Desjardins: 9 millions pour les hauts-dirigeants

La rémunération des cinq plus hauts dirigeants au Mouvement Desjardins a... (Photo Martin Chamberland, Archives La Presse)

Agrandir

Photo Martin Chamberland, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La rémunération des cinq plus hauts dirigeants au Mouvement Desjardins a totalisé 9,02 millions en salaires, avantages sociaux et primes diverses en 2015, en hausse de 9% sur un an.

Cette rémunération accrue leur a été consentie lors d'un exercice 2015 durant lequel Desjardins a réalisé des excédents (bénéfices) record de 1,96 milliard, en hausse de 23% par rapport à 2014.

En dépit de ces excédents, cependant, Desjardins a réduit la ristourne aux membres-clients de 29% à 154 millions en 2015, le montant le plus bas des cinq derniers exercices.

Parmi les hauts-dirigeants de Desjardins, la présidente du conseil et chef de la direction, Monique Leroux, qui est en fin de mandat, a été rémunérée à l'équivalent de 3,9 millions en salaire, avantages sociaux et primes diverses en 2015. 

Ce montant est supérieur de 6,6% à celui déclaré pour l'exercice précédent en 2014, lit-on dans la «Déclaration de la rémunération» des hauts-dirigeants déposée par Desjardins auprès de l'Autorité des march.s financiers (AMF). Cette déclaration annuelle survient à quelques jours de la réunion à Lévis des 256 membres du «collège électoral» qui choisiront le prochain président du groupe financier coopératif.

Par ailleurs, même à 3,9 millions, la rémunération totale de Monique Leroux en 2015 est demeurée nettement inférieure à celle de ses vis-à-vis à la présidence des deux autres institutions québécoises de services financiers et bancaires.

À la Banque Laurentienne, le président et chef de la direction, Réjean Robitaille, qui était en fin de mandat en 2015, a obtenu une rémunération totale de 9,7 millions, dont 2,78 millions en guise d'indemnité spéciale de départ à la retraite.

À la Banque Nationale, le président et chef de la direction, Louis Vachon a obtenu 6,55 millions en rémunération totale en 2015, en baisse de 32% sur un an. 

Cette baisse découle en partie de primes moindres. Mais surtout, elle reflète l'ajustement considérable de la valeur courante du régime de retraite particulier de M. Vachon, après que sa rente future ait été plafonnée à 1,5 million par an.

Partager

publicité

publicité

publicité

publicité

image title
Fermer