Un studio de jeux vidéo étranger choisit Halifax

Le jeu Lost Winds de Frontier Developments.... (PHOTO TIREE DU SITE INTERNET DE FRONTIER DEVELOPMENTS)

Agrandir

PHOTO TIREE DU SITE INTERNET DE FRONTIER DEVELOPMENTS

Le jeu Lost Winds de Frontier Developments.

Montréal a beau être la Mecque du jeu vidéo au pays, la concurrence est de plus en plus diversifiée au Canada anglais. Un studio britannique vient de préférer Halifax à Montréal pour installer son premier studio à l'étranger.

Frontier Developments, studio de 200 employés à Cambridge, en Grande-Bretagne, qui a produit des jeux comme Lost Winds et Kinectimals, ouvrira un studio d'une vingtaine d'employés à Halifax à la fin du mois. L'entreprise britannique a évalué la possibilité d'ouvrir son studio canadien à Montréal avant de choisir Halifax, où elle estime pouvoir recruter plus facilement des employés.

«Montréal est une métropole des jeux vidéo. Il y a beaucoup de grands studios déjà bien établis. À Halifax, nous aurons plus de marge de manoeuvre [pour recruter du personnel] et la ville ressemble beaucoup à Cambridge, où nous sommes installés en Angleterre», dit David Walsh, président de Frontier Developments, qui espère que son studio d'Halifax comptera une cinquantaine d'employés d'ici un an.

Les crédits d'impôt de la Nouvelle-Écosse ont pesé dans la balance, mais sans être un «facteur décisif», selon David Walsh. La province de l'Atlantique offre entre 25% des dépenses totales d'un studio et 50% de certaines dépenses, comme les salaires des artisans d'un jeu vidéo. Au Québec, le crédit d'impôt sur les salaires est de 37,5%.

Pénurie de main-d'oeuvre

Plusieurs studios montréalais se plaignent de la pénurie de main-d'oeuvre qualifiée à Montréal. «Nous entendons tous les studios se plaindre qu'il n'y a pas assez de ressources, dit Emmanuel Viau, directeur du Sommet du jeu international de Montréal. Une entreprise de taille moyenne [comme Frontier] s'est retrouvée à faire un choix, mais je ne suis pas sûr qu'elle ait pris la bonne décision. Montréal a un écosystème du jeu vidéo, mais pas Halifax.»

En dépit de l'arrivée de Frontier à la fin du mois, Halifax n'est pas prêt à concurrencer Montréal - ni Vancouver et Toronto d'ailleurs - dans l'industrie du jeu vidéo. Avec environ 8200 employés dans l'industrie du jeu vidéo, le Québec est l'un des plus importants producteurs de jeux vidéo du monde avec la Californie, la Chine, le Japon et la Colombie-Britannique. Le Québec compte 87 entreprises de jeu vidéo, dont 48 studios de plus de 50 employés, selon un rapport de l'Association canadienne du logiciel de divertissement. La Nouvelle-Écosse ne compte que 12 entreprises, et aucune n'ayant plus de 50 employés.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer