Alibaba: le Sésame chinois

Le siège social d'Alibaba à Hangzhou, dans la... (Photo Reuters)

Agrandir

Photo Reuters

Le siège social d'Alibaba à Hangzhou, dans la province chinoise de Zhejiang.

(Montréal) Oubliez Facebook et ses affres boursières malgré 900 millions d'amis. Ne pensez plus à la crise de leadership chez Yahoo! Voici Alibaba, la prochaine coqueluche boursière.

Alibaba, c'est le eBay chinois, la société mère de Taobao, le premier cybermarchand chinois avec plus de sept millions de clients et le proprio d'Alipay, l'outil de paiement en ligne qui se mesure à l'américain Paypal.

Une transaction de plusieurs milliards conclue récemment entre Jack Ma, président et fondateur d'Alibaba, et son malheureux partenaire des dernières années, Yahoo!, laisse croire que le groupe chinois évalué aujourd'hui à 35 milliards US pourrait bientôt retourner en Bourse. Cela constituerait vraisemblablement un des plus importants appels publics au monde.

Le portail internet américain Yahoo! a conclu dimanche dernier un accord pour revendre à Alibaba, dans un premier temps, la moitié de sa participation de 40%, pour 7,1 milliards US. Yahoo! doit toucher 6,3 milliards US en numéraire et 800 millions US en actions préférentielles Alibaba. L'entreprise américaine avait payé 1 milliard US en 2005 pour sa participation au capital d'Alibaba, déjà l'un des acteurs les plus prometteurs de l'économie chinoise du Net. Le groupe chinois, établi à Hangzhou, ancienne capitale impériale à deux heures de route de Shanghai, gérait aussi la version chinoise du portail Yahoo!

Mais les relations entre le groupe internet de Hangzhou et celui de Sunnyvale étaient houleuses depuis que ce dernier avait apporté son soutien à Google contre la censure en Chine. Le transfert de la propriété d'Alipay à une société contrôlée par Jack Ma avait aussi blessé son partenaire.

Jack Ma, véritable icône des affaires en Chine, aurait par ailleurs donné l'impression de regretter cette prise de pouvoir extérieure sur son entreprise. Alibaba, créée comme se doit une légende du web, dans les antres d'un appartement de Hangzhou en 1999, n'a cessé de prospérer depuis la prise de participation de l'américain et accapare aujourd'hui environ 90% du marché chinois de la vente en ligne entre particuliers et plus de la moitié du marché du commerce en ligne entre entreprises et particuliers.

Selon l'agence de presse Reuters, Yahoo! a inséré dans l'accord de dimanche des incitations pour qu'Alibaba s'introduise en Bourse d'ici à la fin de l'année 2015. M. Ma a déjà évoqué à demi-mot cette possibilité. Yahoo! pourra ainsi écouler un autre quart de sa participation au prix de l'appel public à l'épargne ou bien céder ses actions sur le marché secondaire après l'opération, note l'analyste Brian Wieser, de Pivotal Research Group, dans un rapport récent.

Alibaba avait déjà introduit sa filiale Alibaba.com à la cote de la Bourse de Hong Kong en 2007 avant de la retirer de la cote en février dernier. Jack Ma, ancien professeur d'anglais et guide pour touristes dans sa ville natale, expliquait alors que cela «va permettre à notre entreprise de prendre des décisions de long terme, qui seront plus dans l'intérêt de nos clients, car dégagées de la pression qui découle, pour une entreprise, du fait d'être cotée».

Alibama.com, société phare du groupe, est un leader mondial dans le commerce électronique pour les petites entreprises.

Le titre, avec un rapport cours/bénéfices de 34 fois, pesait à lui seul plus de 67 milliards HK (8,9 milliards CAN) quand il a été retiré de la cote. Il avait doublé de valeur dans les six mois précédents.

M. Ma a été sacré parmi les 100 personnalités les plus influentes du monde par le magazine américain Time.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer