Exclusif

La Banque Royale transforme son réseau de succursales

« La grande priorité en 2017 sera la transformation... (PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

« La grande priorité en 2017 sera la transformation du réseau » de succursales, dit Martin Thibodeau, président de la Banque Royale pour le Québec. « On le fait évoluer en fonction des changements dans le marché. »

PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Richard Dufour

La Banque Royale s'apprête à redessiner son réseau de succursales partout au pays, décision qui entraînera d'importants changements, notamment l'ajout d'un palier de cadres de haut niveau.

Une trentaine de postes de direction seront affichés au Québec dans les prochaines semaines et les prochains mois, a appris La Presse.

Il s'agira de postes de « directeurs de marchés locaux », fonction qui se situera entre le poste de vice-président et celui de directeur de succursale. Les directeurs de marché locaux seront responsables d'un petit groupe de succursales - de trois à cinq - situées à proximité les unes des autres.

Une trentaine de cadres se partageront ainsi les 150 succursales de la province. La banque n'a pas voulu préciser combien de postes de directeurs de marché locaux seraient créés à l'échelle du pays, mais la restructuration est appliquée à l'ensemble du réseau pancanadien de succursales.

« La grande priorité en 2017 sera la transformation du réseau », dit Martin Thibodeau, président de la Banque Royale pour le Québec. « On le fait évoluer en fonction des changements dans le marché. »

La plus grande banque du pays espère optimiser son efficacité en reconfigurant son réseau, une initiative qui pourrait prendre deux ou trois ans à compléter.

PLUS GRANDE MOBILITÉ

Un client qui souhaite obtenir un rendez-vous en succursale avec un planificateur financier à une heure précise se fera suggérer d'aller à une succursale à proximité si personne n'est disponible à l'endroit où il fait habituellement affaire. De même, un employé pourra travailler une journée dans une succursale et le lendemain dans une autre.

« Présentement, les gens sont attitrés à une succursale », explique Martin Thibodeau. 

« Des fois, on offre 20 heures à un employé et on aimerait lui donner 10 heures de plus dans une autre succursale, mais c'est complexe. Nos systèmes ne permettent pas ça. » - Martin Thibodeau, président de la Banque Royale pour le Québec

Ce concept de « marchés locaux » est au coeur de la stratégie de croissance du réseau. « Je suis convaincu qu'on sera capables d'aller chercher plus de business et de nouveaux clients. On est là pour rester. Si on regarde nos concurrents, il y a de l'incertitude. Il y en a qui décident de fermer dans plusieurs marchés », dit Martin Thibodeau.

La Banque Royale a dévoilé la semaine dernière des profits records de 10,5 milliards pour son exercice financier 2016. Au Québec, la banque a augmenté son actif de 7 % pour le porter à 96 milliards cette année. L'objectif est de dépasser la marque des 100 milliards en 2017 et la direction mise notamment sur les modifications à son réseau de succursales pour y parvenir.

« Le modèle traditionnel de succursales existe depuis 150 ans à la banque. On le change complètement en le transformant en grappes de succursales. Ce qui se fait beaucoup ailleurs dans l'industrie, c'est une succursale principale associée à une succursale satellite », souligne le banquier qui aura 50 ans en janvier.

DES OUVERTURES À VENIR

La direction assure par ailleurs que le processus de transformation du réseau n'est pas un exercice de suppressions de postes, mais une stratégie qui sert à affirmer que le modèle relationnel demeure au coeur du modèle d'affaires. « La technologie au service de la relation », dit celui qui dirige 7000 employés au Québec.

Si une seule nouvelle succursale doit ouvrir ses portes au Québec en 2017 - à Sainte-Julie -, la banque a l'intention d'en ouvrir d'autres dans les prochaines années. Martin Thibodeau affirme même avoir identifié cinq ou six endroits où il souhaite ouvrir une succursale.

« Il y a de la place pour en ouvrir tant dans le grand Montréal que dans certaines régions. Il y a des occasions sur l'île de Montréal. Avec certains concurrents qui se retirent ou qui ferment massivement, ça nous amène des occasions intéressantes. »

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer