Accélérateur d'entreprises: Founder Fuel repart la machine

«On est très, très contents des résultats. Le... (Photo Ivanoh Demers, archives La Presse)

Agrandir

Photo Ivanoh Demers, archives La Presse

«On est très, très contents des résultats. Le succès des entreprises va au-delà de nos espérances », dit Ian Jeffrey (à droite), gestionnaire principal de l'accélérateur d'entreprises montréalais Founder Fuel, qu'on voit en compagnie de John Stokes, qui participe aussi au projet.

(Montréal) Après avoir lancé avec succès une première cohorte d'entrepreneurs, l'accélérateur d'entreprises Founder Fuel remet ça. Le programme vient d'accueillir 11 nouvelles entreprises du web et des applications mobiles qu'il tentera de propulser vers le succès.

Founder Fuel fait partie de la poignée d'accélérateurs d'entreprises qui ont poussé récemment dans la métropole. Sa mission: accélérer le développement d'entreprises en démarrage en leur fournissant autant l'argent et les contacts que les locaux et le café.

Les entrepreneurs qui se joignent au programme passent trois mois à la maison Notman, à Montréal, où des mentors les aident à peaufiner leur plan d'affaires, développer leurs marchés et obtenir du financement. La première cohorte, qui vient de terminer l'expérience, semble en avoir tiré des bénéfices.

«On est très, très contents des résultats. Le succès des entreprises va au-delà de nos espérances», dit Ian Jeffrey, gestionnaire principal de Founder Fuel.

Une entreprise - Playerize, de Vancouver - a déjà annoncé avoir décroché un financement de 1,1 million de dollars à la suite de son passage à la maison Notman. Selon M. Jeffrey, il faut s'attendre à au moins trois ou quatre annonces similaires au cours des prochains mois.

Sur neuf équipes de départ, la moyenne est intéressante.

«Il y a des programmes similaires dans le monde qui ne réussissent à obtenir du financement pour aucune de leurs équipes», souligne M. Jeffrey.

D'autres résultats intéressants ont émergé de la première présentation du programme. Oohlala, une boîte de Toronto qui développe des applications pour téléphones mobiles destinées aux étudiants, a décidé de quitter la Ville reine pour s'établir à Montréal suite à son séjour.

«On a adoré la ville, les gens et l'écosystème qui entoure les entreprises en démarrage», a expliqué à La Presse Affaires l'un des membres de l'équipe, Danial Jameel, dont les cinq collègues ont aussi fait leurs valises pour s'établir à Montréal.

Chaque équipe qui participe à Founder Fuel reçoit d'emblée 10 000$ pour développer ses idées, en plus de 5000$ par cofondateur. En échange, Founder Fuel prend une participation de 6% dans chacune des entreprises.

«Pour nous, l'attrait n'était pas tant l'argent que le mentorat et les conseils qu'on a reçus, dit cependant Danial Jameel, d'Oohlala. Si on regarde ce qu'était notre entreprise avant le programme et après le programme, la différence est énorme.»

Playerize, de Vancouver, a aussi décidé d'ouvrir un bureau à Montréal à la suite de son séjour de 12 semaines dans la métropole québécoise.

La première cohorte étant partie, 11 nouvelles équipes ont déjà pris leur place à la maison Notman. Quatre d'entre elles proviennent de Montréal et une vient de Québec. Les autres regroupent des entrepreneurs de Toronto, Vancouver et Saint-Jean, Terre-Neuve.

Ian Jeffrey se réjouit de voir le programme susciter de plus en plus d'intérêt.

«On a reçu plusieurs centaines de demandes, et de plus grande qualité que lors de la dernière cohorte, dit-il. C'est très bon signe pour l'avenir.»

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer