Twitter a de bonnes raisons de ne pas entrer en Bourse

Le logo de Twitter.... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

PHOTO REUTERS

Le logo de Twitter.

Alain McKenna, collaboration spéciale
La Presse

Pas d'entrée en Bourse ni d'acquisition par un tiers à prévoir pour Twitter. La déconfiture de Facebook ne motive aucunement la direction du réseau social à faire de l'oeil à Wall Street, sa direction préférant miser sur une croissance organique afin de générer des revenus additionnels.

Dick Costolo, PDG de Twitter, a réaffirmé plus tôt cette semaine que son entreprise n'est aucunement pressée d'aller chercher de nouveaux capitaux du côté des marchés publics, et qu'elle préférait se concentrer sur le développement de sa plateforme. Ces derniers mois, le réseau social a expérimenté avec diverses avenues, la plupart à vocation publicitaire, afin de rentabiliser l'utilisation de son service par ses nombreux abonnés. Twitter comptait 170 millions d'utilisateurs réguliers en juillet, selon une étude faite par la firme Semiocast.

M. Costolo en a profité pour préciser qu'un rachat par un des géants de l'heure des nouvelles technologies, de Facebook à Google en passant par Microsoft, était aussi tout à fait hors de question.

La firme spécialisée eMarketer vient tout juste de publier une étude qui explique pourquoi la jeune pousse de la Silicon Valley ne ressent aucun besoin de regarder à l'extérieur pour se remplir les poches: ses revenus, qui s'établissaient à 139,5 millions de dollars en 2011, devraient doubler cette année, à 288,3 millions, puis continuer sur une pente ascendante pour quelques années encore, atteignant 807,5 millions en 2014.

En janvier dernier, eMarketer prévoyait que Twitter générerait des revenus de 540 millions de dollars en 2014. Autrement dit, la croissance s'est accélérée chez Twitter, notamment parce que sa place dans le petit monde des réseaux sociaux et de la publicité sur internet est de plus en plus importante.

«Twitter a redoublé d'efforts pour vendre de la publicité à l'extérieur des États-Unis, mais en même temps, sa part de la tarte publicitaire dans son propre marché devrait passer de 259 à 638 millions de dollars sur la même période», indique eMarketer. La direction de Twitter semble avoir saisi le message...

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer