur «des modèles innovants et rentables».

Google élague aussi dans les activités de Motorola: la cessation de la plupart de celles qu'il avait en Corée du Sud a été annoncée la semaine dernière, de même que le transfert de sites de production, notamment en Chine, à la société Flextronics, basée à Singapour.

L'action Google reculait de 0,36% à 717,50 dollars vers 00H30 GMT, dans les échanges électroniques suivant la clôture de la Bourse de New York. Arris s'envolait pour sa part de 13,48% à 16,50 dollars.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer